Recherche avancée       Liste groupes



      
PUNK-ROCK  |  STUDIO

Commentaires (3)
L' auteur
Acheter Cet Album
 


 

- Membre : Tony Iommi , Dust

Billy IDOL - Rebel Yell (1984)
Par ERWIN le 5 Février 2010          Consultée 3051 fois

L’album de la consécration pour le blondinet à la grimace lippue. L’association avec Steve STEVENS ayant porté des fruits incontestablement goûteux, les compères remettent le couvert pour ce deuxième album qui restera dans l’histoire comme leur plus grand classique. Nous sommes en 84, à une époque où l’image compte autant que le son.
Et Image il y a, avec un grand « I ». Le look de Billy IDOL s’est expurgé des éléments raw du punk pour n’en retenir que la fibre la plus lumineuse : ses traits fins rehaussés d’une demi-brosse parfaite et décolorée, ses tenues de cuir noires provocantes, rien n’est laissé au hasard, jusqu’à une gestuelle et une attitude très travaillées, qui vont œuvrer pour son plus grand succès. Son acolyte n’est pas en reste, son look est lui-même des plus travaillés : coiffure haute en couleur, tenues arc-en-ciel, ongles peints, cigarette permanente ; ainsi qu'un son qui le rend immédiatement identifiable.
Ce Billy, quel visionnaire ! On ne peut qu’être admiratif devant un tel talent !

Alors, bien sûr, tout le monde se souvient de cette vidéo imparable « Flesh for fantasy » son beat débilitant, ses effets qui semblent cheap aujourd’hui, mais qui à l’époque revêtaient une identité tout à fait remarquable. Nous sommes totalement aux antipodes d’un quelconque mouvement Punk. Billy a finalement réussi sa révolution, et le résultat est à la hauteur de ses espérances. Tout le monde connaît la ritournelle de « Flesh for fantasy », les effets de gratte de STEVENS y tiennent une place discrète mais ô combien primordiale !

Et il y a l’agressive « Rebel Yell », agrémentée d’un rythme d’enfer et des interventions scintillantes de Steve STEVENS, qui invente à cette occasion l’effet raygun, qui deviendra l’une de ses marques de fabrique ; les nombreux effets synthétisés sont aussi dus à sa guitare, qu’il dit influencée par le travail de Leo KOTKKE, immense guitariste acoustique. STEVENS est, en sus d’être un personnage haut en couleur, un exceptionnel guitariste qui se lancera plus tard dans des expérimentations flamencos et acoustiques bien éloignées de son statut de guitar hero métal-punk-pop ; il jouera aussi avec Michael JACKSON , VAN HALEN et bien d’autres… La preuve que Billy IDOL avait le nez creux, et pas seulement en raison de la quantité industrielle de cocaïne qu’il s’est enfilé dans l’appendice nasal !

La narquoise « Catch my fall » au ton plus insouciant et pop, sera aussi un grand succès au box office. La rythmique très orientée métal de « Blue highway » donne une identité toujours plus originale à une musique dominée par des refrains accrocheurs et mémorisables. Les percussions de « Stand in the shadow » la rendent spéciale.
J’apprécie tout particulièrement le refrain de « Crank call » qui me plonge dans une délicieuse ambiance que ne renierait pas le CULT de Billy DUFFY, autre blond punk peroxydé égaré dans le paysage musical des années quatre-vingt, sans doute ma préférée de l’album, mais pas la plus connue.
Enfin n’oublions pas le slow killer « Eyes without a face », qui laissera une trace indélébile dans l’univers de la musique comme de la vidéo. Impossible d’oublier cet air après l’avoir entendu, le signe du classique. Elle atteindra les premières places des tops aux USA, le pari de Billy est réussi. Détail sympa : on y entend « les yeux sans visages » susurré par une voix féminine.

L’album est enregistré en trois jours – le temps que met aujourd’hui Norah JONES à enregistrer trois lignes de chant –, mais sa qualité est indéniable.

C’est l’album parfait, le symbole d’une époque, et la plus grande fierté de Billy IDOL.

A lire aussi en PUNK-ROCK par ERWIN :


Billy IDOL
Kings And Queens Of The Underground (2014)
Le roi des keupons

(+ 1 kro-express)



The CLASH
Sandinista ! (1980)
Viva Nicaragua !


Marquez et partagez





 
   ERWIN

 
  N/A



- Billy Idol (guitare, chant)
- Steve Stevens (synthétiseur, basse, guitare, claviers)
- Steve Webster (basse)
- Thommy Price (batterie)


1. Rebel Yell
2. Daytime Drama
3. Eyes Without A Face
4. Blue Highway
5. Flesh For Fantasy
6. Catch My Fall
7. Crank Call
8. Stand In The Sahdow
9. The Dead Next Door



             



1999 - 2017 © Nightfall.fr - Comment Soutenir Nightfall ? - Nous contacter - Webdesign : Inox Prod