Recherche avancée       Liste groupes



      
HARD ROCK  |  STUDIO

Commentaires (1)
L' auteur
Acheter Cet Album
 


 

1970 Ufo 1
1971 Ufo 2 Flying - One Ho...
1972 Live
1974 Phenomenon
1975 Force It
1976 No Heavy Petting
1977 Lights Out
1978 Obsession
1979 Strangers In The Night -...
1980 No Place To Run
1981 The Wild, The Willing...
1982 Mechanix
1983 Making Contact
1985 Misdemeanor
1988 Ain't Misbehavin'
1995 Walk On Water
2000 Covenant
2004 You Are Here
2006 The Monkey Puzzle
2012 Seven Deadly
2015 A Conspiracy Of Stars
2017 The Salentino Cuts
 

- Style : The Union , Thunder
- Membre : Scorpions, Michael Schenker , Paul Raymond Project , Ted Nugent
- Style + Membre : Msg, House Of X
 

 Site Officiel (765)

UFO - No Heavy Petting (1976)
Par GEGERS le 12 Février 2014          Consultée 2214 fois

Suivre l'évolution musicale de Michael Schenker est un véritable plaisir. D'abord tâtonnant sur le premier opus de Scorpion, mais faisant déjà preuve d'une virtuosité sans bornes, puis flamboyant sur Phenomenon, le premier album de UFO auquel il participe. Mais alors que le blond germain affine son jeu, il n'en bride pas pour autant sa créativité et sa folie artistique, tirant ainsi l'ensemble du groupe britannique vers le haut. Un groupe qui, de son côté, continue de se structurer et d'améliorer son hard rock, pour s'établir peu à peu en pilier du genre.

No Heavy Petting, avec sa pochette fascinante signée une nouvelle fois de la main de Storm (Hipgnosis), marque le début d'une nouvelle étape dans la carrière de UFO, puisque le groupe enregistre pour la première fois dans sa formation à cinq. En effet, Danny Peyronel, ex-membre des Heavy Metal Kids, rejoint la bande à Pete Way pour tenir les claviers et la deuxième guitare. Si Danny, au caractère difficile et incompatible avec celui de ses camarades (eux-aussi peu commodes) quittera le groupe l'année suivante, il laisse néanmoins sa trace sur ce cinquième album des UFO, en co-signant trois titres et en composant seul « Highway Lady », un des (nombreux) titres marquants de cet opus et qui fait encore aujourd'hui sa fierté, puisque Peyronel a fondé en 2010 X-UFO, combo composé d'anciens membres de la bande de Londres qui s'amuse à reprendre des titres mésestimés d'UFO.

No Heavy Petting participe donc, comme son successeur, à l'établissement de la bonne réputation de UFO. Si Force It pouvait surprendre par l'absence de titre immédiatement fédérateur et direct, le groupe corrige le tire dès l’entame de l’album en proposant « Natural Thing », un morceau majeur dans la discographie du groupe et un essentiel du hard rock. Ce riff introductif au groove d'enfer, ce chant vindicatif de Phil Mogg, cette ligne de clavier sautillante et le solo, bien sûr, à la fois virtuose et mélodique de Michael Schenker, autant d'éléments qui transforment ce « petit » riff en pièce aboutie et délectable. Les autres morceaux enlevés et énergiques tirent rapidement leur épingle du jeu, à l'image de « Can you roll her » et son solo en « escalade » du plus bel effet, « Highway Lady », mentionné plus haut, titre un peu besogneux mais agrémenté (comme par hasard) de très convaincantes pistes de claviers. Le bluesy « Reasons love » , dont le riff introductif rappelle étrangement le style d'Uli Jon Roth, vient convaincre grâce à un solo décapant, qui donne la fausse impression d'être en décalage rythmique avec l'ensemble, avant que les pièces ne s'assemblent pour nous faire savourer le splendide travail de Michael Schenker.

Les deux ballades participent également à la grande réussite de cet opus. Si « Belladonna » manque encore un peu de subtilité, et souffre d'une absence de légèreté (que l'on retrouvera plus tard sur une ballade telle que « Try me »), « Martian Landscape » est un œuvre majeure qui vient conclure l'album sur une superbe note. Si l'intro, planante, nous ramène aux premières heures du groupe, la superbe mélodie vocale de Phil Mogg et le refrain, entraînant et lumineux, apportent une classe folle à ce morceau qui reste encore aujourd'hui une ballade majeure du groupe, bien qu'un peu mésestimée.

Ainsi, il n'y a guère que la reprise du « A fool in love » du Frankie Miller Band qui soit un peu superflue sur un album ou les riffs, dantesques, les solos, à s'en déplacer la mâchoire, se font porteur d'un hard rock superbement écrit, construit, et exécuté. Dire que le meilleur reste encore à venir...

A lire aussi en HARD ROCK par GEGERS :


SCORPIONS
Wind Of Change (1990)
J'ai suivi la moskova, jusqu'au parc gorki...




BONFIRE
Point Blank (1989)
Un concorde sur l'atlantique


Marquez et partagez





 
   GEGERS

 
  N/A



- Phil Mogg (chant)
- Michael Schenker (guitare)
- Danny Peyronel (claviers)
- Pete Way (basse)
- Andy Parker (batterie)


1. Natural Thing
2. I'm A Loser
3. Can You Roll Her
4. Belladonna
5. Reasons Love
6. Highway Lady
7. On With The Action
8. A Fool In Love
9. Martian Landscape



             



1999 - 2019 © Nightfall.fr - Comment Soutenir Nightfall ? - Nous contacter - Webdesign : Inox Prod