Recherche avancée       Liste groupes



      
VARIETE FRANCAISE  |  STUDIO

L' auteur
Acheter Cet Album
 


Lilian RENAUD - Lilian Renaud (2019)
Par WATCHMAN le 27 Mai 2019          Consultée 1219 fois

Renaud. Un nom qui semble étrangement associé depuis ces dernières années à la renaissance musicale.
L’histoire de Lilian Renaud, artiste originaire de Franche-Comté, ne peut laisser indifférent. Grand gagnant de l’édition 2015 de The Voice, son premier album (Le Bruit de l’Aube) paraît dans la foulée, est soutenu par une grande tournée et rencontre un franc succès, se classant même cette année-là cinquième des ventes nationales. Puis un second disque (Le Cœur qui cogne) arrive à l’automne 2016, et c’est là que les problèmes commencent pour le jeune homme. Notoriété soudaine mal assumée, pression imposée par le label pour l’écriture et la promotion, sans compter des douleurs physiques récurrentes et une dépression qui empêcheront toute promotion pour l’album. À ce moment-là Lilian Renaud est au plus mal et s’interroge sur la suite à donner à sa carrière naissante. Ce monde-là est-il réellement fait pour lui ? A-t-il seulement encore envie de créer de la musique et de chanter ? Le public va-t-il continuer à le soutenir et à croire en lui ?

Mais la vie a cette particularité, même dans les pires moments, d’être extrêmement bien faite. Et ce sont bien souvent des rencontres déterminantes qui ont la faculté de remettre un individu sur les bons rails.
En effet, par l’intermédiaire d’un ami, Lilian fait la connaissance de Lee Catterson, un musicien britannique expatrié dans le Doubs. L’entente est immédiate, et Lee, qui possède son propre studio, propose à Lilian de l’aider à composer à nouveau, à son rythme. Deux années s’ensuivront alors, entrecoupées notamment d’un séjour de plusieurs mois en Irlande pour Lilian, afin de concevoir et donner vie à ce qui sera le troisième album pour le jeune et populaire musicien franc-comtois. Une introduction certes assez longue, mais qui s’avérait nécessaire afin de parvenir à mieux cerner l’impact de la sortie de ce disque, et en particulier l’attente et l’espoir qu’il a générés auprès de milliers de fans. Nous voici donc en mai 2019, et pour le jeune artiste phénix l’heure est maintenant venue de renaître de ses cendres…

Désormais libéré de toute contrainte artistique et pleinement décideur de chaque domaine de la création, Lilian a tenu pour son retour à exprimer pleinement ses influences folk, puisées dans la pop anglo-saxonne et les musiques celtiques. Des airs qui reposent sur des mélodies solides, privilégiant une expression simple et efficace sur un rythme souvent entraînant. Il suffit d’écouter « Je remonte la vallée » pour en saisir tout le sens. Quelque part entre The POGUES et Ed SHEERAN. Ou bien encore les apports du whistle et de la cornemuse irlandaise sur « Quoi de plus beau », dont l’effet procure instantanément un appel à l’évasion vers Cork et les autres comtés de l’Île Verte.

Simplicité, c’est le mot qui résume à la perfection le jeune homme et ses valeurs. Proche des gens, n’oubliant jamais d’où il vient, Lilian a toujours abordé dans ses textes des sujets qui parlaient à toutes les catégories d’âge. « On en verra encore », le premier single dévoilé quelques semaines avant la sortie officielle, et notamment son clip, illustrent parfaitement la vision d’une société que sa musique se plaît à embrasser dans sa totalité. Il s’autorise même pour la première fois des prises de position. Au premier rang desquelles la situation actuelle des agriculteurs en France dans « Quoi de plus beau », ou encore celle des migrants en Europe (« Je m’appelle Brahim »).

L’une des grandes nouveautés de la musique de Lilian est aussi le recours de plus en plus fréquent à la formule piano/voix. Un instrument que le jeune homme maîtrise de mieux en mieux et avec lequel il prend énormément de plaisir à composer. On peut notamment en mesurer le résultat sur « Être », qui aborde la période de difficultés qui a suivi sa brutale exposition médiatique, « Mère », ou encore « Le Cœur de l’idée ». Même si les guitares et percussions finissent souvent par les rejoindre sur la fin, il s’agit d’une structure de morceau qui lui permet d’exprimer au mieux ses émotions et sentiments vis-à-vis de l’amour (« Heart of a Woman »), des relations humaines, ainsi que des doutes et des angoisses qui nous assaillent. Des thèmes qu’il affectionne tout particulièrement parce qu’ils font partie intégrante de sa vie et de son parcours.

