Recherche avancée       Liste groupes



      
NEW-WAVE  |  STUDIO

L' auteur
Acheter Cet Album
 


BUGGLES - Adventures In Modern Recording (1981)
Par WALTERSMOKE le 5 Décembre 2018          Consultée 163 fois

Malgré un succès relatif, The Age of Plastic, premier album des BUGGLES, annonçait quelque chose de remarquable pour les années 80, sans compter le triomphe monstrueux de "Video Killed the Radio Star". De quoi motiver Geoff Downes et Trevor Horn à continuer l'aventure. Sauf qu'entre temps, c'est un YES amputé de ses emblématiques Jon Anderson et Rick Wakeman qui vient leur proposer de le rejoindre. Les BUGGLES acceptent, et cette première incarnation de YES sans Anderson débouche sur Drama, un album excellent mais cruellement snobé, ce qui pousse au split de YES en 1981. Un malheur n'arrivant jamais seul, Downes s'éloigne de Horn pour créer ASIA (sans commentaires) tandis que la maison de disques Island abandonne le groupe pour cause de lenteur dans la création d'un successeur à The Age of Plastic.

Et pourtant, en novembre 1981, sort Adventures in Modern Recording. Qui est donc un album solo de Trevor Horn, même si Geoff Downes intervient à trois reprises à la composition et aux instruments divers. Une sortie également rendue possible par l'intervention de notre Claude Carrère national, au passage. Et le moins que l'on puisse dire, c'est que BUGGLES ou pas, Horn garde ce don de s'impliquer dans des projets pour le moins originaux. Pourtant, dès le morceau-titre, il y a moyen de se dire déçu de Adventures in Modern Recording. L'album n'est a priori pas aussi innovant que son illustre prédécesseur (a priori seulement), et en tout cas il ne possède pas de tubes potentiels à la chaîne ni de morceaux immédiatement plaisants. Mais comme il sera dit plus bas, se baser uniquement là-dessus pour juger est idiot.

Stylistiquement, Adventures in Modern Recording est donc un album de Trevor Horn. Cela se voit notamment par un côté électronique, notamment par le remplacement des batteries acoustiques chères à Geoff Downes par des boîtes à rythme plus dans l'air du temps. Mais c'est surtout du côté des claviers qu'il faut voir l'innovation. Et en 1981, elle porte un autre nom, à savoir : Fairlight. Horn a en effet mis la main sur ce fameux échantillonneur australien, et commence ici à bien faire joujou avec. En découvrant une telle technologie, Horn initie également sa carrière de producteur si atypique des années 80, auxquelles il aura contribué avec brio.

Dans l'ensemble, les chansons présentes sur Adventures sont de bonne facture, même si certaines inégalités subsistent. Ainsi, "I am a Camera", qui n'est autre que la version BUGGLES de "Into the Lens", sonne trop artificiel et creux pour être intéressant, et si le morceau-titre regorge de petite innovations sonores, il n'en reste pas moins terriblement kitschouille. Le reste, sans pour autant être d'excellente qualité, est sensiblement meilleur. Outre "I am a Camera", les contributions de Downes tendent à convaincre : "Vermilion Sands" permet ainsi de le voir s'amuser réellement avec le Fairlight, notamment lors du « final » qui est plus un morceau caché qu'autre chose ; "Lenny" est pour sa part le morceau le plus proche de The Age of Plastic, et pas seulement par sa thématique SF, et surtout une sympathique chanson au refrain positivement détendu. À côté, "Beatnik" possède un petit groove sympa sans plus, mais se fait surtout remarquer par la présence aux claviers d'Anne Dudley, ce qui renvoie immanquablement à ART OF NOISE. Mais c'est sur un autre morceau que le lien avec le futur groupe de Horn est le plus évident, à savoir "On TV", une ébauche avec moins de folie et de sampling. Avec "Inner City", on a carrément envie de faire le lien entre les BUGGLES et la B.O. de Miami Vice, avec cette ambiance de crépuscule – d'autres pourraient faire le rapprochement avec le cyberpunk bien que Blade Runner ne soit alors pas encore sorti.

Il ne faut pas se laisser berner par les premières écoutes, surtout si l'on a écouté juste avant The Age of Plastic : Adventures in Modern Recording est non seulement un faisceau de promesses, mais il est aussi un album bien solide et dont les chansons ne déméritent pas. Ainsi, on pourrait trouver dommage que l'aventure BUGGLES s'arrête là. On pourrait, mais ce serait oublier tout ce que Horn a produit par la suite. Et aussi ce qu'a fait Downes avec ASIA mais ça c'est pas grave.

A lire aussi en NEW-WAVE par WALTERSMOKE :


SOFT CELL
The Art Of Falling Apart (1983)
Froid, tranchant, dansant




YELLO
You Gotta Say Yes To Another Excess (1983)
Pornstache et cock-tails


Marquez et partagez





 
   WALTERSMOKE

 
  N/A



- Trevor Horn (chant, basse, guitare, bar)
- Geoff Downes (claviers sur 2, 3, 4 et 7)
- +
- John Sinclair (boite à rythme, guitare, choeurs)
- Simon Darlow (claviers, guitare)
- Chris Squire (effets sonores sur 1 et 9)
- Anne Dudley (claviers sur 2)
- Luís Jardim (percussions sur 2)
- Bruce Woolley (choeurs sur 5)
- Danny Schogger (claviers sur 7)
- Rod Thompson (claviers sur 7)


1. Adventures In Modern Recording
2. Beatnik
3. Vermillion Sands
4. I Am A Camera
5. On Tv
6. Inner City
7. Lenny
8. Rainbow Warrior
9. Adventures In Modern Recording (reprise)



             



1999 - 2018 © Nightfall.fr - Comment Soutenir Nightfall ? - Nous contacter - Webdesign : Inox Prod