Recherche avancée       Liste groupes



      
JAZZ VOCAL  |  STUDIO

L' auteur
Acheter Cet Album
 



CARMEL - The Drum Is Everything (1984)
Par ERWIN le 2 Juin 2019          Consultée 350 fois

Deux années se sont écoulées pour CARMEL depuis leur premier éponyme opus. Le contrat avec London records leur permet de lancer pour de bon la machine et d.e rentrer dans la cour des grands, à une époque ou le jazz vocal n'est pas réellement à la fête. Mais rien n'a changé bien au contraire, les instruments remplacent les trombines pour cette deuxième livraison, un micro, une contrebasse et une batterie, puisque c'est cette dernière qui est au centre des débats ! Comme nous allons le constater, l'évolution va aussi se faire ressentir. Toute la question étant de trouver l'équilibre entre roots, smooth, complexité et mainstream...

Il y a quelques chances pour que les mordus de jazz parmi vous se souviennent de "Bad Day" qui embraye pour être le premier single. Les "Aouh" ne vont laisser personne indifférent, l'orchestration est un brin plus sophistiquée, sans être compliquée. C'est ainsi qu'à la basse et à la batterie se sont rajoutés des choeurs féminins de haute volée et un orgue gospelisant de fort belle tenue, l'ensemble sonne aussi plus mainstream. Très sympa. Miss McCourt est omniprésente malgré tout, et c'est bien dans sa voix que réside toute la magie du titre. "More, more, More" est le deuxième single. Le ton est de suite plus enjoué et annonce sans doute un nouveau genre que la blondinette va investir. Un petit refrain dansant ou les cuivres se laissent aller à quelques accès de bonne humeur, Darby rajoute quelques percus de bon aloi pour corser le tout dans une sauce bien appétissante. Le résultat est presque boppant, et empreint d'une toute nouvelle bonne humeur.

La grande Ella FITZGERALD est à nouveau de la partie avec le classique "Stormy Weather", et il faut admettre que CARMEL s'en sort remarquablement ici. Sa voix incomparable avec celle de l'icone lui donne une seconde vie, j'y aime particulièrement le travail du bassiste Jim Parris alors que la batterie de Darby tonne littéralement. L'orgue est de nouveau sur le devant du standard de Billie HOLIDAY "Willow Weep For me", on se croirait dans une église d'Harlem, ne serait-ce les parties infernales de batterie de Gerry, ça déménage carrément. Nous avons aussi ici une seconde version de "Tracks Of My Tears", plus moderne et orchestrée que la première. Le résultat est meilleur et annonce clairement la suite à venir de la carrière de CARMEL On y égale le maître Smokey ROBINSON.

Plusieurs titres sont plus complexes d'accès : "The Drum Is Everything" se présente presque comme un boogie avec une batterie très rock, on s'éloigne du smooth, et je suis moins fan du chant qui semble de suite plus criard dans un tel contexte. "I thought I Was Goin' Mas" sort du même tonneau, avec beaucoup d'agressivité et des percus mixées très en avant. La section rythmique reprend ses droits sur "The prayer" ou les cousins Jim et Gerry s'en donnent à cœur joie, mais cela reste un brin nébuleux pour le néophyte. La voix de CARMEL les rattrape mais l'ensemble reste nimbé d'un esprit tribal rarement rencontré ; une prière complexe d'accès, mais la voix reste ensorceleuse.

On comprend mieux le titre de l'album lorsque retentit "Rockin On Suicide" qui sonne telle un hommage aux ténors du BeBop, les cuivres rugissent, la batterie pétarade et la voix de CARMEL tient parfaitement le choc, c'est sacrément bien effectué. Enfin, "Rue St Denis" est le parti pris d'une chanson en l'honneur de Paris....pour ceux qui ne connaîtraient pas, un endroit ou les péripatéticiennes bossent au centre ville de Paris. La chanteuse s'y essaye au français, pas simple, mais cela marque le début de l'histoire d'amour entre CARMEL et la France, son pays d'élection, ou elle vivra et trouvera l'amour, son fils Oliver étant né d'un père français. Le morceau n'est pas facile d'accès non plus cependant.

Bien sur, ce deuxième essai se montre plus attractif que l'EP introductif très fermé du groupe. A travers ses singles, il présente bien les qualités sur lesquelles vont s'appuyer les membres du groupe pour trouver la formule gagnante. Cependant, bien que réussies ,les reprises ne sont pas du matériel de première main et les compositions originales ici présentées sont parfois vraiment complexes. La batterie est sans doute par trop en avant, comme le titre l'annonçait, mais la voix de CARMEL continue de s'imposer avec puissance et conviction comme celle d'une future grande. On reste sur un 3 de circonstance.

A lire aussi en JAZZ par ERWIN :


Tom JOBIM
Wave (1967)
Monumental




CORYELL & REMLER
Together (1985)
Deux monstres sacrés.


Marquez et partagez





 
   ERWIN

 
  N/A



- Carmel Mccourt (chant)
- Jim Parris (contrebasse)
- Gerry Darby (batterie)


1. More, More, More
2. Stormy Weather
3. The Drum Is Everything
4. I Thiught I Was Going Mad
5. The Prayer
6. Rockin On Suicide
7. Rue St Denis
8. Willow Weep For Me
9. Tracks Of My Tears
10. Bad Day



             



1999 - 2020 © Nightfall.fr V5.0_Slider - Comment Soutenir Nightfall ? - Nous contacter - Webdesign : Inox Prod