Recherche avancée       Liste groupes



      
SYNTHPOP / VARIETE  |  STUDIO

Commentaires (17)
L' auteur
Acheter Cet Album
 



Laura BRANIGAN - Self Control (1984)
Par BAKER le 23 Septembre 2018          Consultée 837 fois

Après deux très sympathiques albums où elle a prouvé être une chanteuse de variété douée et bien entourée, Laura Branigan se retrouve en 1984 à la croisée des chemins. Rester dans le même style, ou bifurquer vers quelque chose de plus pêchu, plus à la mode ? L'intro de ce troisième album s'amuse délicieusement à brouiller les pistes : "The Lucky One" débute comme une ballade jolie, soignée, et très, très très gluante. Jusqu'à l'explosion qui remet les choses en place : certes, Laura est toujours acoquinée avec Jack White, producteur très à la mode et qui n'a pas peur de faire de la synthpop un tantinet racoleuse. La même année, il connaîtra un grand succès avec Audrey LANDERS, et surtout le duo Jermaine JACKSON / Pia ZADORA. De la pop bonne enfant, dans l'air du temps mais un chouïa cheap, chut !

Or ce qui est proposé sur "The Lucky One", c'est un style plus dur, des synthétiseurs plus rythmiques, plus agressifs, un spectre sonore mieux maîtrisé et une production qui globalement a mieux vieilli. Grâce à qui ? A un jeune producteur montant nommé Harold Faltermeyer. A l'orée de son succès planétaire avec "Axel F.", notre allemand utilise toute sa science naissante pour donner du punch à tous les meilleurs titres de cet album. Efficace mais également hardi, il tire le meilleur des techniques de production d'époque, tandis que Laura, elle, s'occupe de la partie chant avec un aplomb fantastique : sans perdre son timbre grave et son identité, elle sait parfaitement forcer sa voix et adapter sa puissance à ce nouveau son rugueux et mécanique.

Le pari était risqué, mais réussi : globalement, Laura Branigan version 2.0, plus rock, plus FM, n'a peut-être pas la sensualité, la délicatesse d'antan, mais elle envoie tellement le bois qu'on lui pardonne aisément (du reste, elle montrera dans la bande originale de SOS Fantômes que les riffs de guitare ne lui font pas peur). Sur "Heart", au pont presque heavy prog très influencé par les premiers ASIA ; sur la clôture "With Every Beat" lente mais puissante, à qui il ne manque que peu de choses pour devenir un classique ; sur un "Take Me" très suggestif, sexy, au pont rappellant beaucoup "The Heat Is On" de Glenn FREY. "Heat Is On" qui, coïncidence, est sur la B.O. du... Flic de Beverly Hills : encore un cas d'émulation musicale autour de la belle brune !

Et lorsque la fine équipe passe le volume à 11, Laura répond présente. "Satisfaction" est assez bluffante de puissance vocale, urgente et frénétique, une super chanson dont l'aura est à peine émoussée par un son de synthé un peu craignos (oui, craignos, nous sommes en 1984, faut être bléca !) tout droit sorti de... euhhhh... ah ben du JACKSON / ZADORA : Jack White, sors de ce studio ! (ah ça, les mecs appelés Jack White et les studios d'enregistrement, ça va pas ensemble..... voilà... voilà voilà voilà...). "Satisfaction" donc qui en donne pleinement, mais ce n'est rien par rapport à "Self Control" : plus gros tube de Branigan (encore plus que "Gloria"), c'est une tuerie FM où Faltermeyer se rapproche beaucoup de ce que feront SANDRA et son Michael CRETU de mari un an plus tard.

On trouvera aussi la sempiternelle ballade piano/voix de fin de face A, permettant à notre chanteuse de montrer qu'elle sait toujours donner dans le feutré, la tout autant sempiternelle reprise de tube italien ("Ti Amo", version inutile tant elle est proche de l'originale en moins intense), et hélas une face B moins réussie, moins expansive, qui empêche ce disque de se hisser aux plus hauts rangs du genre. Car ne nous y trompons pas : si la démarche artistique peut paraître singulièrement putassière, le résultat est globalement enthousiasmant, les réussites majoritaires, et le charisme vocal intact, sinon renforcé. Annus magnificiis pour tous les acteurs pricipaux d'un album où le self-control n'a pas été scrupuleusement conservé, et tant mieux.

Note finale : 3,5/5

A lire aussi en POP par BAKER :


David BOWIE
Best-of (dvd) (2002)
A la fois archive et bonne entrée en matière.




Paul WILLIAMS
Phantom Of The Paradise (1974)
"Ink is nothing to me winslow...now sign !"


Marquez et partagez





 
   BAKER

 
  N/A



- Laura Branigan (chant)
- Robbie Buchanan (claviers, prog)
- Harold Faltermeyer (claviers, prog)
- Dan Huff (guitare)
- Michael Landau (guitare)
- Paul Jackson Jr (guitare)
- Nathan East (basse)
- Carlos Vega (batterie)
- John Robinson (batterie)
- Larry Williams (saxophone)
- Andrea Robinson (choeurs)
- Beth Andersen (choeurs)
- Bill Champlin (choeurs)
- Jim Haas (choeurs)
- Joe Chemay (choeurs)
- Joe Pizzulo (choeurs)
- Jon Joyce (choeurs)
- Richard Page (choeurs)
- Steve George (choeurs)
- Tom Kelly (choeurs)
- Tommy Funderburk (choeurs)


1. The Lucky One
2. Self Control
3. Ti Amo
4. Heart
5. Will You Still Love Me Tomorrow
6. Satisfaction
7. Silent Partners
8. Breaking Out
9. Take Me
10. With Every Beat Of My Heart



             



1999 - 2020 © Nightfall.fr V5.0_Slider - Comment Soutenir Nightfall ? - Nous contacter - Webdesign : Inox Prod