Recherche avancée       Liste groupes



      
RAP FRANçAIS  |  STUDIO

Commentaires (4)
L' auteur
Acheter Cet Album
 

 

- Style : 1995, Assassin
- Membre : Akhenaton
- Style + Membre : Shurik'n
 

 Site Officiel (367)

IAM - Ombre Est Lumière (1993)
Par MARCO STIVELL le 17 Juillet 2012          Consultée 3281 fois

...De la Planète Mars a fait son bonhomme de chemin, une sorte de nouvel éveil dans l'histoire de la musique française. Il est temps pour IAM de passer à l'étape supérieure, celle d'une réelle professionnalisation. Les six compagnons s'installent à la Friche de la Belle-de-Mai (Marseille), une ancienne manufacture de tabac qui leur est prêtée gracieusement par la SEITA à raison d'un concert par an. C'est un local gigantesque, d'à peu près 100 m², où Kephren dispose des glaces sur les murs pour s'entraîner tranquillement, et où le groupe va faire jaillir ses idées pour le fameux deuxième album. En avril 1993, il signe un contrat avec Delabel, mais va aussi connaître une ascension artistique fulgurante grâce à son rapprochement avec l'Amérique. Depuis le milieu des années 80, le groupe se rendait à New York ("la Mecque du rap", selon Shurik'n) régulièrement, et au moment de la confection de ce deuxième album précisément, ils rencontrent le producteur Nick Sansano qui a beaucoup travaillé avec des pointures comme Sonic Youth, Run DMC et Public Ennemy. Sansano écoute une démo du groupe et fond pour eux, pour leur son novateur contrairement à ce qui se produisait à New York selon ses dires. Avec son ingénieur du son Dan Wood, il s'expatrie pour le studio La Blaque, près d'Aix-en-Provence pendant les mois de mai et juin, et à son tour le groupe parte pour New York en juillet, complétant l'enregistrement au studio Green Street à Soho. Ombre Est Lumière peut ainsi voir le jour, et il sera auréolé du succès retentissant d'IAM, premier groupe de rap européen a avoir été diffusé sur un rapline américain (Yo !, le plus prestigieux).

Si IAM est encore aujourd'hui l'un des disques les plus importants du rap français et même du hip hop tout court, c'est parce qu'il est le tout premier de la génération des doubles opus. Qui aurait cru que cela viendrait de la part d'un combo de gentils Marseillais ? Ce grand "boum" artistique -avant le financier- coïncide également d'abord avec la victoire de l'OM au championnat d'Europe pendant le printemps 1993. Cet évènement redouble la fierté des Marseillais (IAM et toute la ville bien sûr) et c'est sous ce signe qu'est placée l'ouverture d'Ombre Est Lumière, "Le Feu", dans laquelle le groupe mêle sa propre histoire avec l'hymne des supporters phocéens.

Un double album de rap, c'est pour le moins copieux, les deux supports physiques étant remplis à ras-bord de textes et de musiques, mais ce qui fait la force d'un tel phénomène, c'est sa diversité autant que sa justesse, ou ses ouvertures à l'auto-dérision. Ainsi, on remarque un schéma régulier de deux ou trois chansons séparées par des interludes pour le moins cocasses. Ces chansons, si elles n'ont pas grand-chose de tubesque -y compris "Je Danse le Mia" dans sa version originale-, rentrent pour la plupart dans la légende, grâce à un propos constamment étoffé. IAM dénonce d'abord, les manoeuvres judicaires dans "Affaire en Cours" ou les politiques dans le non-moins excellent "Contrat de Conscience" -"tout dans les urnes, rien dans les burnes !"- ; les horreurs de la guerre dans "Le Soldat" (et pourtant, "c'est une simple histoire de soldat"), les conflits de l'époque au Golfe et en Israël dans "J'Aurais Pu Croire" ; le fait de tuer pour la religion ou le rapport fuyant de l'Homme à la spiritualité ("Cosmos", "Le Dernier Empereur", "Le Dragon Sommeille", "Vos Dieux Ont les Mains Sales", souvent propres aux aspirations de Shurik'n) avec des expressions telles que "Les hommes sont ainsi faits... Qu'ils gardent mieux mémoire de l'invisible que du réel" ; dans "Sachet Blanc", c'est le trafic de drogue qui est visé et dans "L'Aimant", la loi de la rue et des cités plus généralement ; dans "Interview", si on leur parle du monde en général, Shurik'n avoue qu'il aimerait être mort avant de voir l'avenir, et Akhenaton n'est pas plus optimiste ; et enfin on revient à Marseille, dans "Mars Contre-Attaque" qui n'est pas un brûlot indépendantiste, juste une expression de légitime défense. C'est que comme le dit Akhenaton, "Quand un peuple perd tout, ce qui lui reste en dernier, c'est la fierté. Et si les Marseillais sont si fiers de leur ville, c'est que Marseille est dans un sale état."

