Recherche avancée       Liste groupes



      
POP  |  STUDIO

L' auteur
Acheter Cet Album
 


PREMIATA FORNERIA MARCONI - Quelli (i Quelli) (1969)
Par MARCO STIVELL le 11 Juillet 2019          Consultée 104 fois

Avant de devenir P.F.M. la grande, QUELLI (traduction de "eux") est le passage obligé par les années 60 pour de jeunes musiciens milanais qui veulent en découdre. À la batterie Franz Di Ciocco (né dans un village des Abruzzes, Pratola Peligna), à la guitare Franco Mussida, aux claviers Flavio Premoli (de Varese, toujours en Lombardie) et à la basse Giorgio Piazza sont en 1969 des musiciens de sessions. On peut même parler de groupe d'accompagnement idéal que s'arrachent les grands interprètes pop pour leurs productions : le clan CELENTANO (Adriano comme sa femme MINA, Johnny et Sylvie italiens), Fabrizio DE ANDRE, Lucio BATTISTI etc.

Avec le chanteur Antonio "Teo" Teocoli (venu de bien plus loin, à savoir Tavaro dans la province des Pouilles, le talon de la Botte), les QUELLI sentent bon le "summer of love" et font des reprises de groupes anglo-saxons surtout, dont ils n'hésitent pas à traduire les chansons comme c'est l'usage. Et là, on peut bien critiquer les Français par principe, mais les Italiens ne font pas forcément mieux, la preuve en notes, et l'esprit psychédélique n'y change rien !

Grâce à leurs capacités techniques, les cinq garçons avaient bel et bien la possibilité de faire autre chose que de l'accompagnement, on le reconnaît sans mal. Le seul et unique album des QUELLI, constitué de reprises à la mode adolescente, n'évoque pourtant que bien peu leur futur (pour quatre sur cinq d'entre eux du moins !) en tant que gloire internationale du rock progressif.

Seule "Hush", emprunté à DEEP PURPLE, et plutôt pas mal ici non plus d'ailleurs, permet au moins à Flavio Premoli de faire démonstration de ses gammes et chauffer l'orgue Hammond. À la guitare, Franco Mussida propose un ou deux solos jolis sur "Nuvole gialle" et "Sigillato con un bacio" (reprise du "Sealed With a Kiss" du groupe américain FOUR VOICES). Teo Teocoli distille son grain de voix doux et superbe un peu partout, mais cela n'influe guère sur le niveau d'excellence.

La comparaison demeure rude par rapport aux originales, l'italien décrit comme langue "torride" généralement semble un peu étriquée, sauf à la rigueur sur "Lacrima e pioggia", version nouvelle du "Rain and Tears" d'APHRODITE'S CHILD et dont la mélodie baroque offre une place naturelle au pathos méditerranéen. Une voix soprano vient même donner, çà et là, une couleur opératique. Bien sûr, on rencontre l'orchestre de variété et les choeurs foisonnants, à plus d'un tour !

Des effets qui donnent à des chansons de boys-bands comme "Hip, Hip, Hurra" ("1-2-3 Red Light" de FRUITGUM COMPANY) et "Questa città senza te" ("Even the Bad Times Are Good", THE TREMELOES) un ton encore plus sucré, pour ne pas dire kitsch. Constat égal pour "Pensieri", alias "Thoughts of Emerlist Davjack" du groupe anglais THE NICE, un nom qui rime déjà avec audace !

Foin de Mellotron, même pas sur la reprise de TRAFFIC, "Tornare bambino" ("Hole in My Shoe") – contrairement à l'intro au sitar totalement reproduite ! -, le virage opéré par la suite n'en sera que plus marquant. Une épithète qui ne convient guère à ce disque, sinon une nouvelle fois pour les fans futurs qui découvrent avec émotion les débuts de leur groupe chéri. L'une des meilleures reprises des QUELLI ne figure même pas dessus, il s'agit de "La poupée qui fait non" de Michel POLNAREFF ("Una bambolina che fa no, no, no", parue en single), exercice plus aisé pour nos Lombards du fait de la proximité des langues française et italienne.

On peut retenir cependant "Dici", version fraîche et sympathique du "Dizzy" de Tommy ROE, ainsi que "Sigillato con un bacio", mignonne et sans lourdeur ni du côté des voix, ni de l'orchestre. L'histoire continue ensuite différemment, y compris pour Teo Teocoli qui s'échappe vite afin de suivre une carrière solo qui l'amène plus tard à devenir humoriste, acteur et présentateur télé à succès.

A lire aussi en POP par MARCO STIVELL :


Tony BANKS
Still (1991)
Toujours aussi talentueux que méconnu




Tony BANKS
Walls Of Sound / Back To You (1996)
La seule face b du génie bougon


Marquez et partagez





 
   MARCO STIVELL

 
  N/A



- Franco Mussida (guitares, choeurs)
- Flavio Premoli (claviers, choeurs)
- Giorgio Piazza (basse, choeurs)
- Franz Di Ciocco (batterie, choeurs)
- Teo Teocoli (chant, choeurs)


1. Dici
2. Marilu'
3. Nuvole Gialle
4. Lacrima E Pioggia
5. Mi Sentivo Strano
6. Tornare Bambino
7. Pensieri
8. Sigillato Con Un Bacio
9. Hush
10. 15 Anni
11. Hip, Hip, Hurra
12. Questa Città Senza Te



             



1999 - 2019 © Nightfall.fr - Comment Soutenir Nightfall ? - Nous contacter - Webdesign : Inox Prod