Recherche avancée       Liste groupes



      
FOLK FRANçAIS  |  STUDIO

Commentaires (1)
L' auteur
Acheter Cet Album
 


 

- Membre : Malicorne, Alan Stivell , Pierre De Grenoble

Gabriel YACOUB - Bel (1990)
Par MARCO STIVELL le 19 Décembre 2010          Consultée 1705 fois

Avec la sortie de Bel en 1990, on se dit que dorénavant, il va falloir s'habituer non seulement au fait que Malicorne appartient au passé (du moins pour le moment) mais aussi au nouveau rythme de sortie des albums solo de Gabriel YACOUB, à savoir un tous les trois/quatre ans, ce qui est bien plus enthousiasmant que l'espace de dix ans qui s'était écoulé entre Trad Arr. et Elementary Level of Faith. Si ce dernier était surtout remarquable de part sa volonté d'aller plus loin dans un espace sonore nettement plus futuriste que toutes les tentatives (réussies) de modernisation de la musique de Malicorne, Bel affirme un retour vers quelque chose de plus "traditionnel". On peut même d'emblée dire qu'avec un tel titre, on sait à quoi s'en tenir. Accrocheur, élégant, courtois comme un amour médiéval... Si certains noms d'albums sont choisis complètement au hasard ou uniquement parce qu'il en faut un, ce n'est jamais le cas chez Gabriel YACOUB, et celui-ci ne fait que confirmer la règle, peut-être même encore plus que les autres.

L'impression de "passéisme" est juste. Après l'expérience Elementary Level of Faith, Gabriel a donc choisi de revenir à son influence première : la folk. N'oublions pas qu'avant les expériences Alan Stivell et Malicorne, le jeune musicien d'alors évoluait presque uniquement dans un registre folk, se formant dans les rassemblements de musiciens partagant cette passion, au même titre que son vieux compagnon René Werneer qui, comment par hasard, fait aussi partie de l'aventure Bel. Exit les batteries et guitares électriques, place aux caisses de résonnance en bois et chantons ensemble notre amour de la nature, le plus purement possible. Ne vous inquiétez donc pas, messieurs les puristes, si vous voyez inscrit "keyboards" aux côtés des noms de Nikki Matheson et de Erick Benzi (tiens lui, c'est à peu près au même moment qu'il commence à sévir dans l'ombre de Jean-Jacques Goldman), car là où ce mot inclut de nos jours les synthétiseurs, point de ces derniers ici, où du moins de sons trafiquotés. A la place, un peu de piano et quelques nappes d'harmonium, mais c'est vraiment tout, ou presque (on sait jamais).

Ici il ne sera pas non plus question de comparaison de qualité, mais prenez l'exemple de "Bon An, Mal An", une chanson qui faisait partie du précédent disque, en écoutant cette version-là, vous comprenez tout de suite de quoi il s'agit. Bel est, à l'image de son titre, un album on ne peut plus élégant. Ainsi que le montrent la plupart des chansons, point n'est besoin de trop d'ornements musicaux pour que la musique soit riche en émotions. Trad Arr. l'avait déjà prouvé, mais Bel fait la même chose en mieux et en moins épuré. Les arpèges délicats de guitare acoustique mêlés à quelques notes d'autoharpe "ruisselante" (ce n'est pas de ma faute si la chanson s'appelle "L'Eau" !), aux cornemuses du Centre ("D'Abord Je Ne Me Souviens Plus" entre autres) ou bien aux cordes baroquisantes du quatuor La Réjouissance Française dirigé par ce cher René Werneer (sur "Bon An, Mal An", "Je Serai ta Lune"...), sans oublier cette voix, ces voix même ("Ma Délire", "Words"...), c'est d'une saveur à la fois fine et exquise. Une petite perle de douceur comme l'était Trad Arr., mais en moins "extrême" en ce qui concerne la recherche d'une paix intimiste. Pas de "Petite Porcelette" ou de "Honoré Mon Enfant" ici donc, ni d'autre histoire dramatico-sanglante qui s'étale sur plus de cinq minutes. Il s'agit même plutôt à l'inverse d'une évocation de la nature dans ce qu'elle peut offrir de plus pur ("L'Eau", joliment servie par une musique de Nikki), un parfum d'optimisme plus ou moins marqué ("Les Choses les Plus Simples", le "J'Ai Grandi Trop Vite" du guitariste Gildas Arzel qui est invité dans les vocaux du disque), sans oublier bien évidemment le romantisme yacoubien qui atteint ici des sommets de beauté et de tendresse ("Je Pense à Toi", "Je Serai ta Lune", "Bon An, Mal An"). Les chansons sont plutôt courtes, à l'exception de "Words" qui dure un peu plus, et l'on trouve même un magnifique instrumental, "Le Jeu des Grillons", qui est un hommage à la nouvelle du même nom de Gustav Meyrinck. Pour en revenir au voix, il faut noter deux titres particuliers, à savoir "Ma Délire" et "Words". Le premier est un duo avec Nikki, a-cappella. Dans le second, les voix multiples, avant de revenir fréquemment sur des refrains en anglais, chantent dans un dialecte qui m'est parfaitement inconnu. Mais Gabriel dit à ce propos : "La magie des mots est toujours la plus puissante et le mystère fait partie de cette magie", cela laisse rêveur... A propos de ces deux titres, les fans reconnaîtront bien évidemment l'une des grandes qualités que possédait Malicorne en matière de pièces centrées sur la voix.

Avec tout cela, et même si la durée totale du disque n'est pas vraiment conséquente, on obtient une merveille de musique folk avec du traditionnel ("Nous Irons en Flandres", "Ma Délire") aussi bien que des compositions, mais surtout une sincérité à la fois touchante et qui fait d'autant plus regretter que ce disque passera une fois encore inaperçu dans le paysage culturel de l'hexagone, alors qu'il sera acclamé ailleurs. En attendant une réédition, bon courage à qui le trouvera peu cher et en excellent état... Pour les autres, chaque nouvelle écoute est à savourer, comme un bon petit lait. Qui peut ne pas être charmé par un tel disque ? Quel Bel album... Merci Gabriel !

A lire aussi en MUSIQUES FOLKLORIQUES par MARCO STIVELL :


CLANNAD
Magical Ring (1983)
Theme from Harry's Game et autres classiques




Cécile CORBEL
Songbook Vol. 3 - Renaissance (2011)
Entre le premier et le deuxième


Marquez et partagez





 
   MARCO STIVELL

 
  N/A



- Gabriel Yacoub (chant, guitares acoustiques, mandoloncelle, mandol)
- Nikki Matheson (choeurs, claviers, penny whistle)
- Bryan Matheson (choeurs)
- Gildas Arzel (choeurs)
- Yannick Hardouin (basses)
- Erick Benzi (claviers)
- Jean Blanchard (chant, musettes du centre)
- René Werneer (violon, arrangements des cordes)
- François Cosic (violon)
- Philippe Hoclet (alto)
- Dominique Puchard (violoncelle)


1. L'eau
2. J'ai Grandi Trop Vite
3. Ma Délire
4. Les Choses Les Plus Simples
5. Nous Irons En Flandres
6. Bon An, Mal An
7. Je Pense à Toi
8. Le Jeu Des Grillons
9. D'abord Je Ne Me Souviens Plus
10. Words
11. Je Serai Ta Lune



             



1999 - 2017 © Nightfall.fr - Comment Soutenir Nightfall ? - Nous contacter - Webdesign : Inox Prod