Recherche avancée       Liste groupes



      
CHICAGO BLUES  |  COMPILATION

L' auteur
Acheter Cet Album
 



Jody WILLIAMS - Jody Williams In Session 1954-1962 (2018)
Par LE KINGBEE le 5 Septembre 2018          Consultée 168 fois

Le label anglais poursuit la série Diary of a Chicago Bluesman avec un second volet dédié au guitariste Jody WILLIAMS. On ne reviendra pas sur le parcours du bonhomme (voir la chronique de l’album Return of a Legend). Mais pour résumer grossièrement, ce surdoué de la guitare enregistre sous son nom ou pseudo une poignée de singles et sert de sideman à plusieurs vedettes de Chicago (Sonny Boy WILLIAMSON, Howlin’ Wolf, Otis Spann, Bo DIDLEY, Billy « Boy » Arnold). Tout va pour le meilleur des mondes, les hits s’empilent comme des perles, certains d’entre eux deviendront des standards. Seul hic, notre guitariste n’en retire presque aucune rétribution. Lassé de l’avoir dans le cul, Jody Williams va déposer sa guitare au placard pendant près de quarante, jurant tel le corbeau de la fable qu’on ne l’y reprendrait plus. Jody embrassera le métier d’ingénieur électronicien, fonction qu’il occupera chez Xeros jusqu'à sa retraite.

Ce journal s’ouvre sur "Evil Is Goin’ On", une compo de Willie DIXON popularisée par Howlin’ WOLF. La puissance du Loup avec un chant presque érotomane appuyé par les touches d’ivoires d’Otis Spann et la guitare de Williams reste comme un grand moment de l’époque Chess. Le compilateur nous glisse un titre de l’unique single du batteur Earl Phillips avec "Oop De Oop", issu d’une session partagée avec Billy "Boy" Arnold et Morris Pejoe. Si ce R&B sous forme de shuffle ne casse pas la baraque, le phrasé de guitare demeure déjà bien reconnaissable. Quel dommage qu’on n’ait pas incorporé la face B "Nothing But Love". Petite précision pour les amateurs de chiffres : contrairement aux indications de la pochette, il ne s’agit pas du single 118 mais du 158. Les anglais proposent deux standards de l’harmoniciste Billy "Boy" Arnold: "I Wish You Would" (future reprise des YARDBIRDS et de HOT TUNA, transformé en un Glam Rock discutable par David Bowie). Si le titre fait toujours recette avec les récentes reprises des Strypes ou de JD McPherson, on conseillera les essais des Red Devils ou des Blasters, même si l’originale n’a jamais été égalée. Autre titre issu du répertoire d’Arnold avec "I Ain’t Got You", repris par les YARDBIRDS, ANIMALS et massacré par MOLLY HATCHETT, Gary MOORE ou BLUE OYSTER CULT. La complicité entre le piano d’Henry Gray et la guitare de Jody Williams met l’harmoniciste sur orbite avec une coloration à la Bo DIDLEY.

On retrouve le créateur du Diddley beat sur "Who Do You Love ?" grand classique de Bo DIDLEY, grand ami du guitariste. On ne compte plus les expériences dont sera victime ce shuffle imparable et nombreux sont ceux qui resteront, sans nostalgie aucune, attachés à l’original. Certains repreneurs méritent toutefois une attention (George THOROGOOD, QUICKSILVER MESSENGER SERVICE, Lurrie Bell, Green Bullfrog sans oublier les DOORS).
Le compilateur regroupe deux faces de Billy Stewart, un batteur pianiste ancien membre des Marquees et des Cairos. "Billy’s Blues" est délivré en deux parties, une première instrumentale et une seconde chantée, toutes deux teintées d’une légère touche exotique. On retrouve le guitariste en compagnie du blues shooter Jimmy WITHERSPOON sur "Ain’t Nobody’s Business", titre servant de marque de fabrique au chanteur et déjà enregistré en 48 pour le label Supreme, mais pompé sur "Taint Nobody’s Biz-ness If I Do" gravé dès les années 20 par Anna Meyers et Alberta Hunter. Ce titre mis en boite en compagnie du batteur Fred Below et de Willie Dixon ne sera jamais édité en single et apparaîtra en 1990 sur la compilation Chess "Spoon So Easy". Passé par les labels Aladdin et Specialty, Floyd Dixon ne fera pas de vieux os dans l’écurie des frères Chess. Le lent « Alarm Clock Blues » marqué par les influences Louisianaises du pianiste méritait pourtant meilleur sort.