Fort heureusement, dans ce constat amer, des perles de dérision subsistent. Dans les chansons, on peut en particulier citer l'exotique "Le Repos, C'est la Santé", où le groupe se retrouve les pieds en éventail sous les cocotiers de la plage du Prado. Il peut aussi parler de la drogue de manière légère comme sur "Le Shit Squad". Pour "Je Ne Veux Plus Voir Personne en Harley Davidson", les rappeurs raillent les loubards, reprennent le refrain de Gainsbourg en gerbant et font même un clin d'oeil à Renaud ("faut pas faire chier Bébert quand il répare sa pétrolette"). Sur "Attentat II", le groupe s'éclate en faisant du gringue à la peinture. Il y a encore "Je Danse le Mia" où Akhenaton emploie diverses expressions marseillaises. Le dérision est aussi perceptible sur les différents interludes, à commencer par les croustillants "La Méthode Marsimil" (Nick Sansano et Dan Wood en perdent leur accent yankee), "La Mousse à Riton" très Renaud-like encore, "Alone Tout Seul Forever" où le désespoir de ce type qui attend sa chérie en devient marrant, ou encore "Le Slow de Lai T'es". Deux disques entiers, cela laisse aussi forcément de la place à des auto-citations, comme "Le 7" et "Le dragon" qui reviennent souvent. La condition de rappeur est une fierté ("Fugitif"), mais comme tout le reste, ne se fait pas en un jour ("Un Jour Tu Pleures, Un Jour Tu Ris"). Pour conclure en élévation sur les textes, "Pharaon Reviens" amorce un retour aux croyances égyptiennes, si chères aux membres du groupe.

Si Ombre Est Lumière est ainsi riche sur le plan des textes, il ne l'est pas moins sur le plan musical. Imhotep et Khéops avec l'aide des américains façonnent un monument de hip-hop aux influences très diverses, autant que les rythmes ce qui pour ces derniers ne sera bientôt plus le cas. Cette alternance de tempos lents et rapides pour une telle oeuvre est salvatrice. On retrouve bien entendu les éléments funky du premier album, mais aussi des éléments jazz, parfois free avec beaucoup de saxos et de cuivres. Les samples se la jouent parfois rock à l'ancienne comme sur certains interludes dont un remake de "Hit the Road Jack". Il peuvent aussi prendre une couleur expérimentale comme sur le nébuleux "Cosmos", ou sur le pour le moins tiré par les cheveux "Transekitchmegatron...", au titre aisément forgettable. "Pharaon Reviens" possède une couleur péplum inédite, superbe. Il y a encore les instruments world, en particulier sur les méditations de Shurik'n, et qui préfigurent son chef-d'oeuvre d'album solo paru quelques années plus tard. Et enfin, si Khéops est surnommé quelque part le "papin du scratch", ce n'est pas pour rien...

Vous l'aurez compris, Ombre Est Lumière est une pièce d'orfèvre, et qui se savoure en version double, même si cette édition est devenue difficilement trouvable (malgré les presque 500 000 exemplaires écoulés) et qu'elle pourrait donner l'impression de s'essouffler un peu dans la dernière moitié. Un petit mot sur la version simple qu'il faut écouter quand même, en grande partie parce qu'elle contient deux somptueux inédits, le revanchard "Reste Undergound" et le lourd "Ombre Est Lumière" -où l'on entend déjà parler du côté obscur-, des réponses bien senties à tous ceux qui accusaient IAM de faire du rap commercial sous prétexte de grosses ventes. Parmi les remixes, celui de "Sachet Blanc" est le plus marquant parmi ceux qui sont proposés, et bien sûr on se délectera de "Je Danse le Mia" qui reprend pour le coup le groove du célèbre "Give Me the Night" de George Benson.

A lire aussi en RAP, HIP-HOP par MARCO STIVELL :


IAM
...de La Planète Mars (1991)
Revanchard et funky




IAM
L'école Du Micro D'argent (1997)
L'un des chefs-d'oeuvre du rap français

(+ 2 kros-express)

Marquez et partagez





 
   MARCO STIVELL

 
  N/A



- Akhenaton (rap, textes)
- Shurik'n (rap, textes)
- Malek Sultan (danse)
- Khéops (scratches, samples)
- Imhotep (architecture sonore)
- Kephren (danse)


- disc 1
1. Le Feu
2. Cosmos
3. Vos Dieux Ont Les Mains Sales
4. La Méthode Marsimil
5. J'aurais Pu Croire
6. Contrat De Conscience
7. Le Soldat
8. Le Rétor De Malek Sultan
9. Un Jour Tu Pleures, Un Jour Tu Ris
10. Le 7
11. Je Ne Veux Plus Voir Personne En Harley Davidson
12. La Mousse à Riton
13. Le Shit Squad
14. Une Femme Seule
15. Je Danse Le Mia
16. Alone Tout Seul Forever
17. Fugitif
18. L'aimant
19. Mars Contre-attaque

- disc 2
1. Le Dragon Sommeille
2. Attentat Ii
3. Le Slow De Lai T'es
4. Les Je Veux Être
5. L'echantillon
6. Affaire En Cours
7. Le Repos, C'est La Santé
8. Interview
9. Laissez-nous Danser
10. Transekitchmegatron Hypnokor Space-rave-olitecybor
11. Le Dernier Empereur
12. Je Lâche La Meute
13. Achevez-moi
14. Achevez-les
15. Où Sont Les Roses ? (intro)
16. Où Sont Les Roses ?
17. Bang Bang
18. Rxn
19. Sachet Blanc
20. Pharaon Reviens



             



1999 - 2017 © Nightfall.fr - Comment Soutenir Nightfall ? - Nous contacter - Webdesign : Inox Prod