Recherche avancée       Liste groupes



      
ROCK  |  STUDIO

L' auteur
Acheter Cet Album
 

 

- Style : Reach

ROYAL REPUBLIC - We Are The Royal (2011)
Par GEGERS le 23 Juillet 2023          Consultée 655 fois

Ecouter de la musique, en l'état actuel de la production musicale, c'est avant tout faire des choix. Choisir, dans le flot incessant de sorties l'album auquel nous allons donner sa chance, sur la base de la beauté de sa pochette, de la réputation de son/ses auteur(s), ou tout simplement par confiance en l'artiste qui l'a conçu. En résultent donc une certaine frustration et la certitude de passer à côté de très bons albums et de découvertes possiblement bouleversantes, qu'un simple manque de temps nous empêche d'atteindre et de croiser. Rageant. Le risque est ainsi d'aller au plus direct, d'écouter beaucoup d'albums et de donner leur chance à ceux dont les premières écoutes nous accrochent. Cette paresse est dangereuse car, vous qui lisez ces modestes lignes le savez bien, la musique récompense bien souvent la persévérance. Néanmoins, il arrive parfois qu'une seule écoute suffise à nous convaincre, à nous émerveiller, à nous persuader que nous sommes face à un artiste qui va devenir un pilier majeur de notre équilibre musical.

Cet enthousiasme peut-être irraisonné porte un nom : ROYAL REPUBLIC. We Are The Royal est son cri de ralliement. Formé fin 2007 à Malmö en Suède, le quartet ne tarde pas à entrer en studio pour mettre en boîte ce premier album aux allures de manifeste, qui ne sera distribué en France que début 2011, à la faveur d'une signature chez le label Roadrunner Records, résolument orienté metal. Le choix finalement cohérent d'un groupe dont les influences vont de la pop au death metal, en passant par le punk, le rock'n'roll et le funk. Un large panel d'inspirations dont la fusion donne naissance à ce premier album dont la saveur ne s'affadit pas au fil des écoutes. Il y a du PRIVATE LINE avec un soupçon de folie, du DANKO JONES, du VOLBEAT bien sûr dans ce mélange de hard-rock et de rock de papa. De même, la filiation avec THE HIVES est évidente, mais pour autant, dire que ROYAL REPUBLIC n'a pas d'identité propre serait mentir. Si vous cherchez du FRANZ FERDINAND, vous le trouverez, mais il y a ici une légèreté de ton et une telle efficacité dans les riffs et mélodies proposés que le groupe, en s'inscrivant dans une généalogie pourtant parfaitement établie, parvient à surprendre et à apporter un souffle de nouveauté qui, d'emblée, le rend particulièrement sympathique.

Nous pourrions dire que la musique de ROYAL REPUBLIC est fun et catchy, mais ce ne serait pas lui rendre service car ces termes sont souvent synonymes d'une certaine vacuité et ont la fâcheuse tendance à rendre inoffensif le plus féroce des cerbères. Disons que le groupe s'amuse, et amuse ce faisant son auditoire. Il y a tout d'abord ce manifeste punk, "The Royal", qui donne une fausse impression de frénésie inclassable. Entre le cri plus metal que le metal lui-même et la rythmique décoiffante qui mettrait au défi les laques les plus fortes, cette introduction est une fulgurance qui nous plaque au mur. Survient alors le riff groovy, porté par une guitare épaisse, de "President's Daughter", du DANKO JONES pur jus, qui nous dévoile prudemment la grandeur de la palette des ambiances déployées par les Suédois. Porté par un mixage musclé, l'album lorgne régulièrement du côté d'ambiances ska-rock ("Walking Down the Line"), du rock'n'roll à la ROLLING STONES ("OIOIOI" au riff léger et enivrant comme une fragrance), en passant par une bonne dose de hard/metal qui fait son effet sur "All Because of You", déclaration à l'intensité distordue. Il y a dans le lot de véritables pépites. "Full Steam Spacemachine" au riff fin comme du papier à cigarette épaissi par une basse espiègle, et un exemple de l'excellence. Il y a dans ce phrasé, cette ambiance, ce refrain, les qualités que l'on peut retrouver sur "Seven Nation Army" des WHITE STRIPES ou "Take me Out" de FRANZ FERDINAND. Contagieux de simplicité, ce titre est imparable. Un adjectif qui définit fort bien également "Tommy-Gun" à la basse sautillante, autre tube en puissance qui porte l'album vers la perfection.

Le délicieusement grivois "I Can See Your Underwear" ou le précis "I Must Be Out of My Mind", punk-rock dans l'esprit, complètent un tableau fort glorieux. Pour un coup d'essai, ROYAL REPUBLIC fait preuve d'une maîtrise et d'un recul remarquables, tant au niveau de l'interprétation que des arrangements, ces derniers donnant une saveur de groupe à l'ensemble. Les quatre potes s'éclatent et, par effet de bord, nous communiquent leur joie de jouer cette musique certes balisée, mais qui se voit sérieusement dépoussiérée sous les assauts répétés de musiciens qui semblent désireux de ne pas se mettre de barrières. Premier essai, et premier coup de maître du gang suédois !

A lire aussi en ROCK par GEGERS :


BIG COUNTRY
Why The Long Face (1995)
L'album des morts-vivants




MATMATAH
Plates Coutures (2017)
Nous faire du bien, pour presque trois fois rien


Marquez et partagez





 
   GEGERS

 
  N/A



- Adam Grahn (chant, guitare)
- Hannes Irengård (guitare)
- Jonas Almén (basse)
- Per Andreasson (batterie)


1. The Royal
2. President's Daughters
3. Walking Down The Line
4. All Because Of You
5. Good To Be Bad
6. Full Steam Spacemachine
7. Cry Baby Cry
8. Tommy-gun
9. I Must Be Out Of My Mind
10. Underwear
11. 21st Century Gentlemen
12. The End
13. Oioioi



             



1999 - 2024 © Nightfall.fr V5.0_Slider - Comment Soutenir Nightfall ? - Nous contacter - Webdesign : Inox Prod