Recherche avancée       Liste groupes



      
POP  |  STUDIO

L' auteur
Acheter Cet Album
 

 

 Site Officiel (1034)

NO DOUBT - Rock Steady (2001)
Par ARP2600 le 7 Août 2012          Consultée 965 fois

A l'opposé de l'intimiste Return of Saturn sorti en 2000, son compagnon Rock Steady est un album pop festif où l'éclectisme de No Doubt atteint son paroxysme. Plus précisément, alors que jusqu'ici, leur musique semblait superposer plusieurs styles en même temps, et principalement le rock alternatif et la musique jamaïcaine, alternant des passages aux rythmes fort différents au sein d'un même titre, on trouve ici des chansons représentant chacune un style bien défini.

Ainsi, alors même que le titre est une référence au rocksteady, style jamaïcain intermédiaire et éphémère entre le ska et le reggae, on ne trouve finalement que deux chansons reggae, «Underneath it all» et «Rock Steady», toutes deux quasiment dépourvues d'éléments rock, auxquelles on peut ajouter le dancehall sur «Hey Baby» et «Start the fire», un genre peu différent du R&B pour des oreilles néophytes. Du coup, il peut être difficile pour un amateur de No Doubt de vraiment trouver son compte ici. Non qu'il s'agisse d'une trahison comme l'a été le minable beautiful de Garbage, l'habitude de l'éclectisme permet au moins à No Doubt de sembler parfaitement à l'aise dans tous les registres abordés.

Parlons de la réception de l'album. Son succès a été plutôt important sans en avoir l'air. Il s'est bien vendu et les singles «Hey Baby», «Hella Good» et «Underneath It All» ont fait leur chemin. J'irais même jusqu'à donner à Rock Steady un rôle fondateur de la pop technologique formatée des années 2000. Le côté rock doux, des références à la new wave, des passages proches du R&B, des effets clinquants – la pochette arrière donne d'ailleurs un certain côté bling-bling à l'affaire, avec le ND doré et les bagues de Gwen Stefani -, sont autant d'éléments nets. A propos, parlons un peu d'elle... ce n'est pas un hasard si Rock Steady est le dernier album en date de No Doubt. Gwen a mis le groupe en sommeil pour se lancer dans une carrière solo cette fois purement pop/R&B, en capitalisant sur le succès de l'album. Avec ce style blonde platinée un peu dingue, elle a clairement ouvert la voie à sa quasi-homonyme Stefani G.- troublant, n'est-ce pas - qui se cache sous le pseudo qu'on sait, mais ceci est une autre histoire.

Pour les paroles, c'est donc festif, il n'y a pas trop d'émois maternels ou de chagrins d'amour ici. Non, on trouve plutôt de la danse, de la drague, du coup de foudre, du direct quoi, tout étant bien sûr vu d'un point de vue féminin. En tout cas, tout sonne très bien. Du côté de la production, on sent que l'album est très travaillé. Ils ont employé les services de Nellie Hooper, Sly&Robbins, William Orbit, Ric Ocasek, Steelie & Cleevie, Prince et Mike «Spike» Stent, chacun pour entre une et trois chansons, le dernier pour un peu d'enrobage additionnel. Un vrai projet pop, il n'y a aucun doute à avoir là-dessus. On est loin de la Beacon Street Collection enregistrée à la maison... Il est inutile d'espérer trouver la moindre spontanéité dans l'album, on est prévenu.

Cela n'empêche pas certaines chansons d'être fort jouissives. Comme dans tout album présentant une dispersion stylistique, rares seront les auditeurs qui aimeront toutes les plages, Rock Steady est donc fatalement épineux à juger. Disons que, pour l'amateur de base de No Doubt, «Hella Good», «Underneath It All», «Detective», «Platinum Blonde Life» et «Rock Steady» sont incontournables. Ensuite, bien que trop anodine, «Hey Baby» est un numéro ragga encore peu étonnant de leur part, d'autant qu'il se réfère à leurs soirées d'après spectacles où ce genre de musique était pratiqué. La dance de «Making Out» et la new wave de «Don't Let Me Down» sont plutôt convaincantes. Enfin, «Start The Fire», «Running», «In My Head» et «Waiting Room» sont sans doute les moments les moins réussis. Les trois premières sont simplement pauvres, guitares et batterie y sont d'ailleurs sous-employés en faveur de sons électroniques déployés sur des rythmes basiques. Le duo avec Prince est correct (notons qu'il rappelle cet autre album pop éclectique «difficile à juger» qu'est Like a prayer de Madonna) mais il détonne particulièrement par son rythme précipité et son côté funky.

Entendons-nous, dans l'ensemble, Rock Steady n'est pas tout-à-fait convaincant et son côté commercial peut gêner. Mais ne fut-ce que grâce à quelques perles comme «Hella Good» ou «Detective», il est tout de même étrangement attachant. Une certaine importance historique à ne pas sous-estimer le rend d'autre part intéressant à découvrir pour tout amateur de pop bien fichue.

Note : 3,5/5

A lire aussi en POP par ARP2600 :


SPARKS
N°1 In Heaven (1979)
Mael mael moroder




MADONNA
Erotica (1992)
Un grand album de pop mésestimé.

(+ 1 kro-express)

Marquez et partagez





 
   ARP2600

 
  N/A



- Gwen Stefani (chant)
- Tony Kanal (basse, claviers)
- Tom Dumont (guitare, claviers)
- Adrian Youung (batterie)


1. Intro
2. Hella Good
3. Hey Baby
4. Making Out
5. Underneath It All
6. Detective
7. Don't Let Me Down
8. Start The Fire
9. Running
10. In My Head
11. Platinum Blonde Life
12. Waiting Room
13. Rock Steady



             



1999 - 2017 © Nightfall.fr - Comment Soutenir Nightfall ? - Nous contacter - Webdesign : Inox Prod