Recherche avancée       Liste groupes



      
COUNTRY-ROCK-JAZZ-BLUES  |  STUDIO

Commentaires (2)
L' auteur
Acheter Cet Album
 


The HELLECASTERS - The Return Of The Hellecasters (1993)
Par BRADFLOYD le 30 Mars 2020          Consultée 282 fois

Attention : groupe culte !
Les HELLECASTERS sont un groupe de trois guitaristes de sessions américains renommés, composé de Will RAY, le multi-instrumentiste John JORGENSON* et Jerry DONAHUE.
Pour vous situer le niveau des gars, ceux-ci ont joué respectivement (et entre autres) pour :
- Joe WALSH, Steve EARLE, Tom JONES… (Will RAY)
- The DESERT ROSE BAND, The BYRDS, Bob SEGER, Bonnie RAITT, Johnny CASH, Bob DYLAN, Roy ORBISON, Elton JOHN… (John JORGENSON)
- FAIRPORT CONVENTION, Joan ARMATRADING, Gerry RAFFERTY, Robert PLANT, Elton JOHN, Johnny HALLYDAY, Cliff RICHARD, Chris REA, Warren ZEVON, Bonnie RAITT, Hank MARVIN, Roy ORGISON, The BEACH BOYS, The YARDBIRDS… (Jerry DONAHUE).
Leur particularité ? Trois guitaristes avec des styles différents (plutôt blues pour Will RAY, un mélange de country et de heavy metal pour John JORGENSON et de la pop mâtinée de folk-rock pour Jerry DONAHUE) mais complémentaires. Autre particularité, ils sont tous les trois plus ou moins producteurs, ayant leurs propres studios. Will RAY, quant à lui a plus de 30 ans d'expérience dans l'enseignement de la guitare, ainsi que de nombreuses leçons à son actif publiées dans divers magazines de guitare tels que Guitar Player, Guitar World, Country Guitar, Guitar Techniques et Guitar Shop. Il a également écrit des chroniques mensuelles dans Guitar Player Magazine et Premier Guitar, sans compter plusieurs vidéos pédagogiques.

Dès "Highlander Boogie", le premier morceau avec ses arpèges ascendants incroyablement rapides, on sait que l’on sera sur un terrain particulièrement technique. Mais là où la technique peut tuer l’inspiration, le premier album des HELLECASTERS est un vrai régal pour les oreilles. Album totalement instrumental, il nous prend et ne nous lâche plus jusqu'à la fin. Ce qui est amusant, c’est d’essayer de déterminer qui joue et à quel moment. Les guitares se fondent les unes dans les autres, Will RAY utilisant son anneau pour effectuer des glissandi vertigineux (style de slide ring) ou jouant avec ses mécaniques pour désaccorder et réaccorder à grande vitesse sa gratte, John JORGENSON utilisant le tapping cher à Eddie VAN HALEN pour créer des effets "cascade" incroyables, Jerry DONAHUE, avec son style "bendy", étant connu pour être "l’homme aux 7 doigts à la main gauche" parce qu’il est impossible de comprendre, parfois, où il va chercher telle ou telle note.

Et donc, en 13 titres, cet album invite au voyage. Country, blues, folk, jazz, heavy rock… Tous ces styles sont maîtrisés et alternent les uns, les autres, faisant de ce "retour"** un must du genre. D'ailleurs, quel genre puisque, à ma connaissance, seul ce groupe a sorti ce type d’album où les harmonies sont recherchées, comme pour un orchestre de jazz, et n’a pas été imité. Quatre titres de JORGENSON, trois de DONAHUE et deux de RAY, cela pourrait signifier un manque de cohérence et d’unité, il n’en est rien. D’autant plus qu’ils sont assortis de quatre reprises à la sauce "HELLECASTERS", à savoir le célébrissime "Peter Gunn" de Henri MANCINI, "Sweet Dreams" de Don GIBSON, en hommage à Roy BUCHANAN (la version de Will RAY est d’une beauté folle, se rapprochant du niveau monstrueux de la version de BUCHANAN, le maître de la telecaster décédé en 1988), "Orange Blossom Special" popularisée en France par Charlie McCOY à l’harmonica, et "Passion", une reprise des GIPSY KINGS, ces titres jouant le rôle de liant avec les autres instrus, le risque étant, dans ce type d’album, que l’auditeur ne s’ennuie.

