Recherche avancée       Liste groupes



      
JAZZ VOCAL  |  STUDIO

L' auteur
Acheter Cet Album
 


Peter CINCOTTI - Peter Cincotti (2003)
Par ERWIN le 6 Septembre 2020          Consultée 119 fois

Comme beaucoup d'artistes, Peter CINCOTTI est un New-Yorkais issu d'une famille d'immigrés italiens. Le chanteur entretient depuis toujours un rapport privilégié avec la terre transalpine. Il débute le piano a trois ans et se lance rapidement dans le circuit des clubs en parallèle avec ses études de musique, participe au festival de Montreux à l'âge de dix sept ans. Harry CONNICK Jr le prend sous son aile, ce qui lui permet de signer rapidement avec Concord et de sortir son premier album à l'âge de vingt ans. Notre garçon est donc à la fois précoce et doué. Nous voici donc face à son premier né où il ose peu positionner ses propres compositions au détriment de versions des classiques du jazz et de la pop.

"Sway" est un des immenses classiques du répertoire de la chanson populaire américaine. Elle doit ses lettres de noblesse aux version de Dean MARTIN et plus récemment de Michael BUBLE, repris en cette même année 2003. Peter en fait une version très smooth, comme il se doit. Cette composition qui ne supporte pas la médiocrité se révèle une belle épreuve du feu pour tout débutant qui se respecte. Je la trouve très jazzy – ce solo de piano – et le jeunôt s'en sort très bien. La vieille "Ain't Misbehavin" date de 1929, tout ceci ne nous rajeunit pas, mais CINCOTTI rend justice au classique créé par BROOKS et WALLER en ces temps reculés. On ne peut pas dire qu'il relègue la version de Louis ARMSTRONG aux oubliettes. Il laisse toujours autant de place au saxophone enjoué et se contente d'un intermède sympa laissant entrevoir sa jolie technique pianistique.

"Miss Brown" le voit s'attaquer aux grandes voix du jazz vocal, choix logique quand on veut intégrer la cour des grands. Ce titre "cool" de Billie HOLIDAY n'est pourtant pas le plus simple pour briller. CINCOTTI ne choisit pas la facilité et laisse beaucoup de champ libre au saxophone. "Comes Love" a été reprise par Ella FITZGERALD et Billie HOLIDAY. Il ne faut pas se planter et Peter fait le job sans sourciller. Pour les cinéphiles, "You Stepped Out Of A Dream" symbolise Lana Turner dans Ziegfeld Girl, l'époque où l'entertainment régnait en maître sur Hollywood. Nous conseillons la version de Dave BRUBECK parmi les dizaines que vous trouverez, mais le New-Yorkais lui donne une dynamique plutôt réussie, sans se l'approprier réellement.

Peter est aussi le produit de son temps, il prend des libertés avec le monde du jazz et de la pop, qu'il aime à faire cohabiter. Voici donc le classique des BEATLES "The Fool On The Hill" agrémenté de "Nature Boy" de Nat King COLE. On a presque l'impression qu'il n'ose pas se lancer sur les traces de Paulo, puisque le titre sert d'écrin en intro/outro, mais bien au contraire, il délivre ici une prestation d'une grande classe en enchaînant avec le standard du grand Nat, une vraie merveille à recommander chaudement. Puis, au beau milieu d'un aréopage de classiques jazzy, voilà une reprise de BLOOD SWEAT AND TEARS : dingue non ? Voici "Spinning Wheel" avec le piano en guise d'animation et pas de chant.

Vous allez tous reconnaître la "Mephisto Waltz" sous les traits de "Come Live Your Life With Me". Mais oui, il s'agit de la B.O du "Godfather" dont on connaît davantage la version instrumentale, mais c'est un bel essai transformé. Nous avons aussi une version de "Rainbow Connection". Cette chanson de Paul WILLIAMS, à l'origine chantée par Kermit la grenouille dans le cadre du Muppets show, notre idole à tous, est un exemple fort sympa de souvenirs lointains et enfantins pour l'artiste. Elle est donc charmante et, avouons-le, un brin désarmante !

Mais c'est sur ses capacités à composer que le destin du jeune homme va bien sûr se jouer. Il existe des centaines d'interprète mais fort peu de grands créateurs. Trois de ses compos figurent sur ce premier opus. On ressent déjà une appétence pour le swing avec "I Changed The Rules" et ses quelques aspects trépidants et « coquins », soutenu par une jolie basse rondelette. Plus smooth, "Are You The One" ondoie dans une certaine nonchalance, c'est sympa et presque easy-listening. Il nous reste "Lovers, Secrets, Lies" pour déterminer si l'artiste à la capacité ou pas de lancer une vraie carrière de compositeur à la hauteur de son mentor Harry CONNICK Jr. Eh bien, ce titre est très réussi et donne envie de taper du pied, avec son atmosphère de club new-yorkais enfiévré, là où il a dû être crée, avec un superbe solo de piano.

Ce premier album ne casse pas la baraque, même s'il conforte les élans pusillanimes du jeune artiste qui ne s'en laisse compter par aucun grand classique et aime imposer sa vision des choses à un public souvent habitué au "classicisme" plus qu'aux variations. Cet essai est de belle allure, même s'il recèle des choix discutables et un certain manque de dynamique au niveau de ses compositions. Nul doute que l'album suivant sera scruté tel le lait sur le feu avec beaucoup d'espoir par la communauté des fans de jazz vocal.

A lire aussi en JAZZ par ERWIN :


Tommy EMMANUEL
The Colonel And The Governor (2013)
Deux guitares




Emily REMLER
Catwalk (1985)
Guitar heroe avec un "e"


Marquez et partagez





 
   ERWIN

 
  N/A



Non disponible


1. I Changed The Rules
2. Comes Love
3. Are You The One
4. Sway
5. Miss Brown
6. Lovers, Secrets, Lies
7. The Fool On The Hill/nature Boy
8. Ain't Misbehavin
9. Come Live Your Life With Me
10. Spinning Wheel
11. You Stepped Out Of A Dream
12. Rainbow Connection



             



1999 - 2020 © Nightfall.fr V5.0_Slider - Comment Soutenir Nightfall ? - Nous contacter - Webdesign : Inox Prod