Recherche avancée       Liste groupes



      
FOLK-ROCK  |  STUDIO

Commentaires (4)
L' auteur
Acheter Cet Album
 


CRASH TEST DUMMIES - God Shuffled His Feet (1993)
Par MARCO STIVELL le 19 Septembre 2019          Consultée 371 fois

Pour CRASH TEST DUMMIES, la consécration se développe dans les années 1993-94 et bien au-delà des frontières canadiennes. L'album God Shuffled His Feet se retrouve dans les top ventes en Australie et Nouvelle-Zélande, Royaume-Uni, Autriche, Suisse, Pays-Bas, Suède, Norvège et, bien sûr, en Amérique du Nord.

Le batteur du groupe a changé et Michel "Mitch" Dorge devient un nouveau membre à part entière, un cinquième élément durable. Le producteur Jerry Harrison, l'ancien membre des MODERN LOVERS et des TALKING HEADS, offre une belle spatialité au son des Canadiens qui garde cette couleur précieuse mais avec davantage de moyens. Ils ont même été empruntés le Bacchus et Ariane du Titien pour la pochette, en mettant leurs propres visages ! Le son reste très folk bien sûr, en perdant les couleurs celtiques de The Ghosts That Haunt Me, mais l'accent est clairement mis sur les harmonies vocales de Brian Roberts et d'Ellen Reid, les claviers de cette dernière.

On le sent dès le morceau-titre, dont le single et le clip n'ont visiblement pas posé trop de problèmes en terre puritaine, alors que Dieu y est comparé à une marionnette ! Ce serait un tort de bouder une mélodie belle et profonde, portée par le chant vraiment à part de Brian Roberts, autre élément-clé de CRASH TEST DUMMIES, dont d'aucuns pourront souligner le manque de sérieux, et pas forcément destiné à être apprécié à tout le monde ! Le rythme chaloupé est sympathique. Et, afin de rappeler mieux le monde dans lequel il évoluait dix années plus tôt, Jerry Harrison fait venir Adrian Belew (ex-ZAPPA, KING CRIMSON) pour un solo de guitare-synthétiseur !

C'est l'une des rares aspérités de ce disque dont les chansons se déroulent, avec une grande sérénité. Nous sommes dans les années 90, et si God Shuffled His Feet est un emblème de son époque, ce n'est pas pour rien. Le folk nouveau est loin d'être dénué de charme, comme en témoignent les "Swimming in Your Ocean", où planent les arpèges typiquement Stratocaster (miam) couplés à la mandoline lors des transitions. De même, "I Think I'll Disappear Now" où les cordes rêveuses prennent le relais, sans oublier les épiques et crépusculaires "The Psychic"/"Two Knights and Maidens", l'outro de piano seul. Final d'album en apesanteur et en grâce, donc.

Le son peut aussi se faire plus lourd grâce aux interventions des frères Roberts, guitares ("How Does a Duck Know?", autre titre très prenant) et surtout basse, pas forcément pour les titres les plus funk comme "Afternoons & Coffespoons" ou "When I Go With Artists". Les harmonicas de Benjamin Darvill sont responsables pour bonne part de la folie du groupe, qui mise toujours sur les tempos bluegrass également, les mélodies et choeurs qui suivent. "In the Days of the Caveman", parallèle amusant entre un campement sauvage et un retour à l'ère primitive, débute avec des grillons, mélange un peu tous ces aspects, mais la part de claviers y reste forte. Quoique nouveau, le folk selon CRASH TEST DUMMIES possède vraiment un caractère personnel !

Reste le morceau auquel le groupe doit tant, le refrain le plus fainéant de l'histoire de la pop, mais qui en réalité fait contrepoids, ou appuie selon, les couplets empreints de réalisme dramatique (enfants maltraités, harcelés à l'école, silencieux après un accident...). Le clip reprend, à son tour, un propos théâtral. "Mmm Mmm Mmm Mmm" est ce bijou qui porte la carrière des Canadiens et la scelle quelque part, puisque qu'ils ne retrouveront jamais un tel succès. Succès qui n'est pas celui de R.E.M., mais c'est tout naturellement que vient cette filiation.

La progression de la chanson est marquée par un Brian Roberts dont l'interprétation ne peut laisser indifférent, des arrangements d'une grande finesse, batterie légère, basse mélodique, piano et claviers... Et ces choeurs d'Ellen Reid, oui ces choeurs aériens, vocalises merveilleux. Le clou de la chanson, c'est eux, sur le pont et surtout ce final à en donner des frissons. Il fait le tour de la planète en 1994, année révélatrice d'un autre talent canadien appelé Jim Carrey, chose normale car pour ceux qui ont vu la comédie déjantée Dumb & Dumber, s'il y a bien un moment où on peut s'émouvoir et verser une larmichette dans le film, c'est celui-là, la dispute dans le désert.

A lire aussi en FOLK par MARCO STIVELL :


Polly WOOD
And She Did... (2013)
Un très bon premier disque folk




Rachel SERMANNI
Black Currents (2012)
Le néo-folk très mature d'une petite écossaise


Marquez et partagez





 
   MARCO STIVELL

 
  N/A



- Brad Roberts (chant, guitares, piano)
- Dan Roberts (basses, choeurs)
- Ellen Reid (piano, claviers, accordéon, choeurs)
- Benjamin Darvill (harmonicas, mandoline, guitares)
- Michel Dorge (batterie, percussions)
- Larry Beers (batterie additionnelle)
- Adrian Belew (guitares-synthétiseurs)
- Kerry Nation (choeurs)


1. God Shuffled His Feet
2. Afternoons & Coffespoons
3. Mmm Mmm Mmm Mmm
4. In The Days Of The Caveman
5. Swimming In Your Ocean
6. Here I Stand Before Me
7. I Think I'll Disappear Now
8. How Does A Duck Now?
9. When I Go With Artists
10. The Psychic
11. Two Knights And Maidens
12. Untitled



             



1999 - 2019 © Nightfall.fr - Comment Soutenir Nightfall ? - Nous contacter - Webdesign : Inox Prod