Recherche avancée       Liste groupes



      
NOISE ROCK  |  E.P

L' auteur
Acheter Cet E.P
 


 

- Membre : ZËro, Orchard

DEITY GUNS - Stroboscopy (1991)
Par JOVIAL le 21 Février 2018          Consultée 320 fois

« On a commencé en faisant des reprises des Saints, des Stooges, du Gun Club, de Killing Joke, des machins comme ça, du rock qu'on aimait bien. Et petit à petit, on a tourné, on s'est acheté des amplis un peu plus forts. Il y a eu les Cramps. Il y a eu le Gun Club qui a été hyper important. Et puis la claque de Sonic Youth, en 88 à peu près. C'était bizarre de trouver des morceaux super énergiques, super intéressants, et que tu ne pouvais pas reprendre parce qu'il y avait des accordages tout différents. Il y avait vraiment quelque chose de nouveau, une sorte de furie qui rappelait un peu celle des albums du VELVET ou des STOOGES, mais en plus contemporain. Ouais, ça c'est fait comme ça, Sonic Youth, petit à petit. C'était surtout les albums Daydream Nation et Sister qui ont mis des sacrés claques. »

Nul besoin de vous narrer la genèse des DEITY GUNS ici, Eric Aldéa l'a déjà fait chez The Drone. C'était en 2010, pour une courte interview dont on ne peut que vous recommander le visionnage. Chaudement. Pourquoi ? Parce qu'elle explique la naissance d'un groupe qui fut bien plus qu'une éphémère et simple bourrasque de la scène lyonnaise au début des années 90. DEITY GUNS, c'était une tempête, un tsunami. L'un des premiers grésillements du noise rock en France, tout simplement. L'éclosion d'une nouvelle scène française, l'une des plus riches au monde.

En 1993, le groupe lyonnais a donc signé chez les keupons angevins de Black & Noir, qui produisent son premier disque, Stroboscopy. Pochette noire et rouge, ça ne badine pas.

Sautons directement à la troisième piste. « Circles » résume ainsi parfaitement ce qu'Eric Aldéa expliquait au Drone. Passés outre les slides du GUN CLUB, le son des guitares se fait soudainement plus agressif, plus hargneux. Dix secondes plus tard, c'est la grande descente. L'enfer, le massacre. Jeffrey Lee Pierce laisse place à Lee Ranaldo. Guitares ultra-saturées, basse lourde et véloce, batterie explosive, hurlements et voix lointaines. Sur le papier, DEITY GUNS adopte sans broncher le schéma de SONIC YOUTH. Dans les faits, Stroboscopy révèle des musiciens loin de vouloir jouer les suiveurs.

Osons le qualifier ainsi, cet EP est un raz-de-marée sonore. L'armée américaine balance chars et bombes atomiques sur la Corée. Fire ! « Kurious Here Today » sonne le début de l'hécatombe. Déluge de feu. « Simple Dare », « Circles » et « Optical Burst » continuent le carnage. Les tours s'écroulent, la terre tremble sous les obus. « Pushes Kingdom » tente la résistance. Trop tard. Un vent glacial souffle désormais sur la « North Face », monde sans vie où plus aucune lumière ne brille.

Stroboscopy n'a rien d'un hommage à la formation new-yorkaise susnommée. Le quatuor du Rhône possède déjà sa propre signature. Son rock est sombre, violent, éreintant. Peu de couleurs mais beaucoup d'odeurs aussi. De sueur, de bitume, de crasse, de fumées noires, de poudre, de neige sale. On n'hésite pas à lorgner vers le punk voire le hardcore (« Simple Dare », « Pushes Kingdom ») et on sait également ralentir la cadence (« North Face »). Ça tue, c'est bon. Stroboscopy, trop souvent laissé dans l'ombre de Trans-Lines Appointment, pourrait bien être la meilleure sortie des DEITY GUNS, qui sonneront déjà différemment sur Loom, un an plus tard.

Note réelle : 4,5/5
À écouter : « Circles » et « North Face »

A lire aussi en ROCK par JOVIAL :


BACHDENKEL
Lemmings (1973)
Noir et puissant




THIS HEAT
Made Available: John Peel Sessions (1996)
Âpre et tranchant.


Marquez et partagez





 
   JOVIAL

 
  N/A



- Stéphane Lombard (basse/chant)
- Franck Laurino (batterie)
- Stéphane Roger (guitare)
- Eric Aldéa (guitare/chant)


1. Kurious ... Here Today
2. Simple Dare
3. Circles
4. Optical Burst
5. Pushes Kingdom
6. North Face



             



1999 - 2018 © Nightfall.fr - Comment Soutenir Nightfall ? - Nous contacter - Webdesign : Inox Prod