Recherche avancée       Liste groupes



      
HARD ROCK  |  STUDIO

L' auteur
Acheter Cet Album
 


WAYWARD SONS - Even Up The Score (2021)
Par GEGERS le 13 Novembre 2021          Consultée 795 fois

En ce moment, je suis dans une phase de redécouverte du groupe WHITESNAKE, vous savez, l’œuvre de David Coverdale, le bellâtre à la chemise blanche toujours ouverte sur un torse d’albâtre (attention à ne pas confondre avec BHL). Et tout autant que la discographie du serpent blanc renferme quelques authentiques grands moments de bravoure musicale, les paroles sont le plus souvent d’une lourdeur et d’une platitude désespérantes. "Quelle indignité", déclarerait à leur sujet Joe Dalton. J’ai beau être amateur de hard rock, je n’ai pas pour autant l’impression d’être d’un niveau culturel et intellectuel aussi bas que la plupart des paroles que les artistes nous infligent. Même si la plupart des réponses à Questions Pour un Champion nous sont étrangères, ne mérite-t-on pas mieux ? Tiens, ce serait une bonne question à poser à Toby Jepson. Le chanteur et guitariste anglais, qui a œuvré au sein de groupes tels que LITTLE ANGELS (sans aucun doute son plus gros succès), FASTWAY ou encore GUN, a la réputation de se creuser un peu le ciboulot au moment de graver un texte sur album, afin de ne pas rougir de honte lorsque, devenu vieux et grisonnant, il traînerait des phrases connes comme un vieux tatouage dépâli. Passé derrière la console, plus rare en tant qu’interprète depuis le début des années 2010, le fringant quinqua a été chargé de mission par le label Frontiers, qui n’a encore semble-t-il pas terminé de redonner sa chance à une arrière garde parfois tombée dans l’oubli. Voici que débarque donc en 2017 le groupe WAYWARD SONS, avec Jepson à la guitare rythmique et au chant, dont le nom peut induire en erreur : Si les mecs de KANSAS écoutaient la musique proposée par le quartet britannique, ils en avaleraient sans doute leur violon.

WAYWARD SONS pratique un hard rock que l’on ne peut pas qualifier de fondamental, puisqu’il ne se pose pas en référence à une période en particulier, mais qui se révèle assez rapidement essentiel. Toby Jepson et ses trois camarades mettent en œuvre une énergie empreinte d’une délectable intensité sur Even Up The Score ce formidable troisième album qui permet à la formation de proposer sans pression une des meilleures réalisations de l’année dans le style. Il y a ici une intensité qui relève à la fois du clin d’œil aux grands anciens, et une savante alchimie créatrice qui permet à l’ensemble de sonner étrangement frais, comme si le genre avait été soumis à un salvateur dépoussiérage en profondeur. 11 morceaux, 38 minutes, pas une seule ballade à l’horizon, et une efficacité mélodique de tous les instants, qui se cristallise d’entrée, sur le premier morceau qui donne son nom à l’album. Ma bonne dame, il y a là une énergie comme on en fait plus, des chœurs correctement dosés, un chanteur qui balance ses tripes à chacune de ses envolées, un sens du refrain à faire pâlir de jalousie tous les mastodontes des années 80, et une science de la concision qui permet à WAYWARD SONS de ne jamais trop en faire, de s’arrêter juste à temps. "Even Up The Score", le morceau comme l’album, sont une leçon.

L’album est pas une œuvre à zapper, à laquelle on va donner sa chance une fois, deux fois, entre l’écoute du nouveau SABATON et du dernier BATLLE BEAST. Non, tout comme un groupe comme THUNDER (de l’énergie en plus, du blues en moins), WAYWARD SONS a construit son album de manière à imprégner l’auditeur d’ambiances variées et à produire une montée en intensité qui nous provoque une intense satisfaction. Il y a de la démonstration, bien sûr (écoutez donc les quatre larrons lâcher les chevaux sur "Sign of The Times"), mais il y a surtout une volonté de se fondre les individualités au service de chansons qui tutoient le divin. "Downfall", "Land of The Blind", ou encore le plus lent "Faith In Fools" et ses inspirations 70’s sont, en toute franchise, les meilleurs morceaux hard rock publiés cette année. Il y a là du sens, une créativité qui se traduit dans la structure des morceaux (notamment l’agencement des ponts et des refrains) et une authenticité désarmante, qui exhausse la virtuosité des musiciens. Entre basique (les riffs plaqués de "Tip of My Tongue") et élaboré (le refrain à tiroirs de "They Know"), il y a un univers que WAYWARD SONS explore dans son intégralité, créant une musique d’une richesse bluffante. Il y a l’ombre, la clarté, et toutes les nuances de lumière.

Nous sommes en 2021, et le hard rock vient de prendre un sacré coup de pied au cul. Il n’est pas ici question de modernité, ou de maturité, mais simplement de la sortie d’un album à l’écoute duquel chaque seconde de musique est utile et remarquable. Il s’agit d’un album que l’on écoute d’un bout à l’autre avec l’envie de se défouler autant que de réfléchir, avec la saveur hédoniste des harmonies de guitare et le plaisir durable de ces lignes de chant inventives et brillantes. Nous sommes en 2021, et WAYWARD SONS vient d’embellir notre année.

A lire aussi en HARD ROCK par GEGERS :


MAGNUM
Escape From The Shadow Garden (2014)
La force tranquille




KINGDOM COME
Hands Of Time (1991)
One-man-band collaboratif


Marquez et partagez







 
   GEGERS

 
  N/A



- Toby Jepson (chant, guitare)
- Sam Wood (guitare)
- Nic Wastell (basse)
- Philip Martini (batterie, percussions)


1. Even Up The Score
2. Big Day
3. Sign Of The Times
4. Bloody Typical
5. Faith In Fools
6. Fake
7. Downfall
8. Tip Of My Tongue
9. Looking For A Reason
10. Land Of The Blind
11. They Know



             



1999 - 2022 © Nightfall.fr V5.0_Slider - Comment Soutenir Nightfall ? - Nous contacter - Webdesign : Inox Prod