Recherche avancée       Liste groupes



      
ROCK  |  STUDIO

L' auteur
Acheter Cet Album
 

 

- Membre : The Gun , The Moody Blues , Adrian Gurvitz
- Style + Membre : Three Man Army, The Baker Gurvitz Army

GRAEME EDGE & ADRIAN GURVITZ - Paradise Ballroom (1977)
Par ERWIN le 10 Octobre 2018          Consultée 92 fois

Nous retrouvons la fratrie GURVITZ, toujours aux prises avec les plus grands batteurs de l'histoire en la personne de Graeme EDGE des MOODY BLUES, pour un deuxième opus. La pochette est à nouveau belle et colorée, on s'attendrait à nouveau à un concept album, surtout venant de la patte de Graeme ! Le premier opus n'a guère fait de bruit dans le paysage musical deux ans plus tôt. Il paraît évident que le jackpot n'est pas encore pour cette fois mais il semble tout aussi évident que les artistes ne font pas s'arrêter là ! ON leur souhaite donc d'atteindre cette salle de bal du paradis !

"Paradise Ballroom" est un superbe morceau de Rock funky, avec des solos à se damner de Adrian GURVITZ, à chaque fois ce mec me file des frissons à triturer ainsi sa Firebird. Les deux chanteurs s'échangent le micro ou chantent de concert avec toujours la même réussite. Bien sur l'époque est au funk qui commence à tacher, en préambule du disco qui se pointe, vous avez vu la date ? Ce titre est particulièrement jouissif, et Graeme y déploie un shuffle de tout beauté. Quelques aspects progressifs bienvenues et un peu de rallonge ne font pas de mal à l'identité de ce titre. On reste du coté funk avec "Everybody needs somebody", avec un beat carrément sympa et volontiers dansant. Sans déconner ce titre vous file immédiatement envie de bouger. Certes nous sommes un peu éloigné du headbanging propre à la première partie de carrière d'Adrian, mais le résultat reste de tout premier ordre... Quand à Graeme, rien de surprenant de le retrouver à pareille fête.

Et puis quelques slows ! On passe à tout autre chose avec "Human", chanté par Adrian. On se retrouve dans une ambiance qui évoque fortement l'AOR, presque la pop. Un piano propret délivre un intermède plus qu'un solo précède une guitare toujours aussi volubile. Les instrumentistes sont des bêtes, mais la compo reste classique. "Down, Down, Down" est drivée par un piano clair et une lap steel qui lui donnent une identité très ricaine. Le regard d'Adrian se tourne clairement vers la patrie de l'oncle Sam et annonce ainsi sa carrière solo à venir. Un saxophone très mainstream attaque "Caroline", des choeurs aériens accompagnent la voix d'Adrian dans une ambiance à l'avenant du reste de l'opus. Un brin trop sirupeux pour moi cependant.

Plein de cuivres déboulent sur "All is fair". Pas de doute, l'ambiance est au gros funk des familles ! Toujours de bon aloi, mais moins démentiel niveau ambiance. Nous restons dans un funk rock typée AOR avec "In the light of the night". Rythme assez captivant, orchestrations certes un brin datées mais qui font encore leur petit effet. Enfin, "Be my eyes" est le seul titre de l'ensemble qui propose une guitare d'allure un peu metallique. Certes, l'ensemble sonne définitivement AOR. Adrian n'inventera pas un des quelconques mouvements extrèmes du metal. Mais la composition se laisse bien apprivoiser et rappelle au chaland perdu que notre homme a enfanté le Heavy Metal un jour lointain de 68 !

Très très différent du premier album, aux consonances plus rock. Ici, Graeme, Paul et Adrian surfent véritablement sur la vague du moment : le disco funk ! C'est surprenant mais toutes les compositions tiennent la route. On sait déjà que pour les frères GURVITZ, cette parenthèse est plus une affaire de plaisir que de réelle ambition. Au sortir de cette aventure comme de celle avec Ginger Baker, Adrian doit toutefois choisir son camp et, à la croisée des destins, se trouver une identité définitive. Cet album très agréable, avec notamment un titre éponyme très efficace mérite un 3.5.

A lire aussi en ROCK par ERWIN :


Chris ISAAK
Heart Shaped World (1989)
Du romantisme en barres




Anneke VAN GIERSBERGEN
Feel Alive (2011)
Extase


Marquez et partagez





 
   ERWIN

 
  N/A



- Graeme Edge (batterie)
- Adrian Gurvitz (guitare-chant)
- Paul Gurvitz (basse-chant)


1. Paradise Ballroom
2. Human
3. Everybody Needs Somebody
4. All Is Fair
5. Down Down Down
6. In The Light Of The Night
7. Caroline
8. Be My Eyes



             



1999 - 2018 © Nightfall.fr - Comment Soutenir Nightfall ? - Nous contacter - Webdesign : Inox Prod