Recherche avancée       Liste groupes



      
GRUNGE  |  LIVE

L' auteur
Acheter Cet Album
 


 

1989 Bleach
1991 Nevermind
1992 Incesticide
1993 In Utero
1994 Unplugged In New-york
1996 From The Muddy Banks Of ...
2009 Live At Reading
 

- Membre : Foo Fighters, Them Crooked Vultures, Tony Iommi , Queens Of The Stone Age, Teenage Time Killers

NIRVANA - Live At Reading (2009)
Par PINHEAD le 15 Mai 2012          Consultée 3066 fois

J'ai l'impression que les gens ont un vrai problème avec NIRVANA. Il suffit d'une chronique peu élogieuse, et c'est la levée de bouclier d'une armée de fans aux arguments aussi faibles et identiques les uns que les autres. En revanche, une phrase un peu trop enthousiaste sur le groupe et c'est tout un groupuscule qui se révolte en crachant sur votre manque d'objectivité et sur « le groupe le plus surestimé de 90's ».

Écartons toute controverse liée au groupe pour s'intéresser uniquement à ce live, enregistré au festival de Reading en 1992, juste avant la sortie de In Utero. Vu l'ouragan qu'a été Nevermind, il n'est pas étonnant de retrouver tous les morceaux de l'album joués ce soir-là à l'exception du morceau acoustique "Something in The Way", inapproprié à une telle sauvagerie.

En effet, le concert donnée le soir du 30 août 1992 est un déferlante punk d'une rare agressivité qui ne laisse aucun répit à l'auditeur. Kurt Cobain se paye le luxe d'une petite blague devant 80 000 personnes en arrivant sur un fauteuil roulant en blouse blanche au début du concert. Quelques mots d'une voix faible et le chanteur s'écroule sur scène. Puis fin de la plaisanterie: le blondinet se relève, chope sa guitare, et les choses sérieuses commencent avec un "Breed" envoyé à cent à l'heure. Les défauts de NIRVANA surgissent en pleine gueule avec ce premier titre: aucune application dans le chant écorché de Kurt Cobain, un son salasse comme jamais... Sauf que NIRVANA remplit carrément son rôle ! L'attitude négligée et la musique agressive crachée des amplis sonnent authentique et complètement adolescentes. C'est une chose que beaucoup ont tendance à oublier: NIRVANA est un groupe adolescent, et il faut bien l'accepter pour pouvoir en apprécier la musique. Le je-m'en-foutisme du groupe est une représentation parfaite du mal-être des jeunes dans les années 90, qui se rallient par milliers à la cause du mystérieux, mais charismatique leader. Mauvais musicien, mauvais chanteur, mais grand artiste, Kurt Cobain avait en lui la fragilité nécessaire d'un grand songwritter.

Revenons à nos moutons et à la performance du groupe. La galette est envoyée sans interruption pendant les 77 minutes du disques sans la moindre trêve, si ce n'est le temps d'un "Polly" qui contre toute attente gagne en intensité sur guitare électrique. Dave Grohl est impeccable de bout en bout avec sa frappe puissante qui s'avère être une des clés du groove irrésistible de NIRVANA. On a la joie de redécouvrir des morceaux, pas forcément intéressants dans leur version studio, mais qui prennent une ampleur considérable sur scène comme "Sliver" ou "Been A Son". En effet, les morceaux difficilement accessibles de l'album Incesticide sont véritablement transcendés sur scène, il suffit d'écouter le bordel contrôlé d' "Aneurysm" pour s'en rendre compte. Quant aux morceaux de Nevermind, ils perdent une bonne partie de leur valeur pop pour se retrouver complètement décadenassés d'une production très controversée ("Stay Away", "Lithium" et son refrain fédérateur, ou encore l'énième massacre de "Smells Like Teen Spirit").

Les reprises très heavy de "Money Will Roll Right In" et de "D-7" donnent leur lettres de noblesse à l'exercice. On regrettera simplement l'absence de celle de "Love Buzz" (Bleach), présente sur le dvd mais absente du disque.

Le moment fort du concert est l'interprétation de "Lounge Act", un de mes morceaux favoris du groupe prétexte à un refrain pop et à un final où Cobain se déchire la voix dans les règles de l'art. Mention spéciale également à "Territorial Pissing" qui clôture le show avec l'urgence qui convient à un morceau punk.

4/5

Coup(s) de cœur: "Lithium", "Lounge Act"

A lire aussi en PUNK-ROCK par PINHEAD :


The RAMONES
It's Alive (1979)
300 à l'heure




Jay REATARD
Blood Visions (2006)
Jay est un freak


Marquez et partagez





 
   PINHEAD

 
  N/A



- Kurt Cobain (chant, guitare, dépression)
- Kirst Novoselic (basse)
- Dave Grohl (matraquage de batterie)


1. Breed
2. Drain You
3. Aneurysm
4. School
5. Sliver
6. In Bloom
7. Come As You Are
8. Lithium
9. About A Girl
10. Tourette's
11. Polly
12. Lounge Act
13. Smells Like Teen Spirit
14. On A Plain
15. Negative Creep
16. Been A Son
17. All Apologies
18. Blew
19. Dumb
20. Stay Away
21. Spank Thru
22. The Money Will Roll Right In
23. D-7
24. Territorial Pissing



             



1999 - 2017 © Nightfall.fr - Comment Soutenir Nightfall ? - Nous contacter - Webdesign : Inox Prod