Recherche avancée       Liste groupes



      
FOLK  |  STUDIO

L' auteur
Acheter Cet Album
 


 

- Membre : Malicorne, Alan Stivell , Pierre De Grenoble

Gabriel YACOUB - De La Nature Des Choses (2006)
Par MARCO STIVELL le 19 Janvier 2012          Consultée 1536 fois

Pour une fois, au lieu de dire "je" en parlant de moi, je vais dire "nous". Car après autant d'années et de trésors, en groupe ou en solo, j'en viens à me dire que ce que je ressens pour Gabriel YACOUB, c'est un peu ce que l'on ressent tous, ce pourquoi on l'aime. Il y a cette manière de faire vivre les textes, d'abord quand ils n'étaient pas de lui mais d'un répertoire inconnu pour les jeunes générations de l'époque, et ensuite bien sûr ensuite les siens. Cette poésie, on se dit avec l'habitude qu'elle lui correspond parfaitement, et au moins sur cette écriture-là, je constate qu'on n'a jamais trouvé à redire. On a toujours admiré les textes repris par Gabriel aussi bien que ceux écrits par Gabriel, et on sait que ce sera à jamais comme cela. Il y a cette voix ensuite. Le temps fait vieillir Gabriel comme tous les hommes de manière physique, mais il semble ignorer sa voix. C'est le deuxième élément pour lequel notre appréciation ne changera pas, on retrouvera toujours cette voix juvénile, expressive sans jamais aller dans le superflu. Enfin cette musique. Gabriel a toujours su, avec Malicorne ou non, combiner tradition et modernité dans la chaleur et l'intimité. Certes, ses arrangements ne sont pas toujours intimes, mais elle est comme les textes, comme la voix, d'une justesse qui fait que l'on s'y retrouve tous, ce qui fait qu'on apprécie aussi bien Trad. Arr. que Quatre, que :Yacoub:. Cette intimité, c'est l'impression de retrouver indéfiniment, à chaque fois que l'on écoute Gabriel en disque ou en concert, la proximité d'un compagnon (c'est plus poétique que copain) de route, quelqu'un qui nous accompagne et qui même si lui ne nous connait pas forcément, sait nous réconforter par tous les moyens qu'il emploie pour s'exprimer.

Alors bon, je dis "toujours", "toujours"... Je dois avouer qu'à certains moments, je n'ai pas su trouver mon compte autant que pour d'autres, comme en 1981 avec Balançoire en Feu, 1987 (pourtant l'année de ma naissance) avec Elementary Level of Faith qui m'a laissé aussi froid que sa pochette, ou même 2006 avec ce De la Nature des Choses. Pourtant ça ne fait rien, il est évidemment difficile de contenter tout le monde tout le temps. La plus belle reconnaissance que l'on peut avoir envers l'artiste pour ce qu'il nous donne, c'est aussi de ne pas lâcher prise. On réessaie donc... Et cet album qui m'avait semblé peu attrayant de prime abord est assez joli. Il va encore plus loin que :Yacoub: dans le choix d'une production feutrée et d'un certain dépouillement instrumental, on est vraiment loin de Quatre et Babel. C'est aussi avec le précédent celui qui illustre le mieux ce style "à la YACOUB". Vous savez, ces chansons qu'on a l'impression de n'avoir jamais entendues ailleurs, tant elles collent à la personnalité de leur auteur, au fait qu'il n'y ait que lui qui sache en écrire comme ça.

Des textes, on retiendra une foule d'idées comme d'habitude. Ce "Il Aurait Dû" indirectement adressé à George W. Bush, commanditeur de la guerre en Irak, des petits plaisirs personnels comme un bon verre dans des cafés où tout nous ramène ("La Belle Anversoise", "Le Café de la Fin du Monde"), ou un semblant d'autobiographie fort attachant ("Un Des Deux en L'Air", "Souvenirs Oubliés", "Un Jour Je Me Suis Fait Poète")... En fait cet album paraît encore plus "naturel" pour Gabriel que les précédents, d'où ce titre très bien choisi. Musicalement aussi, il a préféré y délaisser tout artifice novateur, pour laisser s'exprimer tout la force des instruments à cordes ou à vents. C'est que les cuivres occupent, plus que sur :Yacoub:, une bonne partie du spectre sonore, faisant ressortir le côté dramatique de certains morceaux (le magnifique "Avant Que De Partir") ou l'égayant au contraire ("La Belle Anversoise", qui devient le "Mon Bistrot Préféré" de Gabriel, sans noms propres autres que le nom du café).

Ce côté dépouillé en fait l'un des albums les plus difficiles d'accès de Gabriel. Sachant qu'il y a quatorze chansons. Certaines restent des perles ("Tout Est Là", "Un Des Deux en L'Air", "La Bougie", "Elle Disait", "Le Bois Mort", "Avant Que De Partir"), et l'on est plutôt heureux de voir Gabriel, pour l'instrument, revenir à certains de ses premiers amours (banjo, dulcimer...) Par ailleurs, il est toujours aussi bien entouré : Sylvie Berger, Yannick Hardouin, Gilles Chabenat (qui apporte un petit instrumental très contemporain : "Héron"), et même Gildas Arzel qui avec son fils Kilian vient laisser un peu de son empreinte sur "Le Bois Mort". Il convient aussi de rendre hommage à Jean-Pierre Arnoux qui est décédé à l'orée des années 2000, Gabriel n'utilise d'ailleurs pas de batterie ici. Mais voilà, même si le disque est beau, j'ai toujours du mal à le citer comme une référence dans la carrière de son auteur. Je me demande maintenant à quoi peut ressembler le prochain.

Note réelle : 3,5/5

A lire aussi en FOLK par MARCO STIVELL :


PENTANGLE
The Pentangle (1968)
Spéciale semaine Boîte à Demandes !




Dan AR BRAZ
Acoustic (1981)
Dan goes acoustic


Marquez et partagez





 
   MARCO STIVELL

 
  N/A



- Gabriel Yacoub (chant, guitares, banjo, dulcimer, mandoline, autoh)
- Yannick Hardouin (piano, basse, percussions, choeurs, harmonium, glo)
- Gilles Chabenat (vielle à roue)
- Gildas Arzel (pedal-steel guitare, choeurs, guitare, dobro, mand)
- Yannick Cluseau (percussions)
- Julien Biget (choeurs, harmonium, guitare slide, mandoline, gloc)
- Sylvie Berger (choeurs)
- Bastien Lucas (choeurs)
- Johan Delvarre (choeurs)
- Kilian Arzel (chant, choeurs)
- Frédéric Paris (clarinette)
- Nicolas-yvan Mingot (guitare électrique)
- Christophe Pereira (trompette, bugle)
- Pierre Flandin (trompette, bugle)
- Philippe Chadel (trombone)
- Vincent Bellier (trombone basse, tuba, saxhorn)


1. Tout Est Là
2. Le Café De La Fin Du Monde
3. Il Aurait Dû
4. Un Des Deux En L'air
5. Souvenirs Oubliés
6. Le Feu
7. Un Jour Je Me Suis Fait Poète
8. La Bougie
9. Elle Disait
10. Héron
11. Le Nom Des Oiseaux
12. Le Bois Mort
13. La Belle Anversoise
14. Avant Que De Partir



             



1999 - 2017 © Nightfall.fr - Comment Soutenir Nightfall ? - Nous contacter - Webdesign : Inox Prod