Recherche avancée       Liste groupes



      
CHANSON FOLK/ROCK  |  STUDIO

L' auteur
Acheter Cet Album
 

 

- Style : Olivia Ruiz , Jeanne Cherhal
- Membre : Dionysos

BABET - DrÔle D'oiseau (2007)
Par MARCO STIVELL le 6 Février 2019          Consultée 195 fois

Élisabet Maistre, alias BABET, est un talent qui a besoin de s'exprimer par elle-même, peut-être d'abord plus que rarement. Il y a certes DIONYSOS, son gagne-pain et mieux que ça, mais en 2007, ce qui restait latent depuis des années peut enfin éclore, comme un oiseau.

Un Drôle d'Oiseau ! Pour ce premier album solo de 15 chansons, la plupart plutôt courtes, BABET choisit de faire beaucoup de choses seule : le chant et l'instrumentation, guitares, claviers... Andy Maistre, son mari à l'époque – elle lui dédie une chanson très enflammée -, programme la batterie sur un certain nombre de titres. On peut directement souligner ce qui peut constituer une faille de cet opus. Certains morceaux sonnent en effet trop "maquette", avec une texture sèche et un chant qui se situe trop en marge des autres instruments, tandis que d'autres morceaux possèdent un emballage plus pro.

BABET parvient à donner une diversité certaine et une couleur chatoyante à ses chansons, dans la limite de ses moyens, et c'est admirable. On passe de bluettes folk acoustique, ukulélé point trop marqué mais choeurs "na na na" gentiment kitschounets bien présents, à quelques tempos un peu plus enlevés, rock parfois.

En parlant de rock, la voix de la musicienne nous surprend en se faisant très nasale sur "Cocomoto", et doit se doubler pour pallier un manque. Manque de je-ne-sais-quoi qui reste bien palpable, malgré la puissance du caractère rock expérimenté en solo. Le rendu est meilleur sur "Mon oncle", tentative de rapprochement très touchante avec un oncle clochard et défunt qu'elle n'a jamais connu ni pu aimer à temps. Il y a même du disco sur "Body Club" avec une efficacité certaine, un groove imparable, pour le moins charmant. Si un tel titre avait paru comme single premier (factuellement, il n'est que le troisième) et qu'il avait eu du succès, il aurait donné une image bien trompeuse de l'album !

Pour le reste, on trouve pas mal de jolies chansons, des arrangements sobres mais au moins clairement identifiables. La danse légère des "Amoureux" est poursuivie par le minimalisme érotique de "Andy" ; elles permettent, dans les deux cas, à la voix enfantine de BABET de se poser gracieusement. À côté de cela, elle colle une basse bavarde sur "In My Shoes" et des développements fort étonnants à "Je pars", titre le plus long (5 minutes) et le plus sombre du disque, dans une ambiance cotonneuse, solennelle (l'orgue). Le tout garni de violons taillés comme des plumes.

"Piano éléphant" et "Merzouga" rapprochent BABET de DIONYSOS, respectivement par leur touche féérique et western. Le premier single "Le marin" baigne dans une fraîcheur sudiste, opposée au texte dur de l'orientalisant "Dis-moi" (retrouvailles difficiles après une rupture) et au blues espiègle de "Bel ami". En somme, des idées fortes, de l'agréable et du sympathique, pas tout le temps convaincant mais qui confirme que la demoiselle a bien raison de nous dire toutes ces choses, seule !

A lire aussi en VARIETE FRANCAISE par MARCO STIVELL :


Alain SOUCHON
Ultra Moderne Solitude (1988)
Pop-soft et ultra inspirée




Alain SOUCHON
Toto 30 Ans, Rien Que Du Malheur... (1978)
Souchon et Bretons


Marquez et partagez





 
   MARCO STIVELL

 
  N/A



- Babet (chant, choeurs, tous les instruments)
- Andy Maistre (programmation batterie)
- Stéphane Chareire (batterie sur 6)
- Pierre Feau (basse, batterie sur 13)


1. Le Voyageur
2. Les Amoureux
3. Le Marin
4. Cling-clong
5. C'est Quand Déjà ?
6. Piano éléphant
7. Dis-moi
8. Cocomoto
9. Andy
10. Bel Ami
11. Mon Oncle
12. In My Shoes
13. Body Club
14. Merzouga
15. Je Pars



             



1999 - 2019 © Nightfall.fr - Comment Soutenir Nightfall ? - Nous contacter - Webdesign : Inox Prod