Recherche avancée       Liste groupes



      
JAZZ  |  STUDIO

L' auteur
Acheter Cet Album
 

 

- Style + Membre : Coryell & Remler

Emily REMLER - Catwalk (1985)
Par ERWIN le 2 Février 2020          Consultée 308 fois

Pour son quatrième opus, Emily REMLER prend un envol évident, la même équipe est reconduite et la totalité des compositions sont signées de la main de la guitariste, une belle évolution qui symbolise la confiance qui monte ! Pourtant, sa vie privée est agitée, elle vient de divorcer douloureusement d'avec Monty Alexander car outre un rythme de tournée intense, ses addictions se multiplient : elle l'avoue à l'époque "j'ai essayé de me détruire aussi rapidement que possible". L'ambiance générale est au latino, il n'y a qu'à regarder les titres de certains instrumentaux choisis par Emily pour s'en persuader. "Mocha Spice" ou "Antonio". On s'attend donc à du smooth cool plus qu'à du Hard bop ! Et voici donc Emily, sous les feux des projecteurs, en lice pour sa livraison de 85.

Alors effectivement "Mocha Spice" nous ramène de suite vers le Brésil, et nous sommes transportés dans un monde musical fort éloigné de ses premiers amours Hard bop. Les solos eux même sont cools, même si remarquablement techniques, et s'insèrent à merveille dans la composition. On se croirait sur Ipanema en train de déambuler sous le chaud soleil Carioca, une caïpirinha à la main, en train de mater les culs les plus ronds de la planète... Pardonnez-moi cette inutile digression ! Puis la basse introduit "Antonio" dans un trip à la Miles DAVIS, mais Emily et la trompette de D'Earth replacent les échanges en Amérique du sud. Le titre le plus hermétique du lot malgré ses passages Bossa.

Emily reste aussi sur le continent noir, après une "Ode to Mali" sur le précédent album, la voilà qui se lance dans un hommage au "Mozambique" cette fois, sur une base d'accords blues et une dynamique plus urbaine que réellement africaine, surtout pour décrire ce pays parmi les plus pauvres. Hormis cette analyse plus géopolitique que musicale, le titre se signale par une belle mise en place, et un travail d'orfèvre de Miss REMLER à la guitare, ce qui devient une habitude. Nous avons aussi "Gwendolyne", comme le prénom de ma première petite copine rencontrée en Angleterre, ça part bien ! Evidemment, c'est supra cool. Une petite promenade romantique au clair de la lune, avec une trompette crépusculaire et un solo en mode free.

Les titres les plus intéressants sont les restants : L'éponyme "Catwak" est une vraie merveille. Emily y saute d'un coup du statut d'interprète au rang de compositrice géniale. On y retrouve la trompette de John D'Earth et ses élucubrations illuminées. Les solos sont encore meilleurs qu'auparavant. On touche au top ! Ce titre est empreint d'une grande liberté de ton, la guitariste y laisse libre court à toute sa créativité. C'est devant ce genre de compos qu'on se demande jusqu'où Emily aurait réussi à mener le jazz fusion si elle avait vécu ! Un sommet !

"Pedals" nous renvoie à des considérations plus guitaristiques, ce qui n'est pas pour me déplaire, d'autant que les accords choisis par Emily sont très originaux, et s'approchent d'une pop sophistiquée à la Kate BUSH. On se souvient en cette occasion que l'artiste adorait Peter GABRIEL. La basse de Bob Moses y est impressionnante. Enfin, la structure de "Five Years" évoque une pièce classique, c'est très étonnant et particulièrement original, avec à nouveau une touche exotique. C'est donc très moderne et la trompette de tripper à mort sur cette ambiance toute en devers. Les arpèges d'Emily restent légers de bout en bout, et livrent un écrin de choix pour les interventions en solo.

Cet album, le plus personnel qu'elle ait livré jusqu'à présent, est très réussi, et contribue grandement à sa légende. Ce n'est pas la rencontre passionnée à venir avec Larry CORRYEL qui va changer la donne. Larry est déjà un des grands maîtres de la six cordes lorsqu'il entend Catwalk et qu'il se dit vivement impressionné par le jeu d'Emily. Les deux guitaristes vont se rencontrer et s'allier le temps d'une idylle, et graver sur le microsillon ce qui sera l'étape suivante de la discographie de la jeune Emily, à à peine 28 ans. En attendant, pas le moindre faux pas dans une discographie déjà brillante. Désormais adoubée par ses pairs, Emily REMLER est maintenant une virtuose reconnue de la guitare.

A lire aussi en JAZZ par ERWIN :


Melody GARDOT
Currency Of Man (2015)
Mélodies pour Melody




Emily REMLER
East Of Wes (1988)
Emily, wes et herb


Marquez et partagez





 
   ERWIN

 
  N/A



- Emily Remler (guitare)
- Eddie Gomez (basse)
- Bob Moses (batterie)
- John D'earth (trompette)


1. Mocha Spice
2. Catwalk
3. Gwendolyn
4. Antonio
5. Pedals
6. Five Years
7. Mozambique



             



1999 - 2020 © Nightfall.fr V5.0_Slider - Comment Soutenir Nightfall ? - Nous contacter - Webdesign : Inox Prod