Recherche avancée       Liste groupes



      
SOUL BLUES  |  STUDIO

L' auteur
Acheter Cet Album
 


Bobby BLAND - Here's The Man! (1962)
Par LE KINGBEE le 5 Septembre 2019          Consultée 455 fois

Bobby "Blue" BLAND a enregistré en 1961 un album dit de référence avec Two Steps From The Blues. On peut aujourd'hui s’étonner que ce superbe chanteur à la voix de gorge exceptionnelle n’ait pas connu un plus grand succès auprès du public blanc américain. On sait combien est grande la difficulté de confirmer sur un second disque. BLAND va réussir son pari en alignant un second jet pratiquement aussi bon et bien pensé que le premier. Issu de plusieurs sessions, Here’s The Man !!!, titre que certains risquent de trouver présomptueux ou arrogant s’ils ne connaissent l’humilité et l’humour de Bobby BLAND.

Le disque s’ouvre sur de bonnes bases pleines d’humour avec "36-22-36", une compo de Don Robey, dans laquelle le chanteur propose son numéro de téléphone à ses auditrices, stratagème que reprendra plus tard la fine équipe de Booker T & The MG’s. Il enchaîne avec une pépite de Deadric Malone, en fait le pseudo de Don Robey, patron du label Duke avec "You Are The One (That I Adore)". Là c’est une démonstration d’harmonie vocale et d’arrangements que nous offrent BLAND et Joe Scott. On signale que Mel Brown en fera une reprise fort réussie en 2000.

Place à l’un de ses plus grands succès avec "Turn On Your Love Light", mainte fois repris mais rarement égalé ; hormis les tentatives de Gene CHANDLER, Gregg ALLMAN ou des THEM de Van MORRISON et des impayables BLUES BROTHERS quelques grands noms reprendront ce hit à leurs comptes pour en faire de parfaits massacres (Long John Baldry, Conway TWITTY ou Gloria LYNNE). Là on a tout ce qu’on est en droit d’attendre d’un titre de Soul : grosse mélodie, gros feeling, gros groove, chant entraînant. On notera au passage que notre Eddy National en délivrera une adaptation plus que convenable sous le titre de "Je Fais le Singe". Autres piste issue de l’imagination de Don Robey, l’excellent "You’re Worth It All", le cuivré "Your Friends" dans lequel le chanteur ne s’en laisse pas conter et finit par dompter les sax et la trompette. "Ain’t That Loving You" ⃰ s’avère très Jazzy avec des cuivres saisissants qui se tirent la bourre avec le piano et la guitare de Wayne Bennett. Un original repris plus tard avec ferveur par Doug Sham et le DERECK TRUCKS BAND. Dernière création de Don Robey/ Deadric Malone (comme vous voulez vous choise !) avec "Twistin' Up The Road", titre associant Twist, danse alors très tendance, à "Farther Up The Road", l’un des premiers succès du chanteur.

Au rayon des reprises, il s’attaque à "Who Will The Next Fool Be ?", petit hit du countryman Charlie RICH gravé à l’origine pour Phillips Int. Filiale du label Sun. Si le morceau connaîtra par la suite des essais concluants (Charles Brown, Katie Webster, Janiva Magness), l’interprétation veloutée de Bobby "Blue" agrémentée d’une superbe voix de gorge, un peu à l’instar de Ray CHARLES (à ses débuts) demeure un modèle du genre. On conseillera à Sheryl CROW ou l’italien ZUCCHERO de s’inspirer de cette version au lieu de la massacrer à qui mieux-mieux. Il reprend "Blues In The Night", une compo de Johnny MERCER figurant dans le film du même nom, laissant le premier rôle à une section cuivre aussi délicate que percutante. Le morceau sera repris plus tard par CHICAGO tandis que Katie MELUA en fera bien plus tard un soporifique, sommeil garanti à 100%. Autre bonne surprise avec "Jelly, Jelly, Jelly", titre de la paire jazzy Billy Eckskine/Earl Hines, Bobby BLAND se contentant simplement de rajouter un 3ème Jelly au vieux titre d’origine. Contrairement à la première interprétation marquée par la présence du piano d’Earl Hines, l’orchestration privilégie ici la souplesse des cuivres et un vocal toujours aussi satiné. Si Esther Phillips reprendra le titre au milieu des seventies, c’est l’ABB qui lui donnera une petite cure de jouvence. Le disque s’achève sur une superbe note avec "Stormy Monday Blues", la seconde compo du tandem Eckstine/Hines qui influencera plus tard le célèbre "Call It Stormy Monday" ⸋ du texan T. Bone WALKER. La voix de velours de BLAND vient se poser à merveille sur la douce mélodie.

Si ce second disque se situe peut être légèrement un ton en dessous du premier, il contient néanmoins trois titres qui se classèrent dans le Top Ten des charts R&B, alors que "Who Will The Next Fool Be ?" se contenta d’une 12ème place. Une voix de velours terriblement enveloppante voguant entre Blues Shouters, Gospel et Blues, des arrangements et une orchestration aux petits oignons et un répertoire combinant d’habiles reprises revisitées et des compo du prolifique Don Robey, font de ce disque un Must d’une Soul encore naissante. Note réelle 4,5.


⃰ Rien à voir avec les titres homonymes d’Homer Banks (popularisé par Johnnie Taylor et les Ohio Players) ni avec celui du jamaïcain Ken Boothe.
⸋ En aout 1962, "Stormy Monday Blues" sort en single, mais sera cette fois accrédité à Aaron Thibeaux Walker, alias T. Bone WALKER. Un mystère du label Duke.

A lire aussi en SOUL par LE KINGBEE :


Wilson PICKETT
The Exciting Wilson Pickett (1966)
Une panthère noire pour un top de soul sixties




Naomi SHELTON & THE GOSPEL QUE
What Have You Done, My Brother? (2009)
Entre chant d'église et soul vintage. un must!


Marquez et partagez





 
   LE KINGBEE

 
  N/A



- Bobby 'blue' Bland (chant)
- Wayne Bennett (guitare)
- Hamp Simmons (basse)
- John 'jabo' Starks (batterie)
- Teddy Reynolds (piano)
- Robert Skinner (saxophone)
- Rayfield Devers (saxophone)
- Joe Scott (trompette)
- Melvin Jackson (trompette)
- Pluma Davis (trombone)


1. 33-22-36
2. Turn On Your Love Light
3. You're The One (that I Adore)
4. Who Will The Next Fool Be
5. You're Worth It All
6. Blues In The Night
7. Ain't That Loving You
8. Your Friends
9. Jelly, Jelly, Jelly
10. Twistin' Up The Road
11. Stormy Monday Blues



             



1999 - 2021 © Nightfall.fr V5.0_Slider - Comment Soutenir Nightfall ? - Nous contacter - Webdesign : Inox Prod