Recherche avancée       Liste groupes



      
ROCK PSYCHEDELIQUE  |  DVD

L' auteur
Acheter Ce DVD
 


 

- Style : The Dandy Warhols , The Black Angels
- Membre : Black Rebel Motorcycle Club

The BRIAN JONESTOWN MASSACRE - Dig! (2005)
Par PINHEAD le 14 Mars 2011          Consultée 1829 fois

Dig! possède une place à part entière dans la carrière des DANDY WARHOLS (Portland) et du BRIAN JONESTOWN MASSACRE (San Fransisco), car c'est à la sortie de ce dernier en 2005 que les deux groupes sont révélés au grand public. Film documentaire retraçant sept ans de vie en tournée des deux formations citées, Dig! part d'un concept intéressant mais toutefois très risqué : miser sur les carrières à peine entamées de deux groupes totalement inconnus pendant sept ans. On peut d'ores et déjà saluer le coup de poker de la réalisatrice Ondi Timoner qui relève de l'exploit. La réalisatrice tient donc la caméra pendant 7 années de tournée, d'enregistrement, voyageant de studio en studio, de squat pourri en sale de concert glauque pour filmer l'ascension de deux groupes de la scène indépendante. Le documentaire est plus centré sur le BJM d'Anton Newcombe que sur les DW de Courtney Taylor pour plusieurs raisons : le BJM est plus rebelle, plus atypique, plus charismatique, et plus intéressant que le commun des mortels. Les DW eux, sont plus communs et mortels que le BJM, et ce sans aucun doute.

Il faut tout d'abord différencier les rôles des deux groupes dans le film : alors que les DW sont représentés comme un groupe d'enfants de cœur, vendant leur âme aux sirènes des grosses maisons de disques et succombant à la tentation de la pop commerciale à deux balles, le BJM incarne l'opposé de ce combo pop représenté comme banal : leader mégalomane, groupe de junkies, bagarres sur scène, line up instable... Plongé dans l'univers underground du groupe d'Anton Newcombe, le spectateur découvre les conditions d'enregistrement uniques du groupe en même temps que les chansons qui en sortent. Car Dig! Est avant tout un film musical qui nous permet de prendre connaissance de deux groupes, et par la même occasion de leur musique. Comme beaucoup, j'ai découvert ces deux formations par le film en question... Je vous précise d'ailleurs que la présentation des deux combos en images au début du film est respectivement ponctuée de "Servo" (BJM) et de "Boys Better" (DW). De quoi obtenir directement l'adhésion du spectateur en présence d'une des meilleures chansons des deux groupes.

Interviews, extraits de concerts, enregistrements de disques et soirées défonce sont filmées sans vergogne par la hardie Ondi Timoner. Les portraits de chaque musiciens des deux groupes se dressent avec un naturel hors du commun.
Côté BJM, le joueur de tambourin Joël Gion apparaît immédiatement comme le larron sympathique, décalé et extrêmement drôle. Le leader Anton Newcombe semble être le plus tyrannique des génies multi-instrumentaliste, obstiné et sans compromissions, même pour son guitariste, le timide Jeff Hollywood qu'il n'hésite pas à écraser sous son influence.

En revanche, du côté des DW, on a un chanteur/guitariste diva en la présence de Courtney Taylor, et trois autres membres sages et exemplaires en matière de bonne conduite. Alors que Courtney Taylor semble vouloir être prêt à quelques sacrifices (le clip immonde de "Not If You Were The Last Junkie On Earth" imposé par la maison de disque par exemple), quitte à renoncer à quelques-unes de ses convictions musicales (le virage pop de Thirteen Tales From The Urban Bohemia), Anton Newcombe, lui, refuse toute chose qui pourrait nuire à sa liberté artistique quitte à saboter ses concerts quand des représentants de majors y assistent.

De ce côté là, c'est impeccable, le scénario est parfait : entraînant, intriguant... On se passionne pendant tout le film pour la scène rock alternative qui est en train de monter, incarnée par deux bandes de musiciens plus ou moins dégénérés (le film couvre la fin des années 90)... Les deux groupes sont très bien cernés.

Sauf que là où il y a scénario, il y a défaut d'authenticité (clamé par les deux groupes à la sortie du documentaire). La vision un peu étroite que nous offre le film de deux groupes aux antipodes et très caricaturée et n'est pas forcément juste. C'est le principal défaut de Dig!, qu'on devine très réarrangé au montage. Compiler plus de 2000 heures d'images en moins de deux heures ne peut être reflet objectif et de vérité... Tout comme les multiples personnes interviewées qui clament les génie d'Anton Newcombe sans réels arguments. Le même passe d'ailleurs pour un taré enclin à la violence, l'alcoolisme et aux crises de paranoïa... Une vision un peu simpliste de la complexité du personnage. De la même manière pour les DW qui endossent le mauvais rôle à cause d'une réalité parfois dissimulée...
Ultime reproche: le côté artistique de la musique des deux groupes n'est pas abordé (une seule mention du VELVET UNDERGROUND hors sujet pour parler des DW, c'est juste...). On aurait volontiers aimé que les deux leaders nous parlent un peu de leurs inspirations musicales, de ce qui les ont poussé à faire de la musique, etc...

En bref, Dig! Reste tout de même un bon film, surtout pour découvrir l'univers des deux formations.
Même si la vérité n'est pas le mot d'ordre, le film envoie une bonne dose d'underground et de rock n' roll. Basé sur une rivalité (elle aussi sûrement très scénarisée) peu crédible (quand on creuse un peu les styles des deux groupes -très différents), mais tellement entraînante, le film reste un passage obligatoire pour se familiariser avec l'ambiance des deux groupes. A regarder tout de même avec un certain souci objectivité.
Le Dvd inclut en bonus deux clips des DW ("Boys Better" et "Smoke It")... Pas franchement utiles, mais c'est mieux que rien.

3/5

A lire aussi en ROCK PSYCHEDELIQUE par PINHEAD :


The Jimi HENDRIX EXPERIENCE
Axis: Bold As Love (1967)
Poésie, Technique, et L.S.D




The BRIAN JONESTOWN MASSACRE
Give It Back! (1997)
Un groupe de psychedelic revival à son apogée


Marquez et partagez





 
   PINHEAD

 
  N/A



Non disponible


Non disponible



             



1999 - 2017 © Nightfall.fr - Comment Soutenir Nightfall ? - Nous contacter - Webdesign : Inox Prod