Mais sur ce disque, la plus grande innovation en terme musicale est le recours à l’anglais. En bon admirateur de la pop-folk d’Outre-Manche, Lilian Renaud a privilégié la langue de Shakespeare pour donner un rendu plus authentique à ses nouvelles compositions. Un choix assez naturel puisque le jeune homme se nourrit de cette musique depuis son enfance. C’est aussi là que l’apport de Lee Catterson s’est avéré précieux, puisque le musicien a pu aider le jeune homme dans l’écriture des paroles en anglais. Une collaboration plus que fructueuse à tous points de vue. Presque toute la seconde moitié du disque est d’ailleurs composée uniquement de titres en anglais, dont certains sont réellement de petites perles. « I Wanna Believe », « Outta the Blue » (qui n’est pas s’en rappeler le désormais mythique Shallow de Bradley Cooper et Lady Gaga) ou encore « Drift Away » pour ne citer qu’elles, et où les plans de guitare acoustique très élégants et soignés occupent une place prépondérante.

Enfin, nous ne pouvions clore cette chronique sans parler des invités de marque que l’on retrouve sur l’album. À commencer par les virtuoses Camille et Julie Bertholet, qui viennent poser de splendides arrangements de violon et de violoncelle sur quatre titres : « On en verra encore », « Sourire Plutôt », « Chanson d’amour » et « Je m’appelle Brahim ». L’amitié étant aussi quelque chose de très important aux yeux de Lilian, celui-ci a fait appel à Neeskens, son ancien camarade de promo The Voice, pour interpréter en duo « Mr Simply Man ». Pour terminer, ajoutons que le mastering de l’album a été confié à un maître en matière de subtilité musicale : Andy Jackson, qui était pour PINK FLOYD ce que George Martin était pour The BEATLES. Et rien qu’en lisant cela on sait que l’on aura un produit de qualité entre les mains.

Ce qui est sûr, c’est qu’avec ce nouvel album Lilian Renaud effectue un retour en force avec des compositions belles et poignantes, qui le représentent à cent pour cent. Si prendre son temps peut parfois représenter un risque dans le fait d’être oublié par une partie de son public, pour Lilian c’est une décision qui s’est imposée d’elle-même. Cela bien entendu au vu des circonstances et des épreuves qu’il a traversées, et aussi et surtout afin d’être certain de revenir avec des chansons qui seraient le parfait miroir de son âme, ainsi que de tout ce qui le caractérise au niveau musical. Un artiste authentique. Un artiste avec un grand A. Un artiste qui renaît et qui repart à la conquête de son public.
Qu’on se le dise, on en verra encore…

A lire aussi en VARIETE FRANCAISE :


Alain BASHUNG
Osez Joséphine (1991)
Bashung en amérique : jackpot !




MALICORNE
Les Cathédrales De L'industrie (1986)
Quand malicorne suit les années 80...


Marquez et partagez







 
   WATCHMAN

 
  N/A



- Lilian Renaud (chant, chœurs, guitare, piano)
- Lee Catterson (basse, programmation, production)
- Musiciens Additionnels :
- Romain Salgues (piano)
- Betty Patural (piano)
- Cédric Gerfaud (batterie)
- Jean-pierre Mazet (harmonica)
- Alaster Halsall (guitare)
- Invités :
- Neeskens (chant et chœurs sur titre 14)
- Camille Bertholet (violoncelle sur titres 1, 4, 7 et 8)
- Julie Bertholet (violon sur titres 1, 4, 7 et 8)
- Faliqauri (wistle et irish pipes sur titre 2)
- Fiddlindan (fiddle, banjo et mandoline sur titres 9, 11 et 15)


1. On En Verra Encore
2. Quoi De Plus Beau
3. Sourire Plutôt
4. Être
5. Mère
6. Le Cœur De L'idée
7. Chanson D'amour
8. Je M'appelle Brahim
9. Je Remonte La Vallée
10. I Wanna Believe
11. Outta The Blue
12. Canadian Sky
13. The Water
14. Mr Simply Man (feat. Neeskens)
15. Drift Away
16. The Heart Of A Woman



             



1999 - 2019 © Nightfall.fr - Comment Soutenir Nightfall ? - Nous contacter - Webdesign : Inox Prod