Recherche avancée       Liste groupes



      
JAZZ  |  STUDIO

Commentaires (2)
L' auteur
Acheter Cet Album
 

 

- Membre : Herbie Hancock , Kenny Burrell

Kenny DORHAM - Trompeta Toccata (1965)
Par K-ZEN le 24 Septembre 2020          Consultée 209 fois

Derwijes avait commencé à aborder le cas de Kenny DORHAM, trompettiste unanimement reconnu par ses pairs et les critiques mais boudé par le public, en évoquant son album le plus connu, Una Mas, qui était également son avant-dernier. Un bon argument me confortant dans ma démarche de poursuivre chronologiquement son travail.

En 1964, DORHAM est dans le dur. Ce n’est pourtant pas un nouveau venu dans le milieu ; arrivé à New-York en 1945, il enregistra son premier album en 1953 en tant que leader. Mais en ce début des années 60 où le jazz subit des mutations structurelles, il est une des victimes collatérales de cette nouvelle vague en tant que chantre du hard bop. Une avant-garde que symbolise par exemple l’album Point Of Departure du pianiste Andrew HILL gravé la même année que ce Trompeta Toccata, une plaque à laquelle près de 50% du personnel ici présent a participé (le saxophoniste Joe HENDERSON et le contrebassiste Richard DAVIS). Malgré son grand talent, DORHAM n’a su s’adapter suffisamment à ces nouvelles conventions. Car oui, il a tout de même essayé.

Trompeta Toccata est le dernier album en tant que leader de DORHAM, signant de sa plume 3 des 4 titres, "Mamacita", bossa nova flamboyante étant amenée par HENDERSON. C’est même son tout dernier enregistrement avant la détérioration fulgurante de sa santé et sa mort précoce 8 ans plus tard en 1972 d’une insuffisance rénale.

D’entrée de jeu, ce qui marque, c’est cette gravité apparente. Comme si quelque chose de décisif et de dramatique se jouait ici, à l’intérieur de ce titre éponyme. DORHAM, coincé dans un bout de pochette entre son nom et son prénom illustrés de manière criarde – une pochette typiquement stylisée Blue Note –, ouvre les hostilités en petit comité, demeurant même seul de longs instants. Sur un air de bossa faussement optimiste et bien plus sombre et funèbre qu’il n’y parait, c’est la mise à mort du taureau à la fin de la corrida que l’on illustre ici. Joe HENDERSON grave un solo mémorable et accompagne son vieux complice dans une de ses rares incursions sur le terrain du jazz modal vaguement avant-gardiste, ne serait-ce que par la durée conséquente du morceau (près de 12 minutes). Une bien austère épitaphe si on y réfléchit bien.

Les autres titres s’avèrent moins aventureux et plus conventionnels. Mais ils gardent tout de même une certaine saveur. On retient la vélocité de "The Fox", hommage au physique de Richard DAVIS, et le lyrisme nocturne de "Night Watch".

Note réelle : 3.5

A lire aussi en JAZZ par K-ZEN :


Tom WAITS
Small Change (1976)
Nocturne plainte urbaine




Grachan MONCUR III
Evolution (1964)
Jazz d'avant-garde passionnant


Marquez et partagez





 
   K-ZEN

 
  N/A



- Kenny Dorham (trompette)
- Joe Henderson (saxophone ténor)
- Tommy Flanagan (piano)
- Richard Davis (contrebasse)
- Albert Heath (batterie)


1. Trompeta Toccata
2. Night Watch
3. Mamacita
4. The Fox



             



1999 - 2021 © Nightfall.fr V5.0_Slider - Comment Soutenir Nightfall ? - Nous contacter - Webdesign : Inox Prod