Recherche avancée       Liste groupes



      
PUNK-ROCK  |  STUDIO

L' auteur
Acheter Cet Album
 

 

- Style : The Ramones , The Damned

The DICTATORS - Dffd (2001)
Par ERWIN le 3 Avril 2010          Consultée 1805 fois

2001, nous sommes, en ce début de deuxième millénaire, les témoins de l’improbable énième reformation des DICTATORS, cette fois réunis pour nous proposer leur dernier méfait en date… Manitoba n’en peut plus de ses diverses « occupations » de : patron de bar, d’historien du Punk Rock, de DJ, voire de chanteur du MC5. Dans cet emploi du temps de premier ministre, il trouve néanmoins le temps d’écrire avec ses potes New-Yorkais la jolie rondelle que vous tenez entre les mains. Shernoff s’est lui imposé comme un professionnel talentueux du monde du vin, Kempner sort des albums solos, et enfin Ross The Boss enregistre album après album, avec toutes les formations possibles imaginables évoluant d’un registre Pop au Metal le plus classique. Alors dans ces conditions assez peu optimales, on se dit que les vieux Rockeurs ont dû baisser la garde, quelques 24 années après Bloodbrother… La lassitude et l’âge ont dû rendre la tache insurmontable… Vous y croyez, vous ? Et bien vous devriez ! Car voila un skeud festif comme il en existe peu et sur lequel nos compères se sont livrés comme jamais.

« Who Will Save Rock’r’oll » ouvre les festivités avec classe, on nage dans la superficialité du Punk le plus gracieux avec ce morceau. Tout y est : Manitoba bouffe le micro, la section rythmique est sans faille, Ross - toujours le meilleur - nous arrache des larmes de bonheur ! Aaaaah ! Quel pied ! On se croirait revenu en 77 !
Alors on se dit que les Papys du Punk ont la pêche, on se prend à espérer que la suite sera à la hauteur ? Et c’est « I Am right » qui nous triture les tympans. Puis la très poétique « Pussy and Money » qui parviendrait même à nous faire croire que les jeunes branleurs sont devenus… De vieux branleurs !! Et ils l’affirment avec vigueur : "What’s It’s All About ? Pussy and Money" !!! On se marre avec respect ! Pas le moindre temps mort dans ce skeud, lorsque les mélodies sont plus mainstream comme sur « Moronic inferno », c’est réussi, les chœurs sont incisifs, le plaisir total, avec un solo d’anthologie de Ross ! Certains morceaux sont nettement plus "Metal" : se propose alors à nos esgourdes et louchant vers une rythmique digne d’AC/DC « It’s Allright », on jurerait même que c'est Angus sur le solo… en mieux !! Incroyable ! Et il y a le « Burn Baby Burn » qui navigue dans des contrées proche d’un MOTORHEAD des familles… Pas si étonnant ! Shernoff reprend le micro sur l’entraînant « What’s Up With That ?», impossible de s’empêcher de taper du pied là-dessus, le refrain est jouissif, les mecs s’éclatent, c’est l’évidence ! Laisser un morceau de ce skeud sur le coté de la chronique ? Difficile tant il sont tous d’un niveau qui frôle la perfection. « The Savage Beat », « Avenue A », continuent l'œuvre avec ambition et toujours dans la nonchalance propre aux Dictators… Comme si tout ceci était simple. « In The Presence of a New God » présente des éléments plus sophistiqués, mais passe pour l’un des futurs classiques du skeud. Mais on ne va pas s’arrêter là : avec « Channel Surfing » on s’attaque à la surf music, soit l’ancêtre du Punk. L’instrumental pourrait faire partie d’une BO de Tarantino, à la fois dynamique et crépusculaire. Je me répète mais là encore la classe de Ross éclabousse tout sur son passage. Ayons une pensée émue pour les MANOWAR qui doivent se coltiner un Karl Logan à la gratte depuis le départ de Ross !! Le « Jim Gordon Blues » est tout aussi jouissif que le reste. Rarement on aura fait de la musique aussi agréable sans se prendre la tête à ce point là.

Tout cela est du niveau de leur classique Bloodbrother sans problème ! La performance est de taille et laisse pantois d’admiration. Ross The Boss y mérite son surnom, plus que jamais, et sans jamais tomber dans le démonstratif. Il n’y a là que plaisir et jouissance ! Pour Shernoff, le compositeur de l’opus, ce DFFD sera probablement le dernier album studio des DICTATORS, arguant qu’il lui est « difficile de composer du Rock à son âge », et ce même s’il faut s’attendre à les voir sur scène aussi souvent que possible. Tant mieux !
La postérité ne lui fera pas la place qu’il mérite, c’est sûr ! Mais ne passez surtout pas à côté d’un tel chef d’œuvre !

A lire aussi en PUNK-ROCK par ERWIN :


Billy IDOL
Vh1 Storytellers (2002)
Fracassant




Billy IDOL
Devil's Playground (2005)
Billy renaît de ses cendres

(+ 1 kro-express)

Marquez et partagez





 
   ERWIN

 
  N/A



- Richard 'handsome Dick Manitoba' Blum (chant)
- Andy 'adny' Shernoff ( basse-claviers)
- Scott 'top Ten' Kempner ( guitare rythmique)
- Ross 'the Boss' Friedmann ( guitare lead)
- Gerald 'thunerdolt' Patterson ( batterie)


1. Who Will Save Rock’n’roll
2. I Am Right
3. Pussy And Money
4. Moronic Inferno
5. It’s Allright
6. What’s Up With That
7. The Savage Beat
8. In The Presence Of A New God
9. Avenue A
10. Channel Surfing
11. Jim Gordon Blues
12. Burn Baby Burn



             



1999 - 2017 © Nightfall.fr - Comment Soutenir Nightfall ? - Nous contacter - Webdesign : Inox Prod