Recherche avancée       Liste groupes



      
ELECTRO HOUSE  |  STUDIO

Commentaires (3)
Questions / Réponses (1 / 5)
L' auteur
Acheter Cet Album
 


 

- Style : Daft Punk

JUSTICE - † (2007)
Par SEIJITSU le 19 Février 2010          Consultée 3710 fois

A moins d’avoir hiberné dans une grotte telle une marmotte pendant toute l’année 2007, il est impossible de ne pas avoir entendu parler du « nouvel espoir électro français » (vous pouvez rajouter des guillemets si vous voulez) constitué du duo Xavier De ROSNAY et Gaspard AUGE. Des petits Parisiens qui souffrent d’une comparaison justifiée avec l’autre duo que tout le monde adule (mais qui ne mérite sans doute pas un tel engouement selon moi). Mettons fin tout de suite à cette polémique qui a déchiré les 7 à 77 ans un peu partout en France : JUSTICE fait du DAFT PUNK c’est un fait. Peut-être même du néo DAFT PUNK si on raffole des étiquettes incongrues et superflues.
Alors vous allez me poser l’inévitable question : quel est l’intérêt d’écouter une copie des Daft Pounk ? Ben il n’y en a aucun. DAFT PUNK avait déjà provoqué un raz-de-marée de groupes surfant sur la vague French Touch avec la sortie de Homework en 1997 et on a vu le résultat ! Vous vous souvenez de Stardust ? Et bien c’est l’exemple typique du clone de DAFT PUNK qui n'a rien apporté, si ce n’est des billets aux maisons de disques.

C’est mal parti, JUSTICE va se faire descendre… et à ma grande surprise, non. Je dois d’abord vous préciser que je ne suis pas tombé dans le phénomène de masse de ce disque à l’époque. J’ai évité toute cette hype à cause d’un titre qui passait régulièrement dans une réclame pour un fournisseur d’Internet, et ce morceau c’était « D.A.N.C.E. » !
Cette chose ignoble m’avait dissuadé de m’intéresser au groupe. Une volontaire régression disco house french touch etc. Bref ça sentait la putasserie à plein nez. Le genre de truc fait pour plaire à la masse immédiatement.
Mais je regrette finalement de pas avoir suivi le mouvement à l’époque, car † a beau sentir par moment la beauferie populaire, il n’est pourtant pas un mauvais album.

Je disais dans mon intro que JUSTICE ressemblait à DAFT PUNK, mais heureusement pour nous les trublions parisiens apportent leur petite touche personnelle : de légères touches de rock (oui, oui vous avez bien lu « rock »), un zeste de disco pour rendre cela dansant et pas mal de pop dissimulée dans ce bouillon de culture. Si DAFT PUNK est plus typé funk house, je pense que JUSTICE se rapproche plus de l’électro clash mêlant le rock avec des influences funk et house.
Mais la chose qui m’étonne le plus est sans doute cette influence Big Beat revendiquée sur tout l’album. Alors que tout le monde se focalise sur les ressemblances DAFT PUNK/JUSTICE, personne n’a fait le parallèle CHEMICAL BROTHERS/JUSTICE. C’est fou ça, à croire que personne ne connaît le duo britannique en France (mais dans quel pays vit-on ?). Car les Français de JUSTICE se sont beaucoup inspirés des frères chimiques pour composer certains hits : « Waters Of Nazareth » et « Chemical Beats » ? Même combat ! Il en de même pour la première partie de « Phantom » qui rappelle curieusement « Loops Of Fury ». C’est peut-être pour cette raison que de nombreux amateurs de rock apprécient JUSTICE, car le Big Beat et le rock ont toujours entretenu des liens étroits (je vous renvoie aux deux premiers albums des CHEMICAL BROTHERS et surtout au Fat Of The Land de PRODIGY).

Le Big Beat ferait donc un come-back déguisé ? Pourquoi pas, s'il est inspiré, j’en serais très heureux ! Pourtant † a le cul entre deux chaises. Le groupe cherche à tout prix rallier une branche plus extrémiste de l’électro tout en gardant un grand public désormais acquis à sa cause. Et c’est sans doute cela le principal inconvénient de ce disque, le groupe n’est pas affirmé totalement. Ils aiment METALLICA (Master of Puppets est régulièrement joué en ouverture des concerts du duo et cette croix ornant le boîtier ne serait-elle pas un clin d’œil à la pochette du fameux album des Four Horsemen ?). Ils affectionnent aussi MINISTRY et jouent des morceaux rock & roll pour montrer leurs différences avec les DJ coincés dans leurs boîtes de nuit à faire des mixes lobotomisants et strictement électro-house. Mais Xavier et Gaspard tombent dans les mêmes travers que ces derniers quand ils nous sortent des morceaux affreusement bêtes et racoleurs comme « D.A.N.C.E. » et « Tthhee Ppaarrttyy ». Seul « DVNO » s’en sort bien et évoque le « One More Time » de vous savez qui ; JUSTICE fait figure de bon élève sur ce point-là.

L’avenir nous dira donc si nous avons eu raison de faire confiance à JUSTICE car leur premier essai est correct, convenable, sympathique... Nous n’avons plus qu’à espérer que le groupe reste sur le créneau électro clash dansant mais sombre (écoutez « Stress », « Phantom » et surtout « Waters Of Nazareth »), et pas sur le chemin de la house disco pénible car bourrée de niaiseries.
Vous pouvez donc avancer sans crainte, le buzz est à moitié justifié. A moitié car il n’y a rien d’innovant dans tout ce bazar mais la qualité est bel est bien présente et c’est déjà une bonne chose de la part d’un groupe de house français.

A lire aussi en MUSIQUE ELECTRONIQUE par SEIJITSU :


ORBITAL
Orbital (1991)
Je m’envole vers les étoiles avec Orbitaaaaal !




ORBITAL
In Sides (1996)
Ecologique, intelligent et admirable


Marquez et partagez





 
   SEIJITSU

 
   STREETCLEANER

 
   (2 chroniques)



- Xavier De Rosnay
- Gaspard Auge


1. Genesis
2. Let There Be Light
3. D.a.n.c.e.
4. Newjack
5. Phantom
6. Phantom Pt Ii
7. Valentine
8. Tthhee Ppaarrttyy
9. Dvno
10. Stress
11. Waters Of Nazareth
12. One Minute To Midnight



             



1999 - 2017 © Nightfall.fr - Comment Soutenir Nightfall ? - Nous contacter - Webdesign : Inox Prod