Recherche avancée       Liste groupes



      
ROCK  |  STUDIO

L' auteur
Acheter Cet Album
 


 

- Style : The Saw Doctors , Young Dubliners, Creeds Cross, U2, The Seer , Coast, The Silencers
- Membre : Runrig, Simple Minds, Ultravox
- Style + Membre : The Alarm

BIG COUNTRY - The Buffalo Skinners (1993)
Par GEGERS le 25 Septembre 2010          Consultée 1541 fois

Alors au fond du trou, tant artistiquement que commercialement, BIG COUNTRY donnait en ce début des années 90 l'impression d'un groupe lessivé, usé de courir désespérément après un succès international semblant de plus en plus impossible à reproduire. Dernière véritable tentative du groupe de percer durablement aux Etats-Unis, The Buffalo Skinners voit le jour en 1993 sur les cendres de l'indigent No Place Like Home. Contrairement à son prédécesseur, ce nouvel opus se voit offrir une sortie sur le marché américain, via le label Chrysalis. Profitant de cette nouvelle chance qui s'offre à lui, le groupe en profite pour inclure dans la track-list de l'opus deux morceaux issus de No Place Like Home, « We're Not in Kansas » et « Ships », deux des rares titres à sauver de cet album qui bénéficient ici d'une nouvelle vitrine les mettant en valeur.

Confirmant le célèbre adage « Après la pluie vient le beau temps », The Buffalo Skinners témoigne d'un BIG COUNTRY à l'inspiration retrouvée et montrant une véritable envie d'en découdre à nouveau. En ce sens « Alone », titre d'ouverture de l'album, se veut une parfaite synthèse de ce sixième album studio des Ecossais : Introduit par la voix toujours aussi lyrique et puissante de Stuart Adamson, le morceau développe rapidement un riff rugueux et tranchant, soutenu par un refrain imparable aux effets d'agréable claque, persistant et répété à l'envi durant la seconde moitié du morceau. Ajoutant à cela un solo de guitare totalement hallucinant et halluciné, BIG COUNTRY offre avec « Alone » un des tous meilleurs titres de sa carrière. Certes, les ambiances celtico-feutrées amenées par l'e-bow ne sont plus de mise, mais le timbre si particulier de Stuart Adamson, et la capacité du groupe à faire de n'importe quel titre basique une épopée rock'n'roll épique, suffisent à garantir au groupe une originalité infaillible. Totalement dans la même veine les deux titres suivants, « Seven Waves » et « What Are You Working For », sont incroyables d'énergie, de délicatesse, d'engagement rugueux et de poésie revendicatrice, proposant des mélodies inédites et néanmoins si caractéristiques du style pratiqué par le groupe. BIG COUNTRY is back, et livre enfin ce qui aurait dû être le successeur direct au très bon « The Seer ».

Entreprenant et visiblement survolté par une vitalité retrouvée, le groupe clame haut et fort sa rage de vaincre à nouveau, à l'image de ces « Hey » scandés en introduction du rageur et quasi-hard rock « All Go Together », un des titres les plus violents écrits par le combo de Dunfermline. N'hésitant pas à varier son propos, le groupe évolue également dans des sphères country/sudistes, à l'image des très réussis « We're not in Kansas » déjà mentionné et « Winding Wind » dont le riff n'aurait pas été renié par un groupe comme ZZ Top. Et alors que l'anti-militariste « Pink Marshmallow Moon », plus profond et posé, vient offrir une respiration bienvenue, BIG COUNTRY continue de plus belle à convaincre avec « Chester's Farm », big rock au potentiel live non négligeable qui vient clore l'album de la plus belle des manières. Et comment ne pas mentionner ces ballades, travaillées et épiques, qui ont participé à la renommée du groupe ? Outre « Ships », déjà présente sur No Place Like Home, BIG COUNTRY présente avec « The One I love » une power ballade somme toute traditionnelle mais dont le refrain, une nouvelle fois, fait mouche dès la première écoute.

Avec The Buffalo Skinners, BIG COUNTRY signe enfin son grand retour après des années de disettes, dans un contexte pourtant peu favorable au classic rock, le début des années 90 voyant l'émergence de nouvelles mouvances telles que le rock alternatif et le grunge. D'ailleurs, l'album ne rencontrera pas le succès escompté, soldant ainsi le Rêve Américain du groupe. Restent ces pépites parsemant l'album qui en font, encore aujourd'hui, un album véritablement indispensable du groupe.

A lire aussi en ROCK par GEGERS :


RUNRIG
The Highland Connection (1979)
L'âme de l'ecosse en un album...

(+ 1 kro-express)



NOIR SILENCE
Immortellement Célèbre (2008)
Rock québécois assassin...


Marquez et partagez





 
   GEGERS

 
  N/A



- Stuart Adamson (chant, guitare)
- Colin Berwick (claviers)
- Simon Phillips (batterie)
- Bruce Watson (guitare)
- Tony Butler (basse)


1. Alone
2. Seven Waves
3. What Are You Working For
4. The One I Love
5. Long Way Home
6. The Selling Of America
7. We're Not In Kansas
8. Ships
9. All Go Together
10. Winding Wind
11. Pink Marshmallow Moon
12. Chester's Farm



             



1999 - 2017 © Nightfall.fr - Comment Soutenir Nightfall ? - Nous contacter - Webdesign : Inox Prod