Recherche avancée       Liste groupes



      
HIP-HOP / LATIN RAP  |  STUDIO

L' auteur
Acheter Cet Album
 

 

2000 Skull And Bones
 

- Membre : Prophets Of Rage

CYPRESS HILL - Black Sunday (1993)
Par STREETCLEANER le 16 Juin 2011          Consultée 2630 fois

Second album, nouvelle grosse claque. Si le premier album s'était particulièrement bien vendu et les singles avaient été largement diffusés sur les ondes des radios urbaines et universitaires, Black Sunday sera l'album qui établira CYPRESS HILL sur le devant de la scène rap/hip-hop et le rendra visible aux yeux du monde entier. Black Sunday atteindra la première place du billboard US et deviendra l'un des albums de hip-hop les plus vendus dans le monde. Avec cette notoriété qui monte, le public traditionnel du genre a un peu tendance à « lâcher l'affaire » mais le public blanc est quant à lui particulièrement au rendez-vous. Les ponts sont ainsi définitivement jetés entre les publics hétéroclites.

Avec Black Sunday, CYPRESS HILL continue à répandre sa bonne parole pour la légalisation du cannabis (plus exactement la marijuana si on se réfère à son nom mexicain), en témoignent les nombreuses paroles qui font référence à cette drogue, et d'ailleurs le booklet contient un long texte qui met en avant quelques faits historiques et rappelle que si l'alcool et le cigarette tuent plusieurs centaines de milliers d'américains par an, le cannabis n'a jamais pu être considéré comme mortel en plus de 10 000 ans d'usage. Si ça ce n'est pas un plaidoyer pro cannabis...

Si les ambiances sont plus que jamais enfumées, certaines évolutions sont nettement perceptibles par rapport au premier opus. On remarquera notamment que l'artwork emprunte plus à l'imagerie de la musique metal qu'à celle du rap et il est vrai que Black Sunday s'avère être bien plus sombre que l'album précédent. Débarrassé de ses quelques guitares funky endiablées, restent les rythmes lourds de DJ Muggs, au groove généralement plus nonchalant et moins entraînant ou dansant, et ce même si l'album est toujours bien parcouru de samples funk et soul. Dans Black Sunday, les gestes gagnent en lenteur et lourdeur, c'est indéniable, et les atmosphères sont dans l'ensemble plus oppressantes.

Black Sunday, tout comme le premier album, contient lui aussi sont lot de petits bijoux. Côté fumette, « Hits From the Bong » est probablement le joyau de l'album (qui donnera d'ailleurs son nom à une compilation du groupe) : B-Real y laisse traîner sa voix comme si son cerveau s'était mis en mode veille, complètement piégé dans des vapeurs opiacées dont il n'arrive plus à s'extraire. Cette voix délicieuse, combinée à des inspirations et expirations de fumées et des bruits de bulles de pipes à eau (ou bong), forcera l'auditeur à sentir l'atmosphère de la pièce en train de se transformer en celle d'un fumoir (« I love you Mary Jane... » chante B-Real). C'en est génialement palpable ! Cette chanson devrait même être prescrite et remboursée par la sécurité sociale à tous les stressés impénitents qui nous entourent ! Dans le genre on appréciera également « I Wanna Get High » qui ouvre l'album, ou les échantillons sonores reggae « Lock Down » et « Legalize It » superbement enfumés.

Bien entendu, les flingues continuent à être exhibés (« I Ain't Goin' Out Like That » aux boucles de basses répétitives et hypnotiques et qui comporte deux samples du groupe de heavy metal Black Sabbath, « When the Shit Goes Down » aux boucles électroniques également sombres et qui sent les atmosphères jazzy des 70/début 80's, ou le classique « Cock the Hammer »)... question de rappeler aussi qu'il ne faut pas venir les chercher et que les CYPRESS HILL ne font pas que fumer, qu'il peut y avoir aussi un temps pour l'action « Cock the Hammer ». Ce titre est d'ailleurs peut-être celui qui traduit le plus l'atmosphère de la pochette avec ses samples de tonnerre et de pluie et son mélange d'idées de mort et de shit.

Black Sunday, bien plus sombre que son prédécesseur, amènera pourtant la lumière sur CYPRESS HILL. Plus enfumé, plus léthargique aussi, et la drogue s'insinue pernicieusement dans nos cerveaux ; le bad trip n'est jamais loin. Le groovy « Break' em off Some » clôt un album sans fausse note de bout en bout, sans temps mort. All killer, no filler, voilà le mot d'ordre de cet indispensable du hip-hop.

A lire aussi en RAP, HIP-HOP :


CASSEURS FLOWTERS
Comment C'est Loin (2015)
Hip-hop / latin rap




NAS & DAMIAN MARLEY
Distant Relatives (2010)
Spécial boîte à demandes !


Marquez et partagez





 
   STREETCLEANER

 
  N/A



- B-real (rap)
- Sean Dog (rap)
- Dj Muggs (production, tables, arrangements, mixage)


1. I Wanna Get High
2. I Ain't Goin' Out Like That
3. Insane In The Brain
4. When The Sh-- Goes Down
5. Lick A Shot
6. Cock The Hammer
7. Lock Down
8. 3 Lil' Putos
9. Legalize It
10. Hits From The Bong
11. What Go Around Come Around, Kid
12. A To The K
13. Hand On The Glock
14. Break 'em Off Some



             



1999 - 2017 © Nightfall.fr - Comment Soutenir Nightfall ? - Nous contacter - Webdesign : Inox Prod