Recherche avancée       Liste groupes



      
SOUL  |  STUDIO

L' auteur
Acheter Cet Album
 

 

 Site Officiel (306)

Bill WITHERS - Just As I Am (1971)
Par ERWIN le 3 Octobre 2011          Consultée 890 fois

Quand vous êtes le Benjamin d’une fratrie de 13 enfants, que votre papa est mineur dans une ville de Virginie à l’atmosphère charbonneuse, l’horizon chargé de volutes industriels, ou tous les autres enfants de votre classe sont blancs, et que votre père décède lorsque vous avez 13 ans, bah on ne peut pas dire que vous naissez avec une cuillère de platine dans la bouche, ce serait même plutôt le contraire. Mais ce serait mal connaitre Bill Withers que de penser qu’un destin inéluctable, tourmenté et tragique l’attend. Le jeune homme est d’une trempe rare. Il s’engage dans la Navy et navigue neuf ans. Neuf années pendant lesquelles sa passion pour la musique va s’affirmer avec force. Il quitte la marine pour tenter sa chance à Los Angeles ou il enregistre des démos, joue dans les bars et les night clubs. Raisonnable jusqu’au boutiste, notre artiste continue toutefois de travailler comme technicien dans diverses compagnies aériennes. Bien éduqué par des parents conscients des difficultés de la vie, il se méfie immédiatement du music business, et maintient une distance certaine avec la superficialité de son milieu.

Tant de volonté et d’énergie forcent le respect. Et c’est dans cette ambiance studieuse et volontariste que sort le premier opus de Bill Withers, sobrement intitulé « Just as I am », pour les non anglophones « Tel que je suis ». Sourire équilibré, visage et corps sains, l’homme se pose comme l’antithèse des rocks stars des sixties, bien loin de son camarade Marvin gaye et des excès des souls man en tout genre... Un mec normal, de temps en temps dans ce damné milieu, quel plaisir!

Le premier opus de Bill contient un classique intemporel, il s’agit de l’exceptionnel « Ain’t no sunshine » hymne multi-générationnel à la douceur communicative et à l’ambiance éthérée. repris par une tripotée de musiciens, dans des BO, des pubs ou ailleurs. Une chanson immortelle à la postérité tenace puisqu’elle n’a pas pris une ride. Et quel bonheur à écouter, un véritable instant de grace romantique, disposant qui plus est d’une orchestration vraiment à la hauteur: les cordes y sont à pleurer. Et Bill, omniprésent, qui fait son job avec une passion dévorante. La chanson va d'ailleurs obtenir toutes les récompenses existantes.
« Sweet wanomi » est touchante à souhait, je lui trouve une nonchalance très adictive, qualité que l’on retrouvera souvent sous la plume de Bill Withers, notamment un peu plus loin sur « I’m her daddy ».
L’introductive « Harlem » toute pétrie de bonne humeur, chante une communauté plus à l’aube de la reconnaissance qu’à celle de lé révolte, même si les difficultés sont présentes, le message est positif.
La plus belle chanson de l’album n’est cependant pas la plus connue, c’est l’instant ou je vous conseille l’écoute de « Hope she’ll be happier », son ambiance sourde et lancinante. Une vrai chanson d’amour comme il en existe peu. Elle est simplement parfaite divine…Et si simple… Donnerait des frissons à n’importe quel black metalleux.

Des reprises nous avons, confirmant un gout que l’on découvre exquis. « Everybody’s talking » immense succès de la BO de « Midnight cow boy » puis sur celle de « Forrest Gump » par Harry Nilsson. La version de Bill est plus enjouée que l’originale. Et cette surprise qu’est « Let it be » assortie de percussions caribéennes et d’un Hammond lointain, Bill lance une version rapide quasiment méconnaissable et franchement surprenante.
Enfin, l’aspect plus soul jazzy de « Do it good » prouve les préoccupations de l’artiste à ne pas apparaitre uniquement comme un auteur de bluette sentimentale.

Précisone que le grand Boooker Jones est aux manettes, et que Stephen Stills est à la six cordes, conférant à l’ensemble une gueule indéniable.
Beaucoup de délicatesse et de classe dans cette première œuvre. Une sensibilité omniprésente et un message positif, comme l’est cet artiste très attachant.

A lire aussi en SOUL par ERWIN :


Andra DAY
Cheers To The Fall (2015)
Future diva




Barry WHITE
Can't Get Enough (1974)
Le smooth ultime


Marquez et partagez





 
   ERWIN

 
  N/A



Non disponible


1. 1harlem
2. Ain’t No Sunshine
3. Grandma’s Hand
4. Sweet Wanomi
5. Everybody’s Talkin
6. Do It Good
7. Hope She’ll Be Happier
8. Let It Be
9. I’m Her Daddy
10. In My Heart
11. Moanin And Groanin
12. Better Off Dead



             



1999 - 2017 © Nightfall.fr - Comment Soutenir Nightfall ? - Nous contacter - Webdesign : Inox Prod