Recherche avancée       Liste groupes



      
MUSIQUE ELECTRONIQUE  |  STUDIO

L' auteur
Acheter Cet Album
 



MOBY - Destroyed (2011)
Par SUNTORY TIME le 20 Juillet 2011          Consultée 1588 fois

MOBY est fatigué … MOBY est insomniaque. Les décalages horaires, ça vous détruit un homme. C’est l’un des fruits du succès, et celui de MOBY est grand. Qui dit succès dit tournée triomphale à travers le monde, autant dire que notre homme a fréquenté plusieurs aéroports ces dernières années. Et combien d’heures à y attendre ? Combien de destinations si lointaines les unes des autres ? Combien d’hôtels (Hotel, tiens tiens…) ?

Donc MOBY est victime d’insomnie. N’importe qui serait incapable de faire quoi que ce soit de constructif dans ces moments-là, à part tenter de s’épuiser pour enfin trouver le sommeil. MOBY, lui, ère dans les couloirs des aéroports et prend des photos, ou bien il compose. C’est du moins ce qu’il dit lui-même dans le livret de son dernier album, fruit de ces heures d’insomnie.

Destroyed … le nom est dû au hasard des photos prises par le musicien. En effet la pochette n’est aucunement un montage, le mot « Destroyed » apparaît tel quel sur ce panneau d’affichage (c’est précisé dans le livret). Destroyed est à la fois un disque et un livre de photos. Et il faut reconnaître que MOBY a un bon œil pour la photographie. Entre des images de la foule durant ses concert, il shoote de grande perspective, des tunnels ou des couloirs froids et sans âme, dont on espère trouver la sortie. C’est peut être pour ça que la musique de cet opus est généralement triste, mais aussi chaleureuse…

S’il fallait rapprocher Destroyed d’un de ses illustres prédécesseurs, ce serait sans nul doute 18. Comme 18, Destroyed est composé de morceaux électroniques atmosphériques, mais très rythmés. Ils sont de longueurs équivalentes (71 minutes environ) même si Destroyed possède 3 morceaux de moins (ils sont de facto plus longs). Et l’ambiance générale des deux albums est mélancolique, et moins accrocheuse que celle d’un Play, parce que moins énervée.
Destroyed est plus électro que pop, avec quelques bribes de techno par-ci par-là, voix trafiquée au vocodeur, et sonorités répétitives, marque de fabrique du génie de la pop électronique. C’est un album très homogène, chaque chanson est à sa place, et aucune ne jure par rapport aux autres. Cependant cela peut rendre son écoute lassante, car à part peut-être « Be the One » ou « The Day », peu de morceaux ressortent de l’ensemble.

Il n’empêche que des compositions comme « The Broken Day », « The Low Hum » et « Victoria Lucas » sont de toute beauté, avec le chant délicat d’Emily Zuzik et Inyang Bassey pour les deux dernières. « After » rappelle l’intensité des titres accrocheurs mais dramatiques de 18 comme « Extreme Ways ». Néanmoins les longs instrumentaux dominent le disque, comme « The Violent Bear it Away » et son piano entêtant, ou le très beau « Lacrimae » de plus de 8 minutes, ainsi que « Stella Maris » au chant quasi religieux, et le court « When You Are Old » qui n’aurait pas fait tache sur Wait For Me.

Destroyed n’est pas un album d’une grande originalité. C’est du MOBY pur jus, mais il se laisse écouter avec un réel plaisir. Croisement des mélodies pop de 18 et de la profonde mélancolie de Wait For Me, ce disque n’est en rien destructeur, mais réellement poignant. Une bande son idéale pour tuer l’ennui, lorsqu’on attend des heures durant dans un vaste aéroport, de nuit même.

Note réelle : entre 3,5 et 4.

A lire aussi en MUSIQUE ELECTRONIQUE par SUNTORY TIME :


MOBY
Innocents (2013)
Moby déclaré coupable d'avoir fait un bon album !




Johann JOHANNSSON
And In The Endless Pause There Came The Sound Of Bees (2010)
Symphonie écologiste, émotion garantie


Marquez et partagez





 
   SUNTORY TIME

 
  N/A



- Moby (tout, même les photos)
- Emily Zuzik (chant sur « the low hum »)
- Inyang Bassey (chant, choeurs sur “rockets”, “the right thing”, “)
- Joy Malcolm (chant sur “lie down in darkness”)
- Anna Maria Friman (chant sur “stella maris”)


1. The Broken Places
2. Be The One
3. Sevastopol
4. The Low Hum
5. Rockets
6. The Day
7. Lie Down In Darkness
8. Victoria Lucas
9. After
10. Blue Moon
11. The Right Thing
12. Stella Maris
13. The Violent Bear It Away
14. Lacrimae
15. When You Are Old



             



1999 - 2017 © Nightfall.fr - Comment Soutenir Nightfall ? - Nous contacter - Webdesign : Inox Prod