Recherche avancée       Liste groupes



      
POP-ROCK PROGRESSIF  |  STUDIO

L' auteur
Acheter Cet Album
 

ALBUMS STUDIO

2022 Clair Obscur
 

- Style + Membre : Hegoa

Gabriel KELLER - Clair Obscur (2022)
Par MARCO STIVELL le 3 Mars 2022          Consultée 747 fois

Gabriel KELLER est l'un des deux guitaristes révélés par l'excellent groupe de rock progressif rhônalpin HEGOA (double EP-concept Rêve de Papier en 2018 et 2019), et qui, depuis deux ans, met tout en oeuvre pour concrétiser une carrière solo. Les difficultés ayant été ce que l'on en sait durant cette période et pour la plupart des artistes en général, seules des bribes nous en ont été présentées via Internet avec une poignée de singles, tous n'étant pas inclus au projet global de finalisation ! Avec retardement donc, il s'agit en cet hiver 2022 d'un véritable L.P baptisé Clair Obscur, pensé et enregistré dans une géographie qui relie les départements de la Moselle (commune de Valmont) et celui du Rhône (Villeurbanne, Villefranche-sur-Saône), ainsi que l'Aude pour une partie du mixage.

Conceptuel, ce disque l'est également mais pas en termes d'histoire cette fois-ci ; de style plutôt. L'esprit pictural est sous-jacent, mais la bande-dessinée Le Caravage de Milo Manara est en lien plus ou moins direct avec l'oeuvre pour les tons et l'inspiration. Clair Obscur évoque surtout les aspirations musicales de son créateur, pop et rock progressif tirant sur le metal, deux influences réputées antinomiques mais qui ont pu donner de beaux mariages. Tout en balançant d'un des deux côtés à l'époque (indice : le plus sombre), c'est une manière de retrouver ce que l'on connaissait d'HEGOA, et avec bonheur !

Gabriel KELLER convie d'ailleurs deux de ses complices du groupe et sur plusieurs titres, à savoir le guitariste Charlie Henry et la chanteuse Marine Poirier. À ce propos, et même si le principal intéressé contribue au soin - d'une belle évidence ! - apporté au 'background' (autrement dit les choeurs et contrechants, y compris instrumentaux), ce premier disque Clair Obscur garde aussi la formule du groupe en mettant la/les voix féminine(s) à l'honneur. Après une introduction ("Tumulte") qui réunit toutes les vocalistes de l'album en arrière-plan, une première partie 'pop/claire' met en valeur les timbres de EMI B et de Charlotte Gagnor selon les chansons, tandis que la deuxième 'prog-metal/obscure' est plutôt réservée à Marine Poirier ainsi qu'à Maïté Merlin du groupe HOXY MORE.

"Tumulte", instrumental, pose l'ambiance de l'album dès les premiers souffles du vent hivernal, et l'arrivée des guitares en résonance pour une musique très portée sur la six-cordes, électrique ou acoustique. La batterie, les claviers/basse (joués par Gabriel KELLER) mais aussi le violoncelle de Lucie Lacour (avec ou sans le reste du quatuor à cordes MajusculeS) lui apportent un soutien massif et plus ou moins 'gras', hors éventuelle accalmie. Ce dernier mot est d'ailleurs donné comme titre à la fin du voyage au bout de trois quarts-d'heure dont elle constitue le moment le plus serein, elle aussi sans paroles. Plus torturé que les autres, un troisième instrumental, "Sonate au Clair Obscur", hommage modeste à BEETHOVEN par quelques accords de piano, amorce intelligemment la transition vers la partie 'prog-metal'.

Si l'écriture tient déjà ses promesses en termes de mélodies et de développements (crescendos, transitions), il convient de souligner quelques touches blues et orientales venues se glisser dans les soli de guitare flamboyants et lyriques, en particulier durant les moments les plus massifs, ou metal. Les rythmes, lents de préférence, s'accordent avec la beauté des voix féminines et une volonté d'enrichir ce que l'on aurait tort de prendre trop vite pour de simples ballades où la nostalgie et autres sentiments comparables sont à l'honneur. Certes, "Time" joue la carte de l'élégance folk, mais ne peut que donner envie de se laisser porter, entre la prestation vocale la plus simple et le reste avec ses effets, ses détails.

Parmi ces chansons brillantes (souvent dans le sens de diamants noirs), un constat égal pour toutes malgré leur homogénéité et le taux d'exigence de certaines ("Out of My Life"), on peut aisément faire ressortir "Train to Resolution" (chantée par EMI B), premier single entêtant, de même que la puissante et très sensuelle "Melancholia" (par Charlotte Gagnor et en français). "Nothing Human" est l'illustration parfaite du bouleversement climatique qui par le biais de ses maelströms pointe déjà le bout de son nez sur quantité d'autres titres ; cela dit, le travail musical veut que même en version acoustique, plus calme (il existe une version trio KELLER/Charlotte Gagnor/Lucie Lacour, à savourer !), ce titre ne perd rien en force.

Si l'on devait exprimer quelques regrets, minimes pour une première production solo aussi convaincante, ce serait d'abord en ce qui concerne le génial "Honey", titre le plus mordant de l'album chanté par une Marine Poirier/voix d'HEGOA toujours aussi habile (ton 'girly' et raillerie de caractère) sur un ensemble prog dérangé, et qui aurait bien mérité une récidive même avec une autre chanteuse, de ne pas être aussi isolé dans son genre ! Dans certains cas, la basse aurait pu être poussée mieux en avant, tout comme les cuivres de la SOS Section présents uniquement sur "Out of My Life".

A lire aussi en ROCK PROGRESSIF par MARCO STIVELL :


IQ
Ever (1993)
Un essentiel du rock progressif




RENAISSANCE
Ashes Are Burning (1973)
Bienvenue dans le mythe du folk-rock progressif


Marquez et partagez





 
   MARCO STIVELL

 
  N/A



- Gabriel Keller (guitares, choeurs, basse, orgue, programmatio)
- Emi B, Charlotte Gagnor (chant, choeurs)
- Marine Poirier, Maïté Merlin (chant, choeurs)
- Charlie Henry, Clément Berthie (guitares)
- Anthony Barbier, Marius Marin (guitares)
- Simon Rebuffat, Lucas Biguet-mermet (batterie)
- Clément Barou (piano)
- Julien Mailland (basse)
- Lucie Lacour (violoncelle, choeurs)
- Julie Dubois, Marie Lhomme (violons)
- Serge Sallèles (violon alto)
- Anne-marguerite Solt (choeurs)
- Jérôme Aubernon (violon)
- Christophe Donnadieu (trompette)
- Sébastien Chétail (trombone)
- Régis Ageron (saxophone)
- Pierre Lagache (saxophone, arrangements des cuivres)


1. Tumulte
2. Time
3. Train To Resolution
4. Open Arms
5. Melancholia
6. Sonate Au Clair Obscur
7. Nothing Human
8. Out Of My Life
9. Honey
10. Accalmie



             



1999 - 2022 © Nightfall.fr V5.0_Slider - Comment Soutenir Nightfall ? - Nous contacter - Webdesign : Inox Prod