Recherche avancée       Liste groupes



      
POP/FOLK  |  STUDIO

Commentaires (1)
L' auteur
Acheter Cet Album
 

2010 Ginger
2013 Orpailleur
 

- Membre : Louise Attaque, Tarmac

Gaëtan ROUSSEL - Ginger (2010)
Par GEGERS le 15 Avril 2010          Consultée 1872 fois

Gaëtan ROUSSEL tu vois, je le trouve sympa. Ben ouais, ce mec a quand même vendu pas moins de deux millions d'albums avec son groupe Louise Attaque, dont les tubes résonnent encore dans nos oreilles de façon régulière. Il a sorti deux superbes albums avec son autre groupe, Tarmac, et puis il a été sollicité par Rachid Taha, Vanessa Paradis, Alain Bashung, pour leur filer un coup de main dans l'écriture de leurs albums respectifs. Mais tu vois, le mec il se la joue humble et discret. Il se la pète pas quoi. Il continue son bonhomme de chemin sans considérer les choses comme acquises. Et là, plutôt que de jouer la facilité et ressortir un album avec le groupe qui l'a fait connaître, il tente de s'imposer en solo, sous son propre nom. Belle preuve d'intégrité quand même !

Du coup c'est dommage. Ben ouais, parce que même s'il part avec un capital de sympathie élevé, eh ben le gonze il assure pas. Bon déjà, une chose est sûre, on est à dix mille lieues du rock acoustique de Louise Attaque. En même temps, c'est normal, sinon le bonhomme n'aurait pas sorti cet album sous son propre nom. Pas con le chroniqueur hein ? Donc Gaëtan ROUSSEL en solo, c'est pas du rock. C'est une espèce d'électro-pop, avec quelques touches jazzy, c'est original et tout. Mais c'est pas bon, dommage.

Pourtant, ça débute pas si mal. Une bonne guitare acoustique jouant les métronomes, une basse imposante, et puis surtout la voix du bonhomme, reconnaissable entre mille. On est pas loin d'un Louise Attaque période A Plus Tard Crocodile, et ça s'écoute avec plaisir. Rien de bien impérissable, si ce n'est ce petit break lumineux en milieu de morceau qui lui confère une touche mélancolique sympa, mais ce « Clap Hands » permet aux ambiances de s'installer doucement, de se dire que le ROUSSEL, ben il va nous proposer un p'tit album de rock/folk sympatoche comme il savait faire avec Tarmac. Ben peine perdue. Le mec enchaîne direct avec un titre pop, un poil électro, qui n'aurait pas dépareillé sur le dernier album de Stephan Eicher (« Help Myself »). Ok, c'est pas mauvais, grâce notamment à une rythmique enlevée et une touche british (véhiculée par le refrain, chanté dans la langue de Beckham), qui apporte une certaine fraîcheur. Mais le problème, c'est que le bonhomme va transposer et triturer cette recette sur la grande majorité des titres de l'album, pour un résultat imbuvable ! « Inside Outside » par exemple aurait pu faire un très bon titre de Tarmac, mais non, il faut que ces arrangements à la fois pauvres (dans leur pertinence) et envahissants viennent s'en mêler pour en faire un titre médiocre.

Mais on va avoir droit à bien pire ! « Tokyo », « DYWD » et « Trouble », poussant le vice jusqu'à annihiler totalement les mélodies, viennent comme autant de spectres hanter cet album et lui apposer un voile de médiocrité et d'inutilité. Gaëtan s'égare, échoue, se plante, dénature sa musique pourtant si personnelle et unique pour la transformer en une vaste blague. Ou alors, cette soupe électro constitue l'essence même de sa musique, et dans ce cas le bonhomme est vraiment surestimé. Mais c'est quand même difficile à croire. Celui qui a livré d'aussi bons albums par le passé ne serait capable que de ça ? Nan...C'est une provocation, un canular, un test pour pousser les amateurs de la musique du grand chauve jusqu'à la rupture. « Et si je sors de la merde, vous me suivez encore ? » Eh bien...oui, parce que quand même, tout n'est pas à jeter dans cet album. Outre « Clap Hands » on gardera le très bon « Mon Nom », rock acoustique classique un poil répétitif mais qui, comme une bouée de sauvetage, permet à l'auditeur de se raccrocher à ce qu'il connaît, à savoir un Gaëtan ROUSSEL inspiré et jouant sur les mots comme personne. Et puis, en fin d'album, « Des questions me Reviennent » et « Les Belles Choses » font que l'on ne remise pas l'album tout de suite. Une guitare acoustique chatoyante, une mélodie percutante et un piano suffisent à insuffler l'émotion !

Ouais, c'est quand même dommage. Gaëtan, il nous drague avec des compos alléchantes, et par derrière il nous sort des trucs imbitables. Un peu comme comme s'il osait pas aller au bout de son propos. Le cul entre deux chaises. Et du coup, personne n'y trouve son compte. Gaëtan t'accule pour mieux te plumer, et après il te rend ton fric. Ginger, c'est mi-figue mi-raisin, couci-couça. A oublier rapidement en tout cas !

A lire aussi en POP par GEGERS :


Cat STEVENS
Majikat (1976)
Irrésistiblement live




EELS
Daisies Of The Galaxy (2000)
Le joli blues de Mr. E


Marquez et partagez





 
   GEGERS

 
  N/A



- Gaëtan Roussel (chant, guitare)
- Joseph Dahan (guitare, basse)
- Renee Scroggings (chant)
- Gordon Gano (chant)
- Tim Goldsworthy (dj, production)


1. Clap Hands
2. Help Myself (nous Ne Faisons Que Passer)
3. Si L'on Comptait Les étoiles
4. Inside Outside
5. Mon Nom
6. Tokyo
7. Dis-moi Encore Que Tu M'aimes
8. Dywd
9. Des Questions Me Reviennent
10. Trouble
11. Les Belles Choses



             



1999 - 2017 © Nightfall.fr - Comment Soutenir Nightfall ? - Nous contacter - Webdesign : Inox Prod