Recherche avancée       Liste groupes



      
MUSIQUE ELECTRONIQUE  |  STUDIO

L' auteur
Acheter Cet Album
 

2010 Ginger
2013 Orpailleur
 

- Membre : Louise Attaque, Tarmac, Lady Sir

Gaëtan ROUSSEL - Orpailleur (2013)
Par GEGERS le 22 Novembre 2013          Consultée 1159 fois

La discrétion de Gaëtan ROUSSEL, son humilité, sa lucidité face à sa musique rendent le bonhomme éminemment sympathique, tant et si bien que l'on finit par ne plus tant regretter l'absence de Louise Attaque, qui semble de plus en plus définitive malgré quelques piqûres de rappel. Une Victoire de la Musique sous le bras pour son premier album (pourtant pas si emballant...), une nouvelle casquette, celle de producteur (l'album Ivres et Débutants de Deportivo), l'artiste semble être sur une pente ascendante, un cercle vertueux cristallisé aujourd'hui par un deuxième album synonyme d'une évolution bienvenue.

Là où Ginger conservait encore quelques traces folk, quelques réminiscences de Tarmac et de Louise Attaque, Orpailleur marque définitivement l'attrait de Gaëtan ROUSSEL pour des sonorités électro-pop. Si l'album n'est pas avare en instruments divers et variés, les guitares sont en revanche aux abonnées absentes (ou presque), ce qui permet, finalement, à l'auditeur de se détacher un peu plus du passé de l'artiste et d'aborder cet album sans être tenté de le comparer aux anciens travaux du bonhomme. Et en ce sens, ce nouvel album est une réussite, bien plus que son prédécesseur. Comme s'il faisait table rase du passé, Gaëtan ROUSSEL assume pleinement ses inclinations musicales, et là où il pouvait se faire hésitant, tâtonnant, le cul entre deux chaises, il fonce cette fois tête baissée, sûr de son fait.

Cette énergie se traduit par des tempos énergiques et un souci permanent de la concision, qui donne naissance à des morceaux courts et très rythmés, agrémentés de samples électro très présents qui, sans déshumaniser l'ensemble, parviennent à servir la musique. « La simplicité », qui ouvre l'album, mêle ainsi avec bonheur rythmes electro-pop, choeurs très présents, mélodies entêtantes et des paroles à la fois évocatrices et mystérieuses, un savoir-faire d'écriture qui est une grande force du bonhomme.

Avec des ambiances similaires, « Eolienne » frappe encore plus fort, et ne peut qu'entraîner l'auditeur dans cette danse saccadée, quasi-tribale, porteuse d'une énergie bienveillante et optimiste. On trouve ainsi, au fil de l'album, nombre de morceaux qui valent le détour, bien plus que l'album précédent ne parvenait à en offrir. « Orpailleur », le morceau-titre, joue lui aussi sur l'immédiateté et l'énergie permanente des rythmes pour séduire, tout comme « Matrice », qui donne (enfin) la parole à une guitare électrique frénétique. Sur « Hum Hum Hum », la guitare se fait cette fois acoustique et délicate, et introduit un dernier tiers d'album un peu plus calme et mesuré, préférant favoriser la pertinence des mélodies à leur habillage rythmique. On reste ainsi bouche-béé, ébahi, à l'écoute du morceau final, « La barbarie », titre aux paroles sublimes portées par une guitare acoustique tendre et délicate. Le refrain, flamboyant dans son inimité et sa discrétion, est un petit joyau, qui clôt l'album sur une note très positive.

Par trop d'urgence, l'ensemble peine un peu à s'inscrire dans la durée, et les morceaux tendent à livrer tous leurs secrets après quelques écoutes. Si l'album ne semble pas être amené à devenir un « grand » album d'electro-pop à la française, il témoigne néanmoins d'un sursaut d'inspiration de la part de Gaëtan ROUSSEL, qui permet aux amoureux de sa voix de se procurer l'album sans craindre d'être déçus.

A lire aussi en MUSIQUE ELECTRONIQUE :


The FUTURE SOUND OF LONDON
Lifeforms (1994)
Encore plus fort que nature et découverte




DISASTERPEACE
Fez Ost (2012)
Diderot & Maurice Merleau-Ponty


Marquez et partagez





 
   GEGERS

 
  N/A



- Gaëtan Roussel (chant, guitare, basse, programmation, claviers)
- Joseph Dahan (basse, guitare)
- Antoine Boistelle (batterie)
- Benjamen Lebeau (basse, programmations et synthétiseurs)
- Johan Dalgaard (claviers, autoharpe)
- Vincent Taeger (percussion)


1. La Simplicité
2. Eolienne
3. Par Dessus Ton épaule
4. Cha Cha Cha
5. Poésie
6. Orpailleur
7. Matrice
8. Hum Hum Hum
9. Face Aux étoiles
10. We Will Be Strong
11. La Barbarie



             



1999 - 2017 © Nightfall.fr - Comment Soutenir Nightfall ? - Nous contacter - Webdesign : Inox Prod