Recherche avancée       Liste groupes



      
FOLK  |  STUDIO

Commentaires (1)
L' auteur
Acheter Cet Album
 

 

- Style : Steven Tyler
- Membre : Led Zeppelin, Jimmy Page & Robert Plant

Robert PLANT - Band Of Joy (2010)
Par MANIAC BLUES le 25 Octobre 2010          Consultée 2681 fois

Est-ce que Robert PLANT, en cette rentrée musicale 2010, va à nouveau nous faire vibrer avec du bon vieux hard rock, comme il le faisait à l'époque dorée des seventies ? C'est la grande question que se posent les fans de Led Zep de la première heure, qui à chaque nouvel album de l'ami Bob espèrent retrouver la magie et les frissons que le chanteur procurait alors à des millions de fanatiques déchaînés. Et bien la réponse à la question est … non. Et c'est pas vraiment une surprise. Le titre de l'album, Band of Joy, laisse sous-entendre en effet un retour aux premiers amours du britannique, puisqu'il s'agit en fait du nom d'un groupe précédant Led Zeppelin associant Robert PLANT et John Bonham.

Dans les années soixante, Robert PLANT jouait alors du blues-rock dans l'esprit nettement psychédélique de l'époque. A l'écoute de certaines démos de Band of Joy disponibles sur youtube*, le lien musical unissant le Band of Joy, version 2010 et le Robert PLANT pré-Led Zeppelin semble finalement bien étroit, voire inexistant. En faisant allusion à ses premiers essais de jeunesse, sans doute cherche-t-il à s'affranchir de l'héritage de Led Zeppelin. Sur cet album, Robert PLANT n'est en rien nostalgique, le temps n'est pas aux regrets mais à l'affirmation d'une nouvelle identité musicale. Le britannique confirme en effet les choix musicaux entrepris ces dernières années -on se souvient notamment de sa collaboration fructueuse avec Alison Krauss en 2007- et continue ainsi à tracer sa route sur cette voix sinueuse entre country, blues et folk.

En tout cas, cet effort est tout à fait louable, tant ce pari musical que représente Band Of Joy est une indéniable réussite. Robert PLANT a su prendre en main sa carrière pour explorer d'autres directions intéressantes. Il faut avouer que la magnifique voix de PLANT s'adapte parfaitement bien à cette veine americana. Toute en retenue et pleine de douces nuances, sa voix profonde s'entremêle aux divers instruments acoustiques, comme la mandoline, le banjo, l'accordéon. Certaines sonorités celtiques se font même sentir sur le premier titre, « Angel Dance », qui avec sa rythmique décapante et ses harmonies mordantes annonce un disque aux couleurs vives et variées.

Band of Joy présente plusieurs facettes qui se font échos, s'entrecroisent et témoignent d'un travail assez ambitieux. « Central Two-O-Nine », « The Only Sound That Matters », « Cindy, I'll Marry You Someday », aux arrangements dépouillés nous font voyager à travers les grandes prairies de l'Amérique profonde. Une certaine mélancolie habite ces titres où le chant vibrant de Robert PLANT souvent soutenu par des chœurs fait parfois penser à du Bob Dylan ou à du Neil Young.

La recette utilisée par Robert Plant est classique et même simple, mais son interprétation et le choix des compositions ont l'immense mérite d'éviter toute monotonie en abordant plusieurs univers diamétralement opposés dans une même œuvre cohérente. En effet, il change radicalement de cap sur les tempi lents et langoureux de « Silver Train » et « Monkey », deux ballades dépressives où voix féminine et masculine s'entremêlent, et où les guitares saturées, la rythmique en apesanteur nous immergent dans un monde aérien qui contraste avec la musique folk terre à terre évoquée précédemment.

De « House Of Cards », composition folk-rock, à « You Can't Buy My Love », rhythm'n blues endiablé qui tranche avec la chanson d'amour sirupeuse « Falling In Love Again », en passant par la musique traditionnelle énigmatique, « Satan Your Kingdom Must Come Down », Robert PLANT explore toute la diversité de la musique populaire américaine et navigue sans complexes d'une rive à l'autre de ce vaste océan. Band Of Joy montre l'éclectisme de l'univers musical de Robert Plant, qui ne doit plus seulement être considéré comme un brillant chanteur de rock, mais aussi comme un irrésistible interprète de chansons folk énergiques. Ce nouvel opus du britannique est incontestablement un grand cru.

*le véritable Band of Joy en 1968 :
http://www.youtube.com/watch?v=vvvffSM_yj4

A lire aussi en FOLK :


VOLCANO CHOIR
Repave (2013)
Le projet parallèle de Justin Vernon (BON IVER)




Marketa IRGLOVA
Anar (2011)
A la croisée des chemins


Marquez et partagez





 
   MANIAC BLUES

 
  N/A



- Robert Plant (chant)
- Patty Griffin (chant, guitare)
- Buddy Miller (guitare, chant)
- Darrell Scott (mandoline, banjo, accordéon, guitare, chant)
- Byron House (basse)
- Marco Giovino (batterie)


1. Angel Dance
2. House Of Cards
3. Central Two-o-nine
4. Silver Train
5. You Can't Buy My Love
6. Falling In Love Again
7. The Only Sound That Matters
8. Monkey
9. Cindy, I'll Marry You Someday
10. Harm's Swift Way
11. Satan Your Kingdom Must Come Down
12. Even This Shall Pass Away



             



1999 - 2017 © Nightfall.fr - Comment Soutenir Nightfall ? - Nous contacter - Webdesign : Inox Prod