Recherche avancée       Liste groupes



      
FOLKTRONICA  |  STUDIO

L' auteur
Acheter Cet Album
 


ÁSGEIR - Time Is On My Mind (2022)
Par ERWIN le 24 Novembre 2022          Consultée 98 fois

Voici le 4eme opus du gendre idéal made in Iceland. Evolution dans la continuité, ASGEIR n’est pas plus visible ni même distinguable que sur ses précédentes pochettes, la propension innée de l’artiste islandais a la discrétion, à la modestie apparaît dans toute sa retenue. Voici déjà deux ans, notre artiste avait sorti Satt/Bury The Moon, un album placé sous le double signe de la tradition – un disque en Islandais - et d'une certaine ambition – un disque en anglais -, cette fois, les titres ne trompent pas, tout est dans la langue de Shakespeare. Un choix qui n'est guère étonnant si l'on considère les marchés correspondants aux langues. Peu importe attendez-vous a de la jolie douceur !

"Time On My Hands" met de suite les points sur les "I", il s’agit d’un album sur le temps qui passe, probablement un moyen d’exorciser le trentaine qui vient d’arriver pour le jeune islandais. Tranquille. C’est le qualificatif qui me vient à l’esprit quand j’entend rythme paroles et genres, le compositeur maitrise son sujet et ne cherche pas à faire de l’esbrouffe, tout ceci est modeste et calibré. "Borderland" propose indéniablement un des refrains à retenir de cette livraison, L’auteur souhaite prendre la voie du nord pour retrouver la personne qui vit sur la frontière du sommeil. Les accents plus pop de "Limitless" restent encadrés des éléments toujours mi folk mi électro, c’est élégant pas de doutes, ASGIER met toujours toute son émotion au service de ses compositions, avec beaucoup de doigté et de sensibilité.

Tout ici est à la gloire de la terre de feu et de glace, "Snowblind" décrit les sensations de conduire dans une tempête de neige sur les routes glacées islandaises, je connais une certaine Isabelle qui en a encore des frissons de temps à autres...Comme le dit ASGEIR, on n’est pas tout seul dans ce genre d’épreuves et il y a sûrement une main invisible qui nous guide quand tout est confus, que seule la chance nous permet d’en sortir ! Bravo Isa, tu as comme le chanteur triomphé de cette épreuve ! La roue tourne de manière équilibrée sur la simple "Like I Am", comme son nom l’indique. Il faut que j’écoute ce genre de musique sur les routes islandaises... Y penser, je vous dirai alors la différence.

La patience islandaise, il en faut… Tout arrive à point, tout va bien se passer, c’est dans les mentalités. "Waiting Room" évoque ces instants de patience, avec quelques inflexions BEATLESiennes sur le refrain. On n’est pas sur que de traverser le lac soit positif dans le cadre de la chanson toutefois. En Islande, croyez moi, le bleu est différent, alors quand ASGEIR tente de décrire cette couleur dans "Blue", il crée une atmosphère très BJORKienne, toute de calme et de sérénité, on pense à la mer, à l’eau des glaciers, au ciel si clair.

Comme son nom l’indique, "Vibrating Wall" ondule telle une vibration tellurique, les éléments trip hop baignent dans une ambiance finalement ambient, beaucoup de douceur et la voix claire du chanteur impose paix et tranquillité… Un peu trop ? On est est aquatique sur "Giantess", dans laquelle la nuit est décrite comme une géante, ce qui dans le pays de la nuit hivernale n’a rien d’incroyable. On reste dans une vive Trip hop matinée d’éléments folklorique et d’énormes synthés, des cuivres lourds à la MIDNIGHT OIL, la Folktronica, c’est cela même. "Golden Hour" toute en retenue évoque une traversée a la nage… non les lacs islandais ne sont pas les plus chauds qui soit.. Un des sports nationaux consistants à rester le plus longtemps possible dans le cold tub de 4 degrés. Percussions et bruitages sont de la parie, évoquent la dureté cinglante du froid.

Trop calme ? Trop tranquille ? Tout est relatif, mais il me manque probablement un peu de folie pour parvenir à m’enthousiasmer pour cet album. Qui plus est le manque d’islandais se fait ressentir ici de manière assez forte à mon sens. Il n’empêche que passer un moment avec ASGEIR Trausti sur les routes islandaises ou face à une cascade ou une montagne reste un joli moment de contemplation, et c’est au final ce que l’on attend de lui. Je reste donc sur un trois équilibré.

A lire aussi en ALTERNATIF par ERWIN :


MIDNIGHT OIL
The Makarrata Project (2020)
Les Oils sont de retour !




Les RITA MITSOUKO
La Femme Trombone (2002)
Grande cuvée


Marquez et partagez





 
   ERWIN

 
  N/A



Non disponible


1. Time On My Hands
2. Borderland
3. Snowblind
4. Vibrating Wall
5. Blue
6. Giantess
7. Like I Am
8. Waiting Room
9. Golden Hour
10. Limitless



             



1999 - 2022 © Nightfall.fr V5.0_Slider - Comment Soutenir Nightfall ? - Nous contacter - Webdesign : Inox Prod