Recherche avancée       Liste groupes



      
VARIETE FRANCAISE  |  STUDIO

L' auteur
Acheter Cet Album
 


Pierre LAPOINTE - Pour Déjouer L'ennui (2019)
Par GEGERS le 12 Janvier 2020          Consultée 299 fois

C'est un artiste à part, étrange. Tant mieux, l'étrangeté est salutaire en musique. Original. Allez, osons le mot. Pour décrire Pierre LAPOINTE, Québécois à l’état civil, nous n’utiliserons pas le terme galvaudé d’ovni, dénué de substance, mais plutôt celui de comète, pas forcément pour la longueur de son panache mais pour sa capacité à se manifester quand bon lui semble, filant à toute vitesse dans le firmament entouré d’un halo éthéré. Un astre insaisissable. Il y a chez Pierre LAPOINTE une tradition musicale solidement ancrée dans la chanson francophone des années 60 et 70. L’inspiration remonte jusqu'à Brassens, mais ne s’arrête pas dans un passé révolu. Il y a du baroque et de la pop, un travail graphique très travaillé et inspiré par l’art contemporain. Couronné de nombreux succès et récompenses dans la Belle Province, bénéficiant d’un noyau solide d’admirateurs de ce côté-ci de l’Atlantique, le chanteur propose un dixième album de chansons, une "collection de berceuses pour enfants qui ont grandi", pour reprendre les mots de l’artiste.

La musique de Pierre LAPOINTE parle d’amour. Des sentiments qu’il procure, bien sûr, mais au romantisme classique pratiqué par le chanteur s’ajoute une tendance à évoquer l’amour physique, ses bruits, ses odeurs et ses fluides corporels. Là où l’artiste surprend, c’est par le ton décontracté de ces ritournelles qui le voient se construire une image d’homosexuel exigeant, chamboulé par l’incertitude de ses appétences affectives. Jouant sans cesse sur une ambiguïté voulue entre masculinité et féminité, Pierre LAPOINTE propose par exemple avec "Le Monarque Des Indes" une ritournelle acoustique chaloupée et séduisante, et son interprétation, à la fois nonchalante et désabusée, se fait impériale. Il y a là toute la richesse musicale des années 70, la décennie, diraient certains, durant laquelle des chefs-d’œuvre étaient créés avec deux accords de guitare folk. Impérial.

Alors que le piano jouait un rôle prépondérant sur les opus passés du chanteur, c’est cette fois la guitare acoustique qui prend les rênes de l’univers musical du Québécois. Les arrangements sont réduits au minimum, et c’est bien la voix de l’artiste qui propose l’essentiel des mélodies. Celles-ci se font le plus souvent délicates et non conventionnelles. Il y a une véritable recherche d’originalité ainsi qu’une volonté d’aller à contre-courant d’une tendance actuelle à favoriser le refrain. Sur "Déjouer l’ennui", titre qui donne son nom à l’album, les refrains ne constituent qu’une respiration entre des couplets tout autant marquants. C’est bien la progression musicale, l’ajout successif d’instruments supplémentaires, qui rend le morceau particulièrement savoureux et réussi. Fasciné par l’amour, sous toutes ses formes, Pierre LAPOINTE est autant fasciné par sa naissance que par la mort des sentiments, et cela reste au piano qu’il le chante le mieux. "Amour bohême", dans son dénuement le plus brut, est sans aucun doute un des morceaux les plus intenses de l’album. Intense, également, est un adjectif qui convient pour décrire "Qu’est-ce qu’on y peut", duo avec Clara Luciani. La mélodie est liquide, suave, et le mariage des voix des deux artistes est divin.

Pour Déjouer l’Ennui mériterait d’être un vinyle des années 70. Il y a du Brassens et du Le Forestier sur ces 12 morceaux pétris d’incertitude, c’est d’ailleurs ce qui fait leur beauté. "Dis-moi je ne sais pas", peut-on faire plus incertain comme titre de morceau. Les ambiances, variées, se font tranquilles et gentiment désabusées, et l’album, même dans la froideur hivernale, procure une joie ensoleillée. Un album pour les amoureux de guitare, de piano, de voix chaudes et de chansons timides, qui mettent en lumière les failles de leur auteur. S’il y a ici moins de "grands" morceaux que sur les précédents albums de Pierre LAPOITE, Pour Déjouer l’Ennui se fait constant et inspiré de bout en bout. Comme son interprète, voici un album qui a besoin d’amour.

3,5/5

A lire aussi en VARIETE FRANCAISE par GEGERS :


CALI
Vernet-les-bains (2012)
Vieillir, c'est se rappeler son enfance




CALI
Les Choses Défendues (2016)
Artiste de l'épiderme.


Marquez et partagez





 
   GEGERS

 
  N/A



- Pierre Lapointe (chant, piano)


1. Tatouage
2. La Plus Belle Des Maisons
3. Pour Déjouer L'ennui
4. Un Cœur Qui Saigne
5. Le Monarque Des Indes
6. Amour Bohême
7. Amour Ou Songe
8. Dis-moi Je Ne Sais Pas
9. Je Connais Le Chemin
10. Vivre Ma Peine
11. Qu'est-ce Qu'on Y Peut ?
12. Vendredi 13



             



1999 - 2020 © Nightfall.fr V5.0_Slider - Comment Soutenir Nightfall ? - Nous contacter - Webdesign : Inox Prod