Recherche avancée       Liste groupes



      
JAZZ VOCAL  |  STUDIO

Commentaires (1)
L' auteur
Acheter Cet Album
 



CARMEL - The Falling (1986)
Par ERWIN le 4 Juin 2019          Consultée 543 fois

Nous avions laissé le trio de CARMEL avec une équation difficile à réaliser. Comment concilier des ambitions artistiques avec un état d'esprit d'une intégrité totale ? Difficile, le premier album s'est donc révélé complexe d'accès, entre roots et smooth, intraitable au niveau de l'écoute. Il faut donc se ressourcer et tenter de trouver la voie médiane. Mais le groupe s'est fait remarquer tant la chanteuse est exceptionnelle. Et c'est une armée de producteurs dont Brian ENO qui va donc se pencher avec attention sur cet album. Le talent du trio le mérite amplement. Nous sommes en 86, et la mode n'est toujours pas au jazz vocal. La voix de CARMEL est pourtant au sommet de son art en cette année ou elle n'a que 27 ans. Voici donc la chronique du légendaire album de la chute par le trio de Manchester.

De suite, l'éponyme "The Falling" se trouve expurgé des éléments qui rendaient les deux premières œuvres un brin absconses, grâce en soit rendue aux producteurs qui ont certainement permit au groupe de trouver sa voie plus naturellement. CARMEL investit donc de nouveaux territoires. Ainsi, le rythme plus enjoué de "Mama Told Me Not To Come" nous plonge dans une ambiance enfiévrée et orientalisante. On se croirait dans le désert à la recherche d'une oasis, Randy NEWMAN lui même n'était pas parvenu à un tel niveau sur sa propre compo. On reste dans une ambiance mainstream sur "Sticks And Stones", mais le ton général dramatique le fait bien, les percus de Darby déchirent vraiment et donnent à l'ensemble un aspect parfois world très original, alors que le monolithique Jim Parris frappe sa contrebasse avec toujours la même métronomie.

"Let Me Know" représente bien cette quintessence à laquelle est désormais parvenu le trio. C'est jazzy pop, mais l'ambiance est vraiment moderne, ce qui rend le titre accessible au plus grand nombre. Les cuivres et l'orgue donnent une identité très pop à cette chanson. On est à deux doigts de la formule magique... Qu'on atteint sur le tcha tcha tcha qu'est "Sally". Alors oui, il n'y a pas de doute, c'est subtil et vraiment bien gaulé, notamment ce refrain polisson "Sally's goin hin hin hin»"... pourquoi en revanche est-ce titre qui fit un flambard dans nos contrées ? On n'entend peu la basse de Jim et pour une fois, Gerry joue en mode simpliste. Les français n'aiment pas la complexité, ils veulent du fun, un petit rythme dansant et une ambiance pseudo latine. Bref, voilà le plus grand succès de CARMEL, mais oui vous connaissez tous !

On repart sur une jam jazzy free avec "Tok", CARMEL vocalise et les deux gars de la section rythmique s'en donnent à cœur joie, une fois de plus. L'orgue bienvenu permet de tempérer l'aspect très intégriste de la chose, de même qu'un sax somme toute mainstream. Perdu au beau milieu de l'album, cette plage fait office de transition et est donc finalement bienvenue. C'est l'unique seule concession à la musique complexe.

Deux titres sont donc produit par le magicien Brian ENO. Avec "Mercy", on passe l'entrée d'une église perdue dans le quartier de Harlem, ou au fin fond de l'état du Mississippi, comme vous préférez. Le chant est céleste, le refrain magique, CARMEL y déploie des trésors de sensations chaudes et presque lithurgiques, on est en plein milieu d'un sermon ma parole ! C'est très beau. Evidemment, ce titre sorti en single fera un flop retentissant. Que voulez-vous, les gens ont le plus souvent un goût... étonnant ? Oui, c'est ça...étonnant. Puis "Easy For You" nous étonne par son aspect franchement mainstream, un titre qui aurait charté sans soucis avec son identité soul roots.

L'heure vient d'évoquer une de mes chansons préférées : "I'm not afraid Of You" est une perfection, la ligne de basse fantomatique de Jim, Gerry qui se contente de poser une grosse caisse véloce mais discrète tout du long, des effets de cordes et de synthé, et CARMEL McCourt qui abat ici ce qui est probablement pour moi la plus grande performance vocale de tous les temps dans la musique populaire. Il n'y a ici que vibrations exquises et une douceur qui rend foi en l'humanité. Ne partez pas d'ici sans l'écouter, voici un lien tout con https://www.youtube.com/watch?v=PQC8bfj-LMc. Je peux écouter cette chanson cent fois d'affilée et toujours lui trouver de nouvelles vertus. D'autant qu'elle est pour moi synonyme de premier amour et évocateur d'une époque ou l'innocence et la passion primaient sur toute autre chose. Bri, c'est pour toi !

Il n'y a pas un instant d'hésitation à avoir. Il vous faut ce CARMEL dans votre discothèque. Je passerai vérifier les gars. Votre copine ne saura pas y résister, croyez-moi - à l'écoute, pas à ma visite, restez zens ! Une arme nucléaire de séduction massive cet opus ! Le trio trouve ici la fameuse formule magique, désormais gravée pour l'éternité. Il va sans dire que c'est un cinq sur l'échelle de notation et que j'aurai aimé mettre plus. Merci CARMEL !

A lire aussi en JAZZ par ERWIN :


Emily REMLER
Catwalk (1985)
Guitar heroe avec un "e"




Emily REMLER
Transitions (1984)
Vers la maturité.


Marquez et partagez





 
   ERWIN

 
  N/A



- Carmel Mccourt (chant)
- Jim Parris (contrebasse)
- Gerry Darby (batterie)


1. I'm Not Afraid Of You
2. Let Me Know
3. Tok
4. The Falling
5. Mama Told Me Not To Come
6. Mercy
7. Easy For You
8. Sticks And Stones
9. Sally



             



1999 - 2020 © Nightfall.fr V5.0_Slider - Comment Soutenir Nightfall ? - Nous contacter - Webdesign : Inox Prod