Recherche avancée       Liste groupes



      
PUNK INSTRUMENTAL  |  STUDIO

L' auteur
Acheter Cet Album
 


DAF - Produkt Der Deutsch-amerikanischen Freundschaft (1979)
Par SASKATCHEWAN le 3 Janvier 2012          Consultée 1022 fois

DEUTSCH-AMERIKANISCHE FREUNDSCHAFT est le type même de l’accouchement difficile, un groupe né par césarienne approximative, le genre d’aberration musicale qui ne pouvait que prospérer à la fin des années soixante-dix. Avant d’être le D.A.F. inventeur de l’EBM que tout le monde devrait connaître, le duo de Düsseldorf était un quatuor, à l’image de leurs voisins et aînés de KRAFTWERK. La comparaison avec les hommes-machines ne s’arrêtent pas là. Comme KRAFTWERK, D.A.F. tire sa dynamique d’un duo créatif : Robert GÖRL à la batterie et Gabi DELGADO-LOPEZ au chant. Et comme KRAFTWERK, le groupe va devoir affronter le départ temporaire d’un de ses leaders. En 1979, Gabi DELGADO-LOPEZ s’éclipse le groupe à peine formé, laissant à Robert GÖRL toute latitude pour mener l’enregistrement de ce chaotique premier album.

C’est avec une formation très classique que D.A.F. va pousser ses premiers braillements. L’inévitable Robert GÖRL tient les baguettes, le fidèle Wolfgang SPELMANS est à la guitare, tandis que les éphémères Kurt DAHLKE et Michael KEMMER s’occupent des synthés et de la basse, respectivement. Les quatre musiciens jamment avec ferveur dans le pub de KEMMER transformé en studio pour l’occasion, ce qui explique sans doute la production dégueulasse.

« Dégueulasse », voilà un mot qui résume bien le D.A.F première mouture. Les guitares crachotent leurs riffs stridents, la batterie se lance dans une belle imitation de marteau d’usine et les effets électroniques feraient rougir Thomas Edison lui-même. On parle de punk à défaut d’autre chose, puisque ça fait du bruit et que c’est méchant… mais sans paroles et sans slogan.

Les morceaux s’enchaînent très vite, parfois seulement séparés par une baisse du volume. Les riffs se chassent les uns les autres, dans un brouhaha malsain digne d’une cuisine de fast-food aux heures de pointe. D.A.F. se soucie des structures du rock et de la pop comme d’une guigne et signe vingt-deux titres bordéliques qui s’étalent sur une demi-heure à peine.

Mais contrairement à beaucoup de premiers albums cultes, ce Produkt der deutsch-amerikanischen Freundschaft n’est pas complètement dénué d’intérêt. Dans cet assemblage de rythmes martiaux, on retrouve quelques tics du D.A.F. à venir, celui de l’électronique malsaine et de la déca-danse. Un peu comme KRAFTWERK tiens, un premier album qui se donne à fond dans les outrances du temps, mais qui comporte les germes de l’originalité future.

Pordukt est un premier jet incohérent, mais d’une incohérence qui annonce la grande plume. Le chant possédé de DELGADO-LOPEZ fait cruellement défaut, et le nombre de musiciens nuit sans doute à un groupe qui trouvera sa voie dans le minimalisme. Il manque surtout un certain Conny PLANK à la production, principal artisan du « son D.A.F. » à partir du deuxième album.

A lire aussi en PUNK-ROCK par SASKATCHEWAN :


KOROL I CHOUT
Boud Kak Doma, Poutnik... (1997)
R.L. Stine chanté par des punks russes




KOROL I CHOUT
Kamnem Po Golove (1996)
Les Russes aussi ont leur Offspring, en mieux...


Marquez et partagez





 
   SASKATCHEWAN

 
  N/A



Non disponible


1. Robert Görl (batterie)
2. Wolfgang Spelmans (guitare)
3. Kurt Dahlke (synthés)
4. Michael Kemmer (basse)



             



1999 - 2017 © Nightfall.fr - Comment Soutenir Nightfall ? - Nous contacter - Webdesign : Inox Prod