Recherche avancée       Liste groupes



      
ROCK'N ROLL  |  STUDIO

L' auteur
Acheter Cet Album
 


WASHINGTON DEAD CATS - Monkey Brain (2022)
Par NESTOR le 15 Juin 2022          Consultée 244 fois

Aficionados d’un Rockabilly teinté de psychédélisme, réjouissez vous. Car ils nous reviennent. Les meilleurs représentants français du style, les WASHINGTON DEAD CATS sortent un nouvel album qui, comme à leur habitude, mêle Rock, folie, sens de la fête et dérision. Qui associe côté malsain et festif. On retrouve ce mélange de Punk, de Rockabilly et de folie. Ces rythmes endiablés, cette basse torturée qui sonne parfois comme une contrebasse, ces cuivres énergique, cette caisse claire fonceuse, ce chant « mastiqué » et ces visuels kitch au possible.

Pas de gros changement. Tout au plus peut on avoir le sentiment que les cuivres sont encore mieux en place que par le passé. Dommage seulement qu’ils soient pas mixés plus en avant. Le chant de Mat Firehair n’a pas changé, nous retrouvons ce chant grave, qui lorgne vers un style de Crooner, bien qu’il lui manque un peu de puissance pour cela. C’est un des signes de fabrique du groupe et à mon sens également une de ses limites. Car le chant manque un peu de relief, ce d’autant plus que la Production le dote d’une sorte d’échos qui contribue à aplanir son expression.

Mais ces deux bémols sont de peu d’importance au regard de la passion et de l’énergie que le groupe insuffle dans son Rock que l’on qualifierait volontiers de Vaudou, tant il semble habité. Pour s’en convaincre, il suffit d’écouter l’enlevé "Man Made Monster", transcendé par un orgue et une guitare redoutables. Difficile de résister à cet appel à se soumettre au rythme endiablé des WASHINGTON DEAD CATS. Et les morceaux qui font mouche sont plutôt majoritaires. Parmi ceux-ci, on peut citer le plus tempéré et mélodieux "Mata Hari" avec sa belle intro typé « Western spaghetti », ou bien le puissant "Ratlesnake Woman", boosté pas une section de cuivre massive et une guitare sauvage. "The Swamp Thing Will Get You" et le morceau qui donne son nom à l’album sont également de beaux moments de bravoure qui permettent au groupe de briller.

Avec "Man Made Out Of Lies", on a le sentiment que le groupe flirte avec certaines des ambiances qui renvoient au Patchanka de la MANO NEGRA. Il ne fait aucun doute que ces titres auront un lourd impact sur scène, le lieu de prédilection des DEAD CATS. Comme pour revendiquer une de leurs origines, le groupe achève le disque avec une reprise assez fidèle du "White Riot", un des premiers titres des CLASH. Sur ce Monkey Brain n’est pas parfait, un chant plus varié et une production plus dynamique auraient été les bienvenus, il n’en reste pas un très bon album à la saveur plus qu’appréciable.

Rock'n'Roll nom de Dieu !

A lire aussi en ROCK'N ROLL :


DION
Runaround Sue (1961)
DION accroche les sommets.




Arielle DOMBASLE
French Kiss (2015)
Un peu de crême ou beaucoup, arielle ?


Marquez et partagez





 
   NESTOR

 
  N/A



- Mat Firehair (chant)
- The Duke (guitare)
- Juju (trompette)
- Kall Him G.g (saxophone)
- Seaweedyo (batterie)
- You Rip (basse)


1. Monkey Brain
2. I Need A Place To Cry
3. Man Made Monster
4. Mata Hari
5. Are We All Zombies ?
6. The Swamp Thing Will Get You
7. Black Moon Is Rising
8. Man Made Out Of Lies
9. Rattlesnake Woman
10. Red Lights, Blue Lights
11. Coal And Roses
12. White Riot



             



1999 - 2022 © Nightfall.fr V5.0_Slider - Comment Soutenir Nightfall ? - Nous contacter - Webdesign : Inox Prod