Recherche avancée       Liste groupes



      
JAZZ / FREE JAZZ  |  STUDIO

Commentaires (2)
Questions / Réponses (1 / 3)
L' auteur
Acheter Cet Album
 

 

- Membre : Sonny Clark Memorial Quartet, David Bowie , Henry Cow, Masada, Painkiller
- Style + Membre : John Zorn

NAKED CITY - Radio (1993)
Par ONCLE VIANDE le 31 Octobre 2009          Consultée 2004 fois

En 1993, John ZORN et sa bande décident de mettre de l’eau dans leur vin. « Radio » est l’album le plus soft du combo américain. Il fait la synthèse du jazz de « Naked City », de la folie de « Torture Garden » et du classicisme de « Grand Guignol ». Un disque plutôt long (55 minutes) qui renoue avec New York et le cinéma.

« Radio » se présente comme une succession d’hommages aux diverses influences du groupe, de Charles MINGUS à NAPALM DEATH en passant par LED ZEPPELIN. L’album dévoile deux visages différents qui lui donnent des airs de Docteur Jekyll et Mr. Hyde. La première partie déroule une musique fraîche et plaisante ; rock’roll, surf music et fausses B.O. sont interprétés à la sauce jazz. C’est l’occasion d’apprécier une dernière fois cet orchestre d’exception au service d’une musique mélodieuse et dynamique. Basse, claviers, batterie, guitare et saxo offrent un feu d’artifice sonore enthousiasmant. Mention spéciale à Bill FRISELL qui a su imposer un jeu singulier dans le jazz, à la fois dur et sensuel, ainsi qu’une diversité de styles remarquable. Les morceaux sont concis, construits, efficaces, parfois easy-listening et ont l’allure de standards.
A partir de « The Vault » le masque tombe. La bande des six renoue avec le terrorisme qui a fait sa réputation, quelque part entre « Pekin O » et l’art du zapping. Les structures éclatent, Yamatsuka EYE s’empare du micro pour ne plus le lâcher…tous aux abris ! NAKED CITY se montre fidèle à lui-même, avec ses breaks, ses explosions, mais aussi son humour (Krazy Kat), sa dimension cartoonesque (The Vault), ses évocations cinématographiques (The Outsider), ses cotés rétros (Party Girl) et déjà des prémices de musique klezmer (Metaltov) que ZORN développera avec MASADA.
Dernier signe de vie avant le très controversé « Absinthe », « Radio » est un disque accessible et consistant qui ne peut pas décevoir. Une introduction idéale à l’œuvre du groupe qui se réécoute sans lassitude et se bonifie avec le temps.
En seulement quatre ans, la cité sans voile aura intéressé le public dark/extrême au jazz, révélé des musiciens talentueux, rapproché les scènes américaines et japonaises, décloisonné les genres et décomplexé de nombreux jeunes groupes locaux. NAKED CITY, bienfaiteur de l’humanité ?

Note : Le coffret 5 CD « The Complete Studio Recordings » paru en 2005 réunit l’intégralité des albums studio remasterisés, augmentée d'une version vocale de « Grand Guignol » interprétée par Mike PATTON.

A lire aussi en JAZZ par ONCLE VIANDE :


Miles DAVIS
Bitches Brew (1970)
Black fever




Frank ZAPPA
In New York (1978)
Jazz / fusion / funk


Marquez et partagez





 
   ONCLE VIANDE

 
  N/A



- John Zorn (sax alto)
- Bill Frisell (guitare)
- Wayne Horvitz (claviers)
- Fred Frith (basse)
- Joey Baron (batterie)
- Yamatsuka Eye (voix)


1. Asylum
2. Sunset Surfer
3. Party Girl
4. The Outsider
5. Triggerfingers
6. Terkmani Teepee
7. Sex Fiend
8. Razorwire
9. The Bitter And The Sweet
10. Krazy Kat
11. The Vault
12. Metaltov
13. Poisonhead
14. Bone Orchard
15. I Die Screaming
16. Pistol Whipping
17. Stakekey
18. Shock Corridor
19. American Psycho



             



1999 - 2017 © Nightfall.fr - Comment Soutenir Nightfall ? - Nous contacter - Webdesign : Inox Prod