Or, ici, on ne s'ennuie jamais. Difficile, en effet, de sortir un titre plus qu’un autre. Peut-être "Back on Terra Firma" de JORGENSON et "King Arthur's Dream" de DONAHUE pourraient être les plus mémorables, avec des thèmes de grande technicité et des interludes calmes et bienvenus. Malgré la virtuosité technique incroyable de ces trois guitaristes, leur expérience collective en studio transparaît dans leur retenue (oui, ils savent quand jouer aussi vite que lentement), le souci du détail et le bon goût. Ce sont avant tout les ambiances qui sont recherchées, "King Arthur's Dream" en étant un parfait exemple.

Mais parfois, la folie s’invite sur la galette. "Orange Blossom Special" permet à chacun d’effectuer ses soli avec son identité propre, Will RAY étant le plus barré des trois.. Une tuerie de 7 mn que l’on ne voit pas passer et que l’on se remet tellement c’est bon.

Aucun morceau ne se ressemble. Le rock sautillant "Rockin' the dog" cotoie les jazzy "5 minutes to spare" et "Hellecaster stomp", ce dernier titre étant très proche de ce que proposait en son temps Danny GATTON. "Passion" est un morceau plein de feeling où JORGENSON s’imagine en Jeff BECK revisitant ce titre des GIPSY KINGS. La guitare manouche est remplacée par une guitare électrique saturée. Aussi belle version que l’originale. "Help I've fallen (& I can't get up)" ne correspond pas à son titre. Joyeux, ce rock est plein d’humour et met encore une fois à l’honneur la folie de Will RAY. Décoiffant.

Enfin, les deux derniers titres "Menage : The beak/the claw" et "Hellecaster theme" viennent, par un country-rock très rythmé et un hymne country de type générique de fin ("Hellecaster theme" me fait penser au générique de Michel POLNAREFF pour la "Folie des grandeurs", la technique en plus), clore cet album magnifique. Enfin, pas vraiment puisque les dernière notes correspondent à des mini-extraits de tous les morceaux joués sur ce disque, collés sur 5 secondes à peine. Histoire de s’amuser.

Album fait avant tout pour rigoler, et répondant à une demande à la suite de deux sets effectués en 1990, "Return of the Hellecasters" a reçu le prix du "meilleur album" et du "meilleur album country" de Guitar Player Magazine en 1993. C’est d’autant plus remarquable que les musiciens ne se rencontraient qu’en concert, les enregistrements des parties se faisant dans leurs studios respectifs, et les échanges par téléphone en raison de leurs agendas particulièrement fournis. La production est équilibrée et le succès fut tel, notamment auprès des critiques musicaux et les spectateurs qui avaient la chance de les admirer, qu’un second album fut mis en chantier immédiatement pour répondre à la demande. Sans baisse de qualité.

*John JORGENSON joue de la mandoline, du mandocello, de la guitare à pédales en acier, du piano, de la contrebasse, de la clarinette, du basson et du saxophone, et est l'un des pionniers du genre American Gypsy Jazz.
**En fait, ce "retour" fait suite à une première rencontre sur le titre "Hollywood Roundup" d’un album produit par Will RAY, réunissant plusieurs artistes en 1988 sous le nom de The SUPERPICKERS!

A lire aussi en COUNTRY par BRADFLOYD :


The MAVERICKS
Play The Hits (2019)
Un juke-box festif qui célébre 30 ans de carrière.




Brad PAISLEY
Mud On The Tires (2003)
Quand une berceuse emmène paisley vers l'éther.


Marquez et partagez





 
   BRADFLOYD

 
  N/A



- John Jorgenson (guitar, organ, synthetisers, bass, mandocaster)
- Will Ray (guitar)
- Jerry Donahue (guitar, drum programming)
- Dennis Belfield (bass)
- Davey Faragher (bass)
- Pat Donaldson (bass)
- Steve Duncan (drums)
- Donald Lindley (drums)
- Jeff Ross (guitar solo )
- Skip Edwards (organ )


1. Highlander Boogie
2. Peter Gunn
3. Back On Terra Firma
4. Sweet Dreams
5. King Arthur's Dream
6. Orange Blossom Special
7. 5 Minutes To Spare
8. Rockin' The Dog
9. Hellecaster Stomp
10. Passion
11. Help I've Fallen (& I Can't Get Up)
12. Menage : The Beak/the Claw
13. Hellecaster Theme



             



1999 - 2020 © Nightfall.fr - Comment Soutenir Nightfall ? - Nous contacter - Webdesign : Inox Prod