Recherche avancée       Liste groupes



      
PUNK-ROCK  |  STUDIO

Parallhit
L' auteur
Acheter Cet Album
 


 

1989 The Offspring
1992 Ignition
1994 Smash
1997 Ixnay On The Hombre
1998 Americana
2000 Conspiracy Of One
2003 Splinter

The OFFSPRING - Splinter (2003)
Par FROMAGE_ENRAGE le 22 Octobre 2008          Consultée 2996 fois

Débutons cette chronique par quelques banalités, ça ne fait jamais de mal : The Offspring est un groupe mythique. Adulé autant que détesté, il est l'une des formations les plus importantes de ce que tout un chacun s'accorde à nommer « néo-punk », ou, plus exotiquement, « skate-punk ». Pour plus de commodités, nous utiliserons le terme de « punk-rock », que je préfère.

Je vous avais prévenu. A moins d'habiter sur Mars, le paragraphe ci-dessus ne vous apprend pas grand-chose. Mais un petit rappel ne coûte rien. Voici Splinter, septième offrande du groupe. Coincé entre « Conspiracy Of One » et le récent « Rise and Fall, Rage and Grace », deux albums bien typiques de la bande à Dexter Holland, quoique pas appréciés par tous les fans (mais quel album peut se vanter de faire l'unanimité ?).

L'entrée dans Splinter se veut théâtrale, intimidante, majestueuse, c'est la fusion dans quelque chose de collectif, qui nous dépasse. L'enthousiasme général accueille donc l'auditeur avec « Neocon » (attention ! ne pas confondre néo-con et le nouvel imbécile) : sur fond de tambours inquiétants, une foule en liesse se fait entendre avec force. Les guitares crépitent, et le chant de Dexter Holland nous interpelle... Malgré sa durée très courte (un tout petit peu plus d'une minute) et son statut d'introduction, j'aime particulièrement ce morceau, qui sonne comme un hymne de rassemblement, comme un message de défi : « Fans, préparez-vous, le meilleur arrive ! ».

Et on ne peut pas donner tort aux Californiens, car les voici qui enchaînent, pied au plancher, avec « The Noose » et « Long Way Home », dans le plus pur esprit Offspring : de la vitesse, de bonnes guitares, du riff et du refrain qui rentre en tête (et qui n'en sort pas)... en un mot : efficacité. Pas besoin de demander plus, ce qu'on recherche chez The Offspring est bien là.
Le jeu se calme quelque peu par la suite, avec le fameux single « Hit That », mid-tempo bondissant, reconnaissable facilement grâce à ses claviers, qui lui confèrent un aspect résolument fun, entêtant oserais-je même ajouter.

Une seule écoute de Splinter est amplement suffisante pour détecter les deux OVNIs de ce disque : tout d'abord, « The Worst Hangover Ever », complètement barrée, aux paroles très amusantes (et oui, les lendemains de fêtes sont toujours très difficiles...) et sans guitares. On a plutôt affaire à des sonorités ska (et, plus légèrement, électroniques, avec quelques samples). Ça peut paraître bizarre, dit comme ça, mais le refrain balance bien, ça donnerait presque envie de se prendre une cuite dites donc ! Le groupe sort donc un peu de sa routine, mais se lâche toujours autant. Prise de risque minime, noyée dans le reste de l'album, mais toutefois louable.
Deuxième curiosité: « Da Hui », qui perd en accroche ce qu'il gagne en violence. Mouais. A écouter d'une oreille.

Ah, et je vais passer volontairement sur « When You're In Prison », qui est amusante la première fois, sans trop d'intérêt les suivantes. Écoutez et faites attention aux paroles, vous comprendrez.
Pour le reste, nous avons affaire à du Offspring bien classique, et toutes les chansons sont des singles potentiels. Splinter en compte trois : « Hit That », « (Can't Get My) Head Around You », et « Spare Me The Details ». Le deuxième de ces trois titres est mon petit préféré. Entraînant en diable, il synthétise « l'esprit Offspring », à savoir cette capacité à proposer des tubes punk-rock à l'accroche immédiate, aux guitares puissantes et vraiment groovy !

Signalons enfin le plus rock et plus tempéré « Race Against Myself », et son refrain touchant. Attention, n'allez pas croire que ce morceau s'éloigne complètement de la ligne directrice du disque. Je lui trouve simplement une identité un peu plus marquée, et ça fait plaisir à entendre.

Looney disait à juste titre, dans sa chronique du dernier opus des californiens, que The Offspring est tout sauf un groupe innovant. Et c'est vrai que depuis ses débuts, la formation préfère rester fidèle à son style désormais bien établi, sans se remettre en cause. Une démarche qui me convient tout à fait : tant que la qualité est au rendez-vous, pourquoi se priver ? Et, de qualité, Splinter l'est, assurément.

3,5/5

A lire aussi en PUNK-ROCK par FROMAGE_ENRAGE :


The GASLIGHT ANTHEM
The '59 Sound (2008)
Punk-rock




RANCID
Indestructible (2003)
Un album qui mérite son titre !


Marquez et partagez





 
   FROMAGE_ENRAGE

 
  N/A



- Dexter Holland (chant, guitare)
- Noodles (guitare, choeurs)
- Greg. K. (bass, choeurs)
- Josh Freese (batterie)


1. Neocon
2. The Noose
3. Long Way Home
4. Hit That
5. Race Against Msyelf
6. (can't Get My) Head Around You
7. Never Gonna Find Me
8. Lightning Rod
9. Spare Me The Details
10. Da Hui
11. When You're In Prison



             



1999 - 2017 © Nightfall.fr - Comment Soutenir Nightfall ? - Nous contacter - Webdesign : Inox Prod