Recherche avancée       Liste groupes



      
RIEN  |  STUDIO

Commentaires (1)
L' auteur
Acheter Cet Album
 

1952 1 4'33
 

- Style : Steve Reich

John CAGE - 4'33 (1952)
Par TARTE le 9 Mai 2012          Consultée 1641 fois

John Cage fait parti de cette race d’artiste tout à fait étrange qui n’a jamais cessé de pulvériser les conventions. Les années 1950 verront l’arrivée d’une révolution : l’art conceptuel. Vos froncements de sourcils en disent long, l’ambiance se fait d’un coup très, voire trop élitiste. Rassurez-vous, tonton Tarte va tenter d’éclairer vos lanternes. L’art conceptuel consiste à réaliser une œuvre que tout le monde (ou presque) serait capable de reproduire, mais en insistant sur la notion d’« ici et maintenant » ainsi que sur l’exploitation de nouvelles voies de création. Le cheminement et la démarche de conception deviennent d’un coup plus importants que la réalisation finale. Des scandales ont naturellement éclaté de tous côtés, prônant sa futilité et insultant allégrement ces visionnaires de charlatans. Les cas les plus représentatifs seront, en Art, Yves Klein, Marcel Duchamp, Kasimir Malevitch (…) et en Musique, Steve Reich, Karlheinz Stockhausen, Pierre Schaeffer et bien sûr John Cage, pour ne citer qu’eux. Attention cependant, même si les prouesses techniques étaient en apparence à la portée de n’importe qui, les artistes précédemment cités, qui ont joué un rôle majeur dans l’évolution de l’art et de la musique, n’étaient pas pour autant dépourvus de talents ; pour exemple, avant de s’engouffrer dans le courant cubiste, Pablo Picasso était un dessinateur de prodige. Mais revenons à la musique.

En 1952, Cage produira une œuvre des plus singulières : « 4’33" ». N’y allons pas par quatre chemins (pardon), il ne s’agit ni plus ni moins que de quatre minutes et trente-trois secondes de silence, l’œuvre se positionne logiquement comme l’antinomie parfaite du très controversé « Metal Machine Music » de Lou Reed. Et puisque l’on parle de controverse, notez que la première représentation de « 4’33" » mit son public dans un état d’irritation et d’incompréhension palpable, tout l’intérêt de l’expérience est qu’elle doit être vécue et non forcément écoutée. Précisons qu’il existe des versions pour piano, orchestre, chorale, et à peu près tout ce qui peut produire un son, et même qui ne peut pas.

« 4’33" » est aussi une énigme, certains se sont penchés sur la signification de cette durée, établissant un rapport entre l’œuvre et le zéro absolu (-273°C correspondant aux 273 secondes de l’œuvre) ou même avec un vulgaire clavier de machine à écrire, théories que le compositeur a soigneusement et sournoisement ignoré dans le désir de bétonner la notoriété de sa partition.

On ne peut donc être que foncièrement subjectif dans son approche, tout dépend de la manière que l’on aura à vivre le silence. Une chose est tout de même sûre, « 4’33" » est une utopie, car le silence n’existe pas. C’est du moins le ressenti de Cage qui, après avoir visité une salle anéchoïque - théoriquement dépourvue de toutes résonnances - aurai entendu son propre système nerveux et sa circulation sanguine sous la forme de deux vibrations, l’une aigüe l’autre grave.

Miles Davis disait que « La véritable musique est le silence et toutes les notes ne font qu’encadrer le silence », ce qui peu amener à considérer le silence comme un plein et non comme un vide, l’ajout de vibrations serait comme le retrait de matière en sculpture, le jeu des « espaces négatifs », en somme.

Quoi qu’il en soit, « 4’33" » tient davantage de l’invitation à la méditation, d’une réflexion à la ‘vraie’ musique environnante, celle générée par les bruits aléatoires, fruits de la permanente évolution de notre cosmos qu’à une œuvre réelle. Mais personne n’en saura jamais rien de toutes façons, alors ne nous emballons pas, réfléchissons juste un peu avant de lancer un sempiternel « c’est du foutage de gueule ! ».


P.S. : C’eût été fort plaisantin de rédiger une chronique sans un traitre mot. La portée conceptuelle de l’œuvre eût atteint son plus haut niveau, au prix d’une part de sérieux du site. Un échange trop facile et risqué pour que l’on s’y égare. Mea culpa.

A lire aussi en DIVERS :


SHELLAC
Terraform (1998)
Ou comment foutre en l'air un album




SEEFEEL
Quique (1993)
Aphex twin rencontre my bloody valentine.


Marquez et partagez





 
   TARTE

 
   RED ONE

 
   (2 chroniques)



- John Cage (composition)
- David Tudor (couvercle de piano)


1. I 33'
2. Ii 2'40'
3. Iii 1'20'



             



1999 - 2017 © Nightfall.fr - Comment Soutenir Nightfall ? - Nous contacter - Webdesign : Inox Prod