Recherche avancée       Liste groupes



      
FOLK HUMORISTIQUE  |  STUDIO

Commentaires (1)
L' auteur
Acheter Cet Album
 


Les WRIGGLES - Ah Bah Ouais Mais Bon (2002)
Par PELUSA le 22 Juin 2008          Consultée 2811 fois

Ah, Les Wriggles ! Rien de tel pour lancer, relancer ou animer tout simplement une soirée ! Bon évidement, mieux vaut ne pas être le seul connaisseur du groupe (quoi ? meuh non ce n’est pas l’expérience qui parle… enfin…). Après Justice Avec Des Saucisses puis Les Wriggles Partent En Live, nos cinq gaillards sortent ainsi en 2002 leur troisième album, avec leurs nouveaux personnages toujours si caractéristiques et leurs histoires, le tout en humour et avec l'esprit dénonciateur qui les habite.

La méthode est simple et surtout efficace. L’originalité du groupe, visible ici plus que dans n’importe lequel de leurs autres opus, réside dans les mises en scènes effectuées sur chaque chanson. Parce que pour ce qui est de la genèse du groupe, Fred, Nouf, Steph, Franck et Tonio se sont rencontrés à l’Ecole nationale supérieure des arts et techniques du théâtre. « Mais ! Comment peut-on percevoir sur un CD l’aspect théâtral de leur musique, à travers leurs mises en scène ? », me direz-vous sûrement (nan, vous ne vous demandez pas ça ? On se connait pas si bien que ça alors ?). Bref, si vous m’aviez posé cette question, voici la réponse que j’aurais alors apportée : « bien sur, voir Les Wriggles en spectacle est quelque chose d’inoubliable, mais croyez-moi, les écouter n’en reste pas moins un excellent moment à passer, car c’est aussi et surtout à travers leurs textes que l’ambiance, le contexte, les caractéristiques des personnages mis en scène se retrouvent ! »

Qui sont donc les successeurs de Rebecca, Candy ou Géraldine, héros de Justice Avec Des Saucisses ? Le disque débute par le titre « Pourquoi », où est élaborée une liste de thèmes, sujets, objets, actions, personnages, tous inutiles selon eux, allant du simple objet quelconque (bouteille en plastique) aux personnalités, politiques ou religieuses (le Pape !). D’entrée, le ton est donné. Le rapprochement de sujets sérieux à côté de choses banales, le tout sur une petite mélodie mignonnette, pour critiquer sans critiquer, gentiment donc, voilà comment s’annonce Ah Bah Ouais Mais Bon. Justement, le titre suivant est éponyme. La vie de Bertrand y est tracée. C'est un mec normal sur qui semblent s’abattre tous les malheurs du monde et qui accepte le tout sans réagir. Assimilable à une comédie dramatique, drôle jusqu’au bout dans la manière de chanter et les nombreuses références, mais contant une vie banale s’achevant dans la décadence complète.
« Juste avant que je » peut ensuite être considérée comme une chanson à part au sein de l’album. C’est la seule qui soit véritablement sentimentale. Elle est magnifique. La voix de Frédéric Volovich est bercée par une douce mélodie produite par sa seule guitare sèche (unique instrument utilisé par le groupe sur chacun de leurs titres). Le résultat est très touchant, preuve qu’ils savent élargir leur genre musical. « Julie la petite olive » et « Poupine et Thierry » sont deux titres qui méritent eux aussi une attention toute particulière. Le premier conte la vie d’une olive (si si !) désirant s’ouvrir au monde et le parcourir dans son ensemble, mais elle n’en reste pas moins qu’une simple olive… La seconde, elle, met en scène l’amour impossible d’un couple formé par un lapin et une belette, dans une forêt où rode Thierry, chasseur anti-écologistes. Drôles et engagées, ces chansonnettes sont avant tout porteuses de morales, comme aiment le faire les Wriggles. Organisées avec suspense et chute finale, les redécouvrir et donc réécouter constitue à chaque fois un véritable plaisir. « Full ca$h », le morceau suivant, traite des idées reçues sur telle ou telle « communauté » et par conséquent le profit qu’en tirent certains. Cette fois-ci, la recette est différente, pas d’histoire et moins d’humour, Les Wriggles savent comment s’y prendre sur chaque sujet, sachant rester sérieux quand il le faut, même si…

Tous les titres ne sont pas si riches et variés que ceux abordés précédemment. « L’eau », « Planète » et « Taxis », sont autant de chansons qui ne retiennent que partiellement l’attention, donnant une certaine impression de déjà-vu par rapport aux autres compositions, ajoutant un certain effet de lourdeur. La recette est pourtant la même que sur les chansons précédentes, basées sur des thèmes plus au moins sérieux voir même tristes et graves, mais la mayonnaise prend moins, retient moins l’attention. « Taxis » est entrainante, mais par rapport à ce à quoi commençaient à nous habituer Les Wriggles, au niveau des thèmes choisis par exemple, elle déçoit quelque peu (ils se diversifient jusque dans la « non-gravité » des sujets choisis me direz-vous… oui, mais s’attend-on réellement à ça ?). Dommage, d’autant plus que ces morceaux se situent en plein milieu du disque. « Poupine et Thierry » lui redonne alors de l’élan, mais « Funky bandits » et « La phase » ne font ensuite que conforter l’idée de relative hétérogénéité de l’album. Ces deux derniers titres, moins critiques que les autres, font sourire, sans plus.

Pour notre plus grand bonheur, les morceaux clôturant Ah Bah Ouais Mais Bon retrouvent un niveau bien meilleur, avec notamment l’étonnant « Roucoucou Paolita », à la sauce mexicaine, accent compris… Ils nous surprennent encore ! Et nous réveillent surtout, plus encore avec « On se la pète », véritable claque, dégageant une telle énergie qu’on en oublie les aspects moins positif des titres précédents. L’album se termine « Par derrière » ! Oui, Les Wriggles nous quittent d’une manière toute particulière, nous racontant l’histoire… d’une merde…

Reprenant les clés du succès de Justice Avec Des Saucisses plus encore à leur avantage, Les Wriggles nous font ici rire jusqu’au bout par leurs personnages attachants et leurs titres parfois tristes, souvent sérieux, de temps en temps même dramatique, mais toujours ou presque d’une drôlerie poussée à l’extrême. Ils ne peuvent dès lors s’en sortir qu’en convainquant, si bien les fans de la première heure que les nouveaux adeptes du groupe.

A lire aussi en FOLK :


LOW
Ones And Sixes (2015)
Combattre la douleur par la douleur...

(+ 1 kro-express)



Florent VOLLANT
Puamuna (2015)
Embarquement pour le pays des songes


Marquez et partagez





 
   PELUSA

 
   GEGERS
   JOVIAL

 
   (3 chroniques)



- Franck Zerbib (chant)
- Christophe Gendreau (chant)
- Frédéric Volovich (chant et guitare acoustique)
- Antoine Réjasse (chant et guitare acoustique)
- Stéphane Gourdon (chant, guitare acoustique et human beatbox)


1. Pourquoi
2. Ah Bah Ouais Mais Bon
3. Juste Avant Que Je
4. La Petite Olive
5. Full Ca$h
6. L'eau
7. Planète
8. Taxis
9. Poupine Et Thierry
10. Funky Bandits
11. La Phase
12. Roucoucou Paolita
13. On Se La Pète
14. Par Derrière



             



1999 - 2017 © Nightfall.fr - Comment Soutenir Nightfall ? - Nous contacter - Webdesign : Inox Prod