Recherche avancée       Liste groupes



      
ROCK ALTERNATIF/PUNK  |  COMPILATION

Commentaires (1)
L' auteur
Acheter Cet Album
 


 

- Style : Les Garçons Bouchers
- Membre : Les Wampas
 

 Myspace Du Groupe (267)

MANO NEGRA - Amerika Perdida (1991)
Par JOVIAL le 19 Septembre 2010          Consultée 1436 fois

Décembre 1991, la MANO NEGRA est au sommet de sa gloire. King of Bongo est sorti en avril et s’est immédiatement classé à la 9ème place des charts français. Après trois albums en 4 ans, ainsi que d’innombrables concerts, le groupe décide de prendre quelques distances avec les studios d’enregistrements, et de partir en tournée, tout d’abord en France, puis en Amérique Latine, lors du fameux voyage Cargo 92, commémorant le 500ème anniversaire de la découverte de l’Amérique, pour atterrir enfin au Japon. Mais la MANO NEGRA ne peut pas partir comme ça… La société Patchanka pense immédiatement que trois ans sans aucune sortie discographique serait un pur suicide commercial, car même si les trois premiers albums se vendent très bien, le public ne pourra pas se contenter bien longtemps de ces derniers (en traduction, « profitons du succès pour nous remplir les poches »). Manu CHAO et sa bande opte donc pour la sortie d’une compilation, Amerika Perdida.

Les mots me manquent pour qualifier ce disque. Comment dire… foutage de gueule ? Pour moi, sortir un best-of après 4 ou 5 albums me semble tout à fait normal, mais ici ? La MANO NEGRA n’a sorti que trois albums, et en plus de ça, Amerika Perdida ne rassemble essentiellement que des morceaux des deux premiers opus. Seul « El Jako » représente King of Bongo, et on est loin de pouvoir dire qu’il en est la meilleure chanson. Bref, on retrouve les grands classiques du groupe, rien de bien surprenant, mis à part « Patchuko Hop », dont je n’ai jamais compris la présence ici. Le seul véritable intérêt de la compilation serait alors la chanson inédite « Amerika Perdida », qui annonce un peu la direction que le groupe prendra sur l’infâme Casa Babylon. Même pas, car le morceau s’avère très moyen, la basse et les percussions sont insupportables, le chant me gonfle au plus haut point. Alors bien sûr, on va me ressortir l’argument imparable : les morceaux sont bons donc le disque est bon. Et bien non justement, faire une compilation juste pour deux albums, j’en vois pas tellement l’intérêt.

Oui, du foutage de gueule. Si les trois premiers albums de la MANO NEGRA n’avait pas été aussi excellents, j’aurais bien volontiers rejoint les rangs des principaux détracteurs du groupe, les Béruriers Noirs et Pigalle en tête, qui ont accusé, et à juste titre, l’avidité du groupe, dont la plupart des membres étaient pourtant issus de la même scène alternative. Amerika Perdida me dégoûte profondément. Que ceux qui lui trouvent un intérêt quelconque m’écrivent, parce que franchement… Mais bon, lorsqu’on sait que la société Patchanka était gérée par Santiago Casariego, batteur du groupe et futur Directeur Général d'Universal Music Publishing en 1996, puis de Mercury en 2001, puis membre du jury de Popstars et futur signataire de quelques star-académiciens, on comprend sans doute le pourquoi du comment…

A lire aussi en ROCK par JOVIAL :


MANO NEGRA
In The Hell Of Patchinko (1992)
T'es prêt Roger ?




MANO NEGRA
King Of Bongo (1991)
King of France ?


Marquez et partagez





 
   JOVIAL

 
  N/A



- Manu Chao (chant/guitare)
- Santiago Casariego (batterie/percussions/chant)
- Antoine Chao (trompette/chant)
- Pierre Gauthé Dit Krøpöl 1er (trombonne)
- Daniel Jamet (guitare/chant)
- Philippe Teboul Dit Garbancito (percussions/chant)
- Jo Dahan (basse/chant)
- Thomas Darnal Dit Helmut Krumar (claviers/chant/pochette)


1. Mano Negra
2. Mala Vida
3. Amerika Perdida
4. Peligro
5. Sidi 'h Bibi
6. Noche De Accion
7. El Sur
8. Patchuko Hop
9. Mano Negra
10. Patchanka
11. Indios De Barcelona
12. Guayaquil City
13. El Jako
14. Soledad
15. King Kong Five
16. Salga La Luna



             



1999 - 2017 © Nightfall.fr - Comment Soutenir Nightfall ? - Nous contacter - Webdesign : Inox Prod