Recherche avancée       Liste groupes



      
HARD-BOP  |  STUDIO

Commentaires (1)
L' auteur
Acheter Cet Album
 


Bobby HUTCHERSON - The Kicker (1963)
Par DERWIJES le 8 Novembre 2019          Consultée 74 fois

Planifier la sortie des albums est un vrai casse-tête pour les maisons de disques, même si c’est souvent –toujours ? - un problème qu’elles s’imposent d’elles-mêmes. Prenons pour exemple Blue Note en Décembre 1963. Ils ont sur les mains le premier album du jeune Bobby HUTCHERSON qui est déjà en train de se faire un nom dans le milieu, mais ! Ledit album contient le morceau « The Kicker », qui a aussi été repris par Horace SILVER dans son album Songs for My Father qui doit sortir en même temps que celui qu’Hutcherson. Impossible de sortir d’intervalles deux albums de jazz reprenant le même morceau ! Pourquoi ? Parce que ! On remise du coup le jeunot au placard et on lui préfère la valeur sûre. Un choix payant puisque l’album d’Horace Silver est à juste titre un succès et fait aujourd’hui parti des disques incontournables du jazz.
En vérité, les raisons de cette annulation ne sont pas très claires, quoique l’explication ci-dessus soit la plus souvent citée. On invoque aussi la crainte qu’avait Blue Note de ne pas réussir à vendre un album mené par un vibraphoniste.

En effet, Bobby HUTCHERSON fait partie de la petite famille des vibraphonistes ! Cet instrument, héritier du gluckenspiel, s’illustre surtout dans la musique classique du XXème siècle et auprès des musiciens expérimentaux. Steve REICH lui a donné ses lettres de noblesse en 1976 avec son Music for 18 Musicians où il accorde à l’instrument la place d’honneur. Mais il n’y a bien que dans le jazz où on le retrouve à la place de meneur.
Pour Bobby HUTCHERSON, la découverte du vibraphone se fait grâce à Milt JACKSON, et plus précisément de son jeu dans l’album Miles Davis All-Star Quintet, Volume 2. Il entre dans le monde du jazz grâce à sa sœur qui le fait embaucher comme saxophoniste dans le groupe de son petit ami d’alors, Eric DOLPHY. Alternant entre de nombreuses formations musicales et des petits boulots comme chauffeur de taxi pour survivre, il parvient petit à petit à se faire une place dans le milieu, humble mais suffisante pour lui valoir l’opportunité d’assembler son groupe et d’enregistrer son premier album solo, ce The Kicker remisé au placard donc.

Il faut attendre 1999 pour que Blue Note corrige son erreur et le sorte, pour la plus grande joie des fans que le musicien a depuis les années accumulés.
Il s’est entouré d’Al Harewood à la batterie, de Bob Cranshaw à la basse, de Duke Pearson au piano, de Joe Henderson au saxophone ténor et de la présence de Grant Green pour tenir la guitare dans la deuxième partie du disque. Bobby HUTCHERSON est un artiste qui peut être intimidant pour les néophytes, sa musique versant dans l’avant-garde. The Kicker constitue une bonne porte d’entrée pour ceux qui souhaitent découvrir le vibraphone. Le son cristallin qu’il dégage peut demander un temps d’acclimatation, notamment par rapport à son utilisation en tant qu’instrument soliste, là où il fait normalement parti de l’orchestre. Il n’occupe pas la place d’honneur sur cet album puisque le saxophone de Joe Henderson ne se gêne pas pour lui voler la vedette. On pourrait presque croire que c’est lui le leader du groupe tant il semble contrôler la direction des morceaux : alors que « Bedouin » commence avec une intro semblant délivrer la promesse de son titre oriental, c’est Henderson qui la ramène en un solo vers le hard-bop de facture classique à la mode à l’époque.
Ce n’est pourtant pas un défaut. Les morceaux sont autrement biens sages et il y amène un swing rafraîchissant. La présence de la guitare de Grant Green est aussi bienvenue, d’autant plus qu’il parvient à ne pas être une présence anecdotique et à s’annoncer de fort belle manière sur « Step Lightly », le morceau de bravoure durant presque une bonne quinzaine de minutes pendant lesquelles les musiciens prennent leurs temps pour s’amuser.

Sans être indispensable, The Kicker saura plaire aux nouveaux venus par son côté abordable et presque easy-listening. Les amateurs éclairés, eux, se retrouveront dans « Mirrors », une ballade composée par Joe CHAMBERS, futur compositeur d’un bon paquet de morceaux de Bobby HUTCHERSON et qui, malgré ses allures conventionnelles, préfigure la direction plus iconoclaste vers laquelle le vibraphoniste se tournera dans la suite de sa carrière. En attendant, il nous laisse en guise de première carte de visite un album un peu trop sage dans lequel il semble s’effacer pour laisser la place à ses musiciens.

A lire aussi en JAZZ par DERWIJES :


Miles DAVIS
Relaxin' With The Miles Davis Quintet (1956)
Hard cool.




Miles DAVIS
'round About Midnight (1957)
L'heure de tous les possibles


Marquez et partagez





 
   DERWIJES

 
  N/A



- Bobby Hutcherson (vibraphone)
- Joe Henderson (saxophone ténor)
- Duke Pearson (piano)
- Bob Cranshaw (basse)
- Al Harewood (batterie)
- Grant Green (guitare)


1. If Ever I Would Leave You
2. Mirrors
3. For Duke P.
4. The Kicker
5. Step Lightly
6. Bedouin



             



1999 - 2019 © Nightfall.fr - Comment Soutenir Nightfall ? - Nous contacter - Webdesign : Inox Prod