Viennent ensuite deux titres enregistrés pour Jimmy Rogers, l’un des grands artisans du Chicago Blues et longtemps partenaire de Muddy Waters avec deux blues d’excellentes facture regroupés sur le single Chess 1659. Sur "One Kiss" la guitare de Williams et l’harmonica de Walter Horton se livrent un duel épique. Si les deux chansons précitées provenaient de la plume de Willie DIXON, il en est de même avec "Messed Up" un R&B gravé pour Harold Burrage. Place aux quatre faces mise en boite pour la firme Bandera avec dans le rôle de leader le pianiste chanteur Bobby Davis (à ne pas confondre avec son homonyme batteur de Chicago). Si "Hype You Into Selling (Your Head)" vaut surtout par la guitare, "I Was Wrong" se révèle être un shuffle simpliste. Les premières mesures au piano de "One Love Have I" s’inspirent fortement du "J’ai Deux Amours" œuvre de Vincent Scotto popularisée par Joséphine Baker, titre adapté après-guerre en Amérique par Frankie LAINE et Perry COMO. "She’s a Problem" se situe entre Blues et R&B avec un piano bavard manquant cruellement de fulgurance et d’envie.

Place aux morceaux de choix ou si vous préférez aux titres sur lesquels le nom de Jody WILLIAMS et de ses divers pseudos (Little Papa Joe et Little Joe Lee) apparaissent au premier plan. Le compilateur nous glisse
ici son premier microsillon avec "Looking For My Baby", un Blues entraînant patiné de R&B avec le sax d’Harold Ashby (futur équipier de Duke ELLINGTON, Otis RUSH ou Ben WEBSTER. La guitare sur "Easy Lovin’" offre une palette du West Side Sound, avec DIXON à la basse, Fred Below aux baguettes et Otis Spann au piano. Le CD nous dévoile deux inédits avec "Groaning My Blues Away" gorgé de slide et "I Feel So All Alone", tous deux issus d’une session pour le label de Chicago Blue Lake. Sous le pseudo de Little Joe Lee, le label Argo, filiale de Chess, presse deux cartons possibles s’il y avait eu un peu de promotion avec "You May" et l’instrumental "Lucky You" dont le phrasé de guitare tout en glissando apporte un cachet si particulier. En provenance de la même session, "What Kind Of Girl Is This" avec Lafayette Leake en support au piano et les saxophonistes Harold Ashby et James "Red" Holloway (ex Dexter Gordon, Junior Parker, et futur Etta JAMES ou BB KING) aurait pu être édité si Argo avait eu l’intelligence de lui faire enregistrer un quatrième titre (CQFD).

La compilation se termine sur quatre faces estampillées Jody WILLIAMS: "Lonely Without You" paru successivement chez Nike, Jive et Yulanda Records, avec l’apport des Daylighters, groupe vocal de Chicago. A l’instar du précédent, "Time For A Change" nous expédie vers une sonorité plus Pop aux confins de la Nouvelle Orleans. L’instrumental "Hideout" face B d’un 45 tours Smash nous renverrait pour un peu vers les METERS. Le recueil s’achève en apothéose avec "Moanin’ For Molasses", son titre le plus connu avec "lucky You". Là, le glissando tout en finesse complète la grosse ligne de basse de Bob Walter pour un quasi instrumental (on entend juste quelques fredonnements). Si le titre est souvent repris sur scène (Debbie Davis, Steve Kozak ou Sue Foley), le regretté Sean Costello reprendra le titre, celui-ci lui servant même de nom d’album.

Alors, si on ne peut que saluer une telle compilation, celle-ci ne se verra attribué qu’une note de 3. Effectivement un quart des titres nous parait plus faiblard ce qui fait perdre un point. Autre bémol, Jasmine aurait pu nous combler en nous offrant une anthologie, cela ne semblait pas insurmontable. On peut effectivement regretter les absences de titres: un avec Harold Burrage, Sonny Boy WILLIAMSON et Jimmy WITHERSPOON, 2 avec Otis SPANN, Willie DIXON et Floyd DIXON, 4 avec Bo DIDLEY et Otis RUSH et enfin 5 avec Billy « Boy » ARNOLD. Ne soyons pas plus royalistes que le roi et sachons nous contenter de telle réédition, les 3 inédits rapportent à eux seuls un ½ point. A noter qu'au gré des titres, on retrouve toute la fine fleur du Chicago Blues fifties. Note réelle 3,5.

A lire aussi en BLUES par LE KINGBEE :


Clifton CHENIER
Live! At The Long Beach And San Francisco Blues Festivals (1993)
Live essentiel pour rentrer dans l'univers zydeco




Billy Lee RILEY
Shade Tree Blues (1999)
Un rocker immergé dans le swamp blues.


Marquez et partagez





 
   LE KINGBEE

 
  N/A



- Jody Williams (guitare, chant 6-7-8-9-17-19-25-26)
- Howlin' Wolf (chant 1, harmonica 1)
- Billy 'boy' Arnold (chant 3-5, harmonica 3-5)
- Sonny Boy Williamson (chant 4, harmonica 4)
- Jimmy Witherspoon (chant 13)
- Jimmy Rogers (chant 15-16, guitare 15-16)
- Hubert Sumlin (guitare 1)
- Muddy Waters (guitare 4)
- Bo Diddley (chant 10, guitare 10-11-12)
- Willie Dixon (basse 1-6-7-8-9-11-12-14-15-16-17-18-19-20)
- Bob Walter (basse 21-22-23-24-25-26-27-28)
- Milton Rector (basse 2-3)
- Quinn Wilson (basse 5)
- Earl Phillips (batterie 1-2-5 chant 2)
- Fred Below (batterie 4-13-14-15-16)
- Clifton James (batterie 10-11-12)
- Phil Thomas (batterie 17-18-19)
- Odie Payne (batterie 20)
- Loretta Taylor (batterie 21-22-23-24)
- Jerome Green (maracas 10)
- Otis Spann (piano 1-4-15-16)
- Bobby Davis (chant 21-22-23-24, piano 21-22-23-24)
- Henry Gray (piano 2-5)
- Billy Stewart (chant 12, piano 11-12)
- Harold Burrage (chant 20, piano 20)
- Lafayette Leake (piano 17-18-19)
- Floyd Dixon (piano 13-14, chant 14)
- Walter Horton (harmonica 15-16)
- Harold Ashby (saxophone 6-7-8-9-17-18-19-20)
- James Red Holloway (saxophone 17-18-19)
- Bernard Barkson (trompette 25, saxophone26-27-28)
- The Daylighters (choeurs 25-26-27-28)


1. Evil Is Going' On - (Howlin' Wolf)
2. Oop De Oop - (Earl Phillips)
3. I Wish You Would - (Billy Boy Arnold)
4. Don't Start Me Talkin' - (Sonny Boy Williamson)
5. I Ain't Got You - (Billy Boy Arnold)
6. Looking For My Baby - (little Papa Joe)
7. Easy Lovin' - (Little Papa Joe)
8. Groaning My Blues Away - (Little Papa Joe)
9. I Feel So All Alone - (Little Papa Joe)
10. Who Do You Love? - (Bo Diddley)
11. Billy's Blues (part 1) - (Billy Stewart)
12. Billy's Blues (part 2) - (Billy Stewart)
13. Ain't Nobody's Business - (Jimmy Witherspoon)
14. Alarm Clock Blues - (Floyd Dixon)
15. I Can't Believe - (Jimmy Rogers)
16. One Kiss - (Jimmy Rogers)
17. You May - (Little Joe Lee)
18. Lucky Lou - (Little Joe Lee)
19. What Kind Of Girl Is This - (Little Joe Lee)
20. Messed Up - (Harold Burrage)
21. Hype You Into Selling (your Head) - (Bobby Davis)
22. I Was Wrong - (Bobby Davis)
23. One Love Have I - (Bobby Davis)
24. She's A Problem - (Bobby Davis)
25. Lonely Without You - (Jody Williams)
26. Time For A Change - (Jody Williams)
27. Hideout - Jjody Williams)
28. Moanin' For Molasses - (Jody Williams)



             



1999 - 2018 © Nightfall.fr - Comment Soutenir Nightfall ? - Nous contacter - Webdesign : Inox Prod