Recherche avancée       Liste groupes



      
POP-ROCK PROGRESSIVE  |  STUDIO

L' auteur
Acheter Cet Album
 


The MUTE GODS - Atheists And Believers (2019)
Par BAKER le 25 Septembre 2019          Consultée 172 fois

Battre le fer oui, mais attention à ne pas faire fondre l'enclume. Trois albums en à peine 4 ans pour les MUTE GODS, ce super-groupe surprenant qui manie l'art de la pop progressive technique mais accessible avec l'aisance de vieux routards... qu'ils sont. Le résultat est évident : cette fois, le groupe accuse un petit passage à vide. Petit, vraiment, mais bien là.

Mais avant de parler du petit qui fâche, parlons du gros qui fait plaisir : cet album est, comme les deux autres, un très bon moment à passer avec un mélange subtil de passages virtuoses et de mélodies accrocheuses, le tout sous une production futuriste et chatoyante. Roger King s'y affiche toujours meilleur que chez Steve HACKETT, Marco MINNEMANN continue de se montrer aussi fascinant à la guitare qu'à la batterie. Ce coup-ci, la nouveauté viendra de Nick Beggs qui met plus en avant ses talents de bassiste avec de petits slaps bien méchants toujours à propos, ce qui funkyse un tantinet cette pop par ailleurs très anglaise et structurée.

Quand c'est bon, c'est très bon. Le titre d'ouverture accroche tout de suite, pas qu'il soit passionnant mais il s'avère terriblement bien fait. "One Day" n'a plus qu'à ramasser les miettes avec un refrain planant et fort, un des deux sommets de cette galette. L'autre, c'est bien sûr "Sonic Boom", un instrumental totalement décomplexé, pas aussi violent que son titre le suggère, mais passionnant malgré ses circonvolutions. Le disque ne se prive pas de délivrer des mélodies nombreuses ("Twisted World"), de mettre bien en avant des ambiances parfois fortes ("The House", délice de synthétiseurs new-wave sombres) ou plus éthérées (le trop long mais joli final "I Think of You", véritable atterrissage en douceur).

En revanche, il n'y a plus la sidération de l'auditeur qui rendait le groupe hypnotisant. Ca n'est souvent "que" sympa, que ce soit côté groove avec "Knucklehead" ou côté heavy avec le riff bien rentre-dedans d' "Envy the Dead". Ca fonctionne, on ne s'ennuie pas, mais on sent aussi un petit début de baisse de forme. Ca tourne parfois en rond. "Old Men" par exemple essaie de s'approcher du Dieu GENESIS, mais n'y arrive pas. Avec le mixage de la guitare et du Mellotron, on pense plus au vieux ANGE, ce qui au final n'est pas mal ! Mais le charme est partiellement rompu. Le véritable trou d'air se produira sur "Iridium Heart", bizarrerie plus compliquée que progressive et qui à force de vouloir sonner originale à tout prix en devient laide.

On ne regrette pas d'avoir retrouvé nos héros dans quelques titres qui méritaient largement une sortie ; en revanche espacer le prochain album semble indispensable pour retrouver le feu sacré. De la bonne musique, un disque sympa, malgré tout une petite déception. Vite effacée quand on chante "One Day" à tue-tête, certes. Pour les amateurs de bonne pop rock intelligente, sachant qu'ils ont déjà fait mieux mais que bien d'autres ont déjà fait pire.

Note finale : 3,5 / 5

A lire aussi en ROCK PROGRESSIF par BAKER :


Dave GROHL
Play (2018)
What are you doing, Dave ?




AYREON
The Final Experiment (1995)
Premier essai stupéfiant d'audace.


Marquez et partagez





 
   BAKER

 
  N/A



- Nick Beggs (chant, basse, guitare, claviers, chapman stick)
- Roger King (guitare, claviers, prog)
- Marco Minnemann (batterie, guitare, xylophone)
- Alex Lifeson (guitare, mandoline)
- Craig Blundell (batterie)
- Rob Townsend (flûte, saxophone, clarinette)
- Lula Beggs (choeurs)


1. Atheists & Believers
2. One Day
3. Knucklehead
4. Envy The Dead
5. Sonic Boom
6. Old Men
7. The House Where Love Once Lived
8. Indium Heart
9. Twisted World Godless Universe
10. I Think Of You



             



1999 - 2019 © Nightfall.fr - Comment Soutenir Nightfall ? - Nous contacter - Webdesign : Inox Prod