Recherche avancée       Liste groupes



      
ELECTRO POP/FUNK  |  STUDIO

Commentaires (2)
L' auteur
Acheter Cet Album
 



CHRISTINE AND THE QUEENS - Chris (2018)
Par WALTERSMOKE le 25 Novembre 2018          Consultée 859 fois

Dès son efflorescence médiatique, CHRISTINE AND THE QUEENS n'a pas manqué de ne pas laisser indifférent les gens. Si d'aucuns ont salué un véritable renouveau de la chanson française à travers Chaleur humaine (2013), nombreux sont ceux qui au contraire sont tombés à bras raccourcis sur l'artiste en voulant lui faire comprendre qu'elle faisait de la merde formatée. Constat avec lequel je n'ai pas été d'accord, cf. ma chronique de l'album précité. Et c'est donc avec un petit élan d'optimisme que j'ai abordé l'album suivant, Chris. Un élan qui... n'aura servi à rien.

Avant d'attaquer le vif du sujet, autant exorciser la polémique de suite : oui, la bronca engendrée par le premier single, "Damn, dis-moi", a été ridicule. Pour rappel, CHRIS (l'artiste, on y reviendra) a été accusée d'avoir piqué trois boucles musicales issues d'un logiciel musical pour en faire une chanson. La seule réaction logique ne devrait que celle-ci : « Et alors ? » (© François Fillon). Non seulement c'est de la musique libre de droits, mais quand bien même, la technique du sampling est tellement vieille, tellement répandue qu'on devrait se demander à quel point cette polémique est risible. Et sans aller jusqu'au complot sexiste, cette affaire a démontré encore une fois que si d'aucuns détestent CHRISTINE AND THE QUEENS, ce n'est pas pour des raisons musicales.

Après... c'est un poil gênant de parler de ce sujet pour ensuite dire que le second album de la CHRISTINE est médiocre. Enfin, « Christine »... dans une optique bi/pansexuelle et militante, la voici devenue CHRIS, jouant clairement sur son androgynie, l'impossibilité de distinguer son genre, etc. Une démarche qui parvient à être cohérente avec la musique proposée, bien décomplexée et sexualisée dans ses paroles comme son instrumentation electro-funk moderne bla bla bla. Voilà donc de quoi se pourlécher les babines, sans compter que Chaleur humaine, dont Chris (l'album) est la suite logique, a bien montré que celle qui s'appelle Héloïse Letissier à l'administratif est capable de sortir de solides chansons.

Mais comme dit plus haut, Chris est médiocre.

Pour une raison majeure : l'album manque d'identité musicale propre. En fait, si l'on exclut les paroles et surtout le chant, on se retrouve clairement avec un album bien anglo-saxon (ce n'est pas forcément un drame) qui déroule ses chansons comme on déroule un paillasson pour le dépoussiérer vite fait. Le tout s'écoute, s'apprécie le temps d'une soirée peut-être, mais ça ne va pas plus loin. Que CHRIS décide de viser l'Amérique (qui le lui rend bien), c'est bien, mais de là à embrasser les codes de sa musique au point de dissiper son originalité propre, il y a de quoi soupirer et dire « c'est dommage ». Et c'est d'autant plus dommage que le message général véhiculé par l'album n'est pas inintéressant.

Après, il reste des chansons qui se démarquent quelque peu. De manière paradoxale, "Damn, dis-moi" (celle par qui le scandale est arrivé, donc) est à la fois la plus frappée par ce problème et celle qui s'impose comme l'incontournable de service, grâce à une rythmique réellement entêtante et un feeling captivant. Et malgré son côté assez linéaire et monolithique, "Goya ! Soda !" est le genre de morceau qui s'incruste dans la tête pour n'en sortir que difficilement, sans pour autant saouler – sauf si vous vivez avec un(e) fan hardcore de CHRISTINE AND THE QUEENS, auquel cas on vous plaint.

Chris n'est pas un mauvais album, pour sûr. Au moins, CHRIS (l'artiste) sait, veut évoluer, et le fait, avec toutes les pertes et fracas que ça peut impliquer. Et a priori le public le lui rend bien, l'album ayant réussi à percer en Angleterre et aux États-Unis, sans compter ses bonnes performances en France. Mais on ne m'ôtera pas de la tête que quelque chose a été perdu en route, quelque chose lui permettant de faire de la bonne musique.


PS : Ah oui, l'album est double : le premier CD contient l'album chanté en français alors que l'autre est en anglais

A lire aussi en POP par WALTERSMOKE :


Michel BERGER
Ca Ne Tient Pas Debout (1990)
La quintessence de Michel. Splendide.




ST. VINCENT
Masseduction (2017)
Electro pop de hipster.


Marquez et partagez





 
   WALTERSMOKE

 
  N/A



Non disponible


1. Comme Si On S'aimait
2. Damn, Dis-moi
3. La Marcheuse
4. Doesn't Matter (voleur De Soleil)
5. 5 Dols
6. Goya ! Soda !
7. Follarse
8. Machin-chose
9. Bruce Dans Le Brouillard
10. Le G
11. Les Yeux Mouillés
12. L'étranger (voleur D'eau)

1. Comme Si
2. Girlfriend
3. The Walker
4. Doesn't Matter
5. 5 Dollars
6. Goya Soda
7. Damn (what Must A Woman Do)
8. What's Her Face
9. Feel So Good
10. Make Some Sense
11. The Stranger



             



1999 - 2018 © Nightfall.fr - Comment Soutenir Nightfall ? - Nous contacter - Webdesign : Inox Prod