Recherche avancée       Liste groupes



      
ACID HOUSE/8-BIT  |  E.P

Commentaires (1)
L' auteur
Acheter Cet E.P
 


 

- Style : Acid Quiff
- Style + Membre : Ceephax, Ceephax & Acid Quiff
 

 Site Officiel (497)
 Label Breakin' Records (410)

CEEPHAX ACID CREW - The Unstoppable Phax Machine (2011)
Par SASKATCHEWAN le 3 Août 2011          Consultée 1333 fois

Celui que l’on n'appelle plus que le Grand CEEPHAX, drapé dans son survêtement des années 80, a de nouveau commis un odieux forfait. Du sang et des larmes promettait Churchill, du kitch et Pac-Man, répondit CEEPHAX. Promesse tenue (votez CEEPHAX ! il marquera l’histoire ! c’est votre ami !) : The Unstoppable Phax Machine, son dernier EP en date, repousse les limites de la décence et du bon goût, au point que certains producteurs porno hongrois ont songé à déposer plainte pour concurrence déloyale. Mais on ne dépose pas plainte contre CEEPHAX, car CEEPHAX est la loi.

Dire que CEEPHAX ACID CREW est une caricature tombe sous le sens, tant sa vision déviante de l’acid house dépasse de loin la simple nostalgie. Mais sur The Unstoppable Phax Machine, CEEPHAX caricature sa propre caricature, qui était déjà tracée à partir d’un visage pas très net, type gros nez, sourcils broussailleux et front bombé comme un crâne de Pachycéphalosaure. Descendant direct par mitose de l’United Acid Emirates de 2010, ce nouvel EP semble profiter de sa sortie discrète sur le label 030303 pour faire encore plus kitch qu’avant (et avant, c’était déjà bien kitch).

Le résultat est à l’image de la pochette : sympathique, ridicule, mais aussi un peu dérangeant. La première face est une vraie déception par rapport à l’album de 2010. La fraîcheur a fait ses valises avec le concept oriental, remplacée par une pâte mélodique visqueuse et sucrée qui devient particulièrement écœurante sur le morceau central « Testing Ground ». Même KRAFTWERK n’avait pas osé sur son éprouvant Tour de France. Les rythmiques de CEEPHAX ACID CREW sont de plus en plus pauvres et ne sortent plus désormais du cadre un peu limité de l’acid house… comme si Andy JENKINSON réservait toutes ses trouvailles bondissantes pour CEEPHAX tout court, et ne laissait que des miettes pour CEEPHAX ACID CREW. A terme, je crains un conflit d’égos entre ses deux personnalités.

Heureusement, la seconde face vient un peu remonter le niveau. « Refresher », même s’il joue vraiment trop sur les sonorités 8-bit, propose un bon petit rythme. « Woof Acid » au contraire, dilue un peu son cocktail Super Nintendo, avec le chien de CEEPHAX en invité, qui aboie fort à propos. Reste « Russia », qui même pour du CEEPHAX, est une faute de goût hallucinante. Cette mélodie jouée par des synthés mielleux a quelque chose de vraiment malsain.

The Unstoppable Phax Machine n’est pas le meilleur EP de CEEPHAX, loin de là. La recette d’United Acid Emirates est ici resservie jusqu’à l’indigestion. « Refresher » et « Woof Acid » sauvent la baraque, mais c’est tout juste. Réécoutez plutôt « Vulcan Venture » du Volume 2.

A lire aussi en MUSIQUE ELECTRONIQUE par SASKATCHEWAN :


NEBULO
Cardiac (2012)
IDM sans faux-pas




PORTISHEAD
Third (2008)
Retour fracassant

(+ 1 kro-express)

Marquez et partagez





 
   SASKATCHEWAN

 
  N/A



- Andy 'ceephax Acid Crew' Jenkinson (tout)


1. South Bank
2. Testing Ground
3. Nigel Ringtone
4. Refresher
5. Russia
6. Woof Acid



             



1999 - 2017 © Nightfall.fr - Comment Soutenir Nightfall ? - Nous contacter - Webdesign : Inox Prod