Recherche avancée       Liste groupes



      
TRIP-HOP  |  B.O FILM

L' auteur
Acheter Cet Album
 


 

- Style : Portishead
- Style + Membre : Tricky

MASSIVE ATTACK - Danny The Dog (2004)
Par BNJ le 26 Octobre 2004          Consultée 4816 fois

AVERTISSEMENT : cette chronique de bande originale de film est également susceptible de contenir des révélations sur le film

« C’était mieux avant ! ». Allez, qui, honnêtement, n’a pas juré durant sa tendre enfance de ne jamais tomber dans le même travers que ses parents et ainsi jouer la nostalgie à outrance et qui, aujourd'hui, doit bien se résigner à faire de même ? Qui ? Rassurez-vous, c’est normal. C’est naturel, même, d’être particulièrement attaché a ce qui a bercé notre jeunesse, à ce qui a accompagné notre croissance, à ce qui à rendu plus beau notre premier baisé ou notre première b… heu… enfin bon je m’égare….
Toujours est-il qu’aujourd’hui, il faut se résoudre à l’évidence, sans pour autant avoir l’image d’un vieux con, mais, définitivement, Massive Attack, c’était mieux avant.

Ne dissertons pas sur le décevant « 100th Windows », d’autres le feront très bien. Car Massive Attack, LE groupe absolu de Trip-Hop, est de retour dans les bacs pour proposer à nos oreilles affamées une bande originale. Celle du film « Danny The Dog », réalisé par Louis Leterrier, avec Jet Li et Morgan Freeman (vous pariez sur une bagarre entre les deux ?) et produit par Luc Besson. Luc Besson, on peut toujours penser qu’il ne sait pas écrire des scénarios, on ne peut pas, en revanche, dire de lui qu’il de mauvais goûts musicaux. L’immense Craig Amstrong (de la bande de Massive, tiens donc…) pour « Le Baiser Mortel du Dragon », les cultissime Archive pour « Michel Vaillant » et aujourd'hui nos amis de Bristol pour « Danny le chien », c’est quand même un beau tableau de chasse. Le problème, c’est qu’après la fantastique partition de Archive pour leur BO, le défi de Massive Attack allait se révéler difficile à relever. Et je n’ai pas peur de le dire, c’est raté.

La première déception, et qui est de taille, est de constater qu’il n’y a pas dans cet album le moindre morceau chanté. Il existe bel et bien un titre inédit de plus de 6 minutes avec Dot Alison au chant mais il est réservé au générique de fin du film (préparez vos enregistreurs MP3). Or du Massive Attack sans paroles, ça n’a pas la même saveur.
Que reste t-il alors ? La musique de 3D et de ses amis. Et le moins que l’on puisse dire, c’est que l’ensemble manque cruellement d’âme. Ennio Morricone disait qu'une bonne bande originale devait pouvoir s’écouter sans les images. Espérons que les images de « Danny The Dog » rendront la musique meilleure, mais ça tiendrait du miracle !

« Opening Title », « P is for Piano », « confused images », « you’ve never had a dream » sont autant de morceaux qui ne recèlent par une once de vie, d’originalité. Ce ne sont presque que d’obscures pièces synthétiques qui auraient très bien pu être composées par n’importe qui avec un bon logiciel musical. « Attack boy », « Simple Rules » ou « The Dog obeys » mettent en avant une bien belle basse et un bon rythme mais ne connaissent aucune progression entre leur début et leur fin. L’impression qui en ressort est que ce sont des petits morceaux de titre bien plus vastes et qui ont été placés là pour faire beau (enfin… c’est une image…)

Est-ce que tout est à jeter ? Non, quand même pas. « Polaroïd girl » distille un doux parfum de nostalgie (surtout du fait de son clavier qui fait penser à « Animals » du Floyd), « Sam » met en relief des cordes assez émouvantes, « Danny the Dog » joue d’un agréable minimalisme (rythme quasi-éteint, piano, nappe de synthé et piano) qui laisse imaginer quelques instants dramatiques au héros. « I am home », meilleur titre du CD, aurait, avec une petite voix par-dessus, fait un excellent titre sur un album « normal »

Moralité, Massive devrait laisser les BO à d’autres (Archive revient !!!) et se concentrer sur de vraies compositions. Si tout va bien, ce sera pour mars prochain. Un peu de patience et gare à la nostalgie…

A lire aussi en TRIP-HOP :


Emilie SIMON
Vegetal (2006)
Emilie nous invite dans sa forêt magique




Peter MURPHY
Dust (2002)
Le meilleur album solo du "crooner goth"


Marquez et partagez





 
   BNJ

 
  N/A



- Robert Del Naja - 3d (compo)
- Grant Marshall - Daddy G (compo)


1. Opening Title
2. Attack Boy
3. P Is For Piano
4. Simple Rules
5. Polaroïd Girl
6. Sam
7. One Thought At The Time
8. Confused Images
9. Red Light Means Go
10. Collar Stays On
11. You've Never Had A Dream
12. Right Way To Hold A Spoon
13. Everybody's Got A Family
14. Two Rocks And A Cup Of Water
15. Sweet Is Good
16. Montage
17. Everything About You Is New
18. The Dog Obeys
19. Danny The Dog
20. I M Home
21. The Academy



             



1999 - 2017 © Nightfall.fr - Comment Soutenir Nightfall ? - Nous contacter - Webdesign : Inox